Web
Analytics Made Easy - StatCounter

25 février 2015

Maman ou Papa

Résultat de recherche d'images pour "maman ou papa film" Des ados imbuvables,Matthias et Emma,  un garçonnet craquant, Julien (Achille Potier), des parents carriéristes, Florence ( (Marina Foïs, ingénieur, chef de chantier) et Vincent Leroy (Laurent Laffitte, obstétricien), décidés à réussir un divorce... peu crédible, un scénario signé Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte (scénaristes du Prénom..), une distribution choisie  (avec un Michel Vuillermoz, idoine..) ... tel est le cocktail, prometteur de Papa ou Maman, un film réalisé par Martin Bourboulon.

Si l'argument est d'enfer: comment refiler la garde des enfants à son ex-conjoint, le rythme soutenu, les effets comiques et souvent subtils.. le scenario ne tient pas sur toute la longueur et vire, la dernière demi-heure au pugilat désordonné, sorte de remake de La guerre des Rose..

L'intention est louable, n'empêche et l'on passe un moment plutôt plaisant...

 

AE

24 février 2015

La vieille dette

  Une seconde nouvelle, La vieille dette, meuble ce délicieux Folio 2 € consacré à Stefan Zweig.

Une nouvelle épistolaire - beau prétexte - lettre-fleuve   par laquelle Margaret dévoile à sa Dear Old Ellen un secret qui remonte à sa jeunesse et d'une dette dont elle peut enfin s'acquitter, de manière inopinée et merveilleusement compassionnelle, tandis qu'elle prend quelques jours de vacances, seule, dans une auberge autrichienne.

" Dès la seconde où l'hôtesse m'avait dit son nom, je sentis qu"une chose en moi s'efforçait de resurgir et dont je refusais le souvenir, une chose que, comme dit ce professeur Freud, à Vienne, j'avais "refoulée"."

Je ne vous en dis pas davantage pour réserver ce suspens, l'art des surprises que Stefan Zweig ménage avec tant de conviction, force descriptions. Il maîtrise comme pas deux l'art de faire monter la mayonnaise de l'intrigue, de créer l'événement au départ d'un fait anodin.

J'en recommanderais volontiers la lecture à nos chers z'ados...

Découverte inopinée d'un vrai métier, suivi de La vieille dette, nouvelles de Stefan Zweig traduites de l'allemand (Autriche) par Isabelle Kalinowski et Nicole Taubes, Folio 2 €, décembre 2014, 116 pp. Edition établie sous la direction de Jean-Pierre Lefebvre

03 décembre 2014

Fais pas ci, fais plus ça

On les attendait de chaise ferme: les Bouley et les Lepic, liés de voisinage et d'un petit-fils, Kim, nous reviennent dès ce soir, sur les ondes de France 2 pour la nouvelle et 7e saison d'une saga familiale chère à notre blog.

L'on retrouve le rythme tonique et joyeux de leurs (més)aventures rocambolesques, passant allègrement le côté expédié  et psycho- improbable des situations: un Renaud Lepic débarqué dans un camp de naturistes, une Valérie Bouley infidèle et prête à divorcer, tandis que son Denis de mari, cherche à perdre 20 kg d'inactivité et rencontre un succès médiatique inattendu en se déguisant en méduse. Quant aux jeunes couples, ils squattent sans vergogne, la maison d'une Fabienne Lepic convertie aux larges idées.

Pas toujours  simple de renouveler l'inspiration d'une série-culte, de lui conserver sa subtilité.

Il demeure que le spectateur passe de bons moments familiaux , découvrant en ses personnages-fétiches une fragilité nouvelle, peut-être même une certaine humilité

Apolline Elter

06:00 Publié dans Z'ados -reront | Commentaires (0) |  Facebook |

08 octobre 2014

Elle l'adore

 A quelles extrêmités peuvent mener l'idôlatrie d'une vedette et une propension notoire à l'affabulation? 

Tel est le double thème de ce film assez remarquable, signé Jeanne Herry, fille conjointe de Miou-Miou et de Julien Clerc. 

Fan de longue date du célèbre chanteur  Vincent Lacroix (Laurent Lafitte) , Muriel Bayen (Sandrine Kiberlain) accepte d'emblée la mission à risque que celui-ci lui confie: transporter le corps de son épouse décédée accidentellement, en Suisse et l'y faire incinérer avec l'aide de sa soeur. 

Rien ne se passe selon le schéma prévu et  par un jeu de recoupements, la police coince Muriel,  l'accuse du meurtre 

Muriel pourra-t-elle utiliser sa propension pathologique à l'affabulation pour se retirer de ce mauvais pas....

Un film à voir: intreprétation subtile et tonique des deux héros.

AE

07:06 Publié dans Z'ados -reront | Commentaires (0) |  Facebook |

14 mai 2014

Barbecue

Barbecue

Si la présence de Franck Dubosq au casting de BBQ  vous saisit d'une affection cutanée, vous trouverez en moi, oreille compatissante. Pourtant, il faut le constater, l'acteur n'en fait pas trop et son rôle de  Baptiste, frais divorcé, largué par Olivia (Florence Foresti) lui sied comme un gant (de cuisson) .. Il en est même attachant .

Mais encore.

Terrassé par un infarctus, à l'aube de ses 50 printemps, sportifs et éclatants, Antoine (Lambert Wilson) décide de bousculer ses  saines habitudes - et leur inefficacité révélée -  son épouse, Véronique (Sophie Duez) et son entourage d'amis.  Il les convie tous à s'éclater, l'été,  dans une somptueuse villa louée en Toscane.

Radioscopie drôle et grinçante d'une certaine crise de la cinquantaine au masculin, le film est soutenu d'un rythme tonique, de magnifiques plans et d'un jeu d'acteurs bien ficelé.

Il n'est pas dénué de tendresse ni d'un certain pouvoir de réflexion...

Que demander de plus? 

Avec en prime,  Guillaume de Tonquédec, subtil et  parfait dans son rôle d'ami irréprochable.

Barbecue, Un film d'Eric Lavaine. Actuellement à l'affiche

30 avril 2014

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?

 

77908.jpg

 Claude Verneuil  (Christian Clavier) est notaire. Il peut s'enorgueillir d'une charmante épouse, Marie (Chantal Lauby), d'une splendide propriété à Chinon et de quatre filles particulièrement ravissantes. Voici que coup sur coup, les trois aînées épousent un Juif, un Arabe et un Chinois, dotés d'une sensibilité marquée en matière de réflexions racistes. En bon gaulliste, Claude se déclare ouvert à la différence mais ne peut avaler ses préjugés raciaux et quelques traits d'humour maladroits.

Les réunions familiales sont tôt plombées de faux pas, de pugilats.

Et quand la petite dernière annonce épouser - enfin! - un catholique, le profil du futur gendre a raison des derniers ressorts du couple.

Prenant à bras le corps les poncifs racistes récurrents, le film en démontre la vanité avec subtilité et humour. Car on rit beaucoup durant la projection du film : tensions, situations cocasses s'enchaînent brillamment, soutenues par un bon jeu d'acteurs.

Un film qui fait du bien. Un film qui fait évoluer notre abord de la différence

Actuellement en salles

Réalisaeur : Philippe e Chauveron

.

28 mars 2014

Entre deux chaises, un livre

Il est une exposition qui fait parler d'elle, je vous en recommande la visite, sans restriction , elle fera la joie de toute la famille...

Partant du constat que "Depuis la nuit des temps, la chaise et le livre constituent d'incontournables objets de médiation et de dialogue entre les hommes" Jean Boghossian a voulu faire de la villa Empain, l'écrin, six mois durant, d'une exposition ludique,  créative, originale, véritable chorégraphie, qui, à travers plus de 200 artistes, d'Orient, d'Occident confondus, présente livres et chaises sous toutes leurs coutures. Elle établit  des liens, incongrus, subversifs, facétieux, inventifs  et joyeux  entre ces deux symboles de partage et d'écoute.

Sublimées ou détournées de leur fonction première, les chaises tissent les ponts, prêtent séant aux réalisations les plus folles, les plus drôles aussi...

Une visite recommandée.

Des activités pour tous âges sont régulièrement organisées selon un agenda serré, exposé dans le site de la Fondation: www.villaempain.com 

AE.

Entre deux chaises un livre, catalogue de l'exposition qui se tient à la Villa Empain/ Fondation Boghossian, av. Franklin Rossevelt, 67 à 1050  Bruxelles jusqu'au 7 septembre prochain 

 

19 juin 2013

Le passé

DDE0B19BD497F5122CB73C15DFF40_h498_w598_m2.jpg

Résolue à refaire sa vie avec Samir (Tahar Rahim)  dont elle porte l'enfant, Marie (Bérénice Béjo) fait venir Ahmad (Ali Mosaffa)  son ex- deuxième mari, de Téhéran,  afin de conclure leur divorce.  Ce dernier retrouve, grandies, Lucie et Léa, filles du premier mariage de Marie et découvre avec une stupéfaction croissante, ll'impasse dans laquelle Marie s'empêtre: Lucie n'accepte pas la présence de Samir et la femme de ce dernier est plongée dans un coma profond après une tentative de suicide, sordide et ratée...

Si le côté cornélien de l'imbroglio et la lourdeur qui en découle peut en agacer plus d'un(e),  on ne peut qu'admirer le rendu -sobre, minimaliste, et percutant - des dialogues, l'acuité, la subtilité avec laquelle les mouvements de l'âme sont traduits, quête perturbée d'une morale mise à l'épreuve. En mire, aussi les liens sans lendemains qui se tissent  parfois à travers les familles recomposées 

L'interprétation des personnages est remarquable, en ce comprise celle des tout jeunes enfants, Fouad (Elyes Aguis)  et Léa (Jeanne Jestin)

Un film criant de vérité, même si celle-ci n'est pas toujours bonne à vivre

Apolline Elter

Le Passé, un film d'Asqar Farhardi, actuellement dans les salles; prix d'interprétation féminine pour Bérénice Béjo

 

06 juin 2013

Kiss & Cry au Théâtre du Rond-Point

Vous souvient-il de Kiss & Cry, spectacle incroyable, indicible, beau,  magique, tendre et triste, magnifique, .. de danse avec les doigts? 

Je vous invite à (re)découvrir le billet qu'il m'avait inspiré, en vitrine du blog

Et à réserver sans hésiter des places au Théâtre du Rond-Point (avenue Franklin Roosevelt - Paris VIII). Une série de représentations sont prévues, du 19 juin au 7 juillet.

Vous m'en direz des nouvelles..

Apolline Elter 

08:10 Publié dans Agenda, Z'ados -reront | Commentaires (0) |  Facebook |

02 mai 2013

Les gamins

Enlisé dans son couple et une crise de la cinquantaine déprimante, Gilbert (Alain Chabat) voit d'un oeil terne et mauvais l'annonce du mariage de sa fille, Lola (la superbe Mélanie Bernier) avec Thomas, (Max Boublil)  chanteur dilettante , pétri de charme et d'insouciance.

L'occasion pour Gilbert de tout plaquer - de se libérer d'une épouse laxative (Sandrine Kiberlain)  obnubilée par le bio, le Burkina Fasso , qui mène repas et tofu aux petites baguettes. Il entraîne  son gendre - putatif - dans une série d'aventures foireuses et de dépenses somptuaires. Le duo s'éclate ...enfile les  gamineries, tandis que le couple de Thomas et Lola pâtit des frasques (belles)-paternelles.

Drôle, hilarant , soutenu d'un rythme imparable, d'un jeu d'acteurs juste et vrai,  de scènes un peu salaces et pimentées... - frileux des yeux, des crudités,  s'abstenir - le film s'offre même une morale assez touchante. Alain Chabat est au meilleur de son art , Max Boublil, irrésistible (il se révèle en tant qu'acteur)

Patrick Bruel fait une apparition... déconcertante, terne à l'envi., Arie Elmaleh et François Dunoyer offrent  de belles compositions . Une mention pour l'orchestration musicale, le générique envolé  et les prestations de la merveilleuse chorale belge de la Sint John International School, établie à Waterloo.

On rit comme ..des gamins.

AE

Les gamins . Un film d'Anthony Marciano et Max Boublil. En salle depuis le 17 avril

02 avril 2013

La conséquence de mes actes

 

0120598[1].gif

url.jpgVacances pascales obligent, du moins pour nos têtes blondes belges, nous vous proposons, trois jours durant, des infusions extraites de l'actualité littéraire jeunesse.

"J'ai traversé les derniers jours avec Papa dans une colère aveugle, et le silence que j'imposais en guise de représailles, ce cri silencieux que j'ai hurlé jusqu'au départ du train, m'est revenu comme un boomerang, en plein coeur."

 

Brève présentation par l'éditeur

Je m'appelle Homère Kish, ce nom est déjà tout un programme. En dehors du départ de Maman, je suis responsable de ce qui est arrivé. Qu'il agisse de mon amitié avec Sophie, de la vie amoureuse pathologique de Papa, de mon addiction à l'ordinateur, de mon choix de n'aller chez l'orthodontiste qu'avec Maman...

... chacun de ces choix a eu pour effet que je viens de passer les vacances les plus épouvantables et traumatisantes de ma vie

La conséquence de mes actes, Eva Kavian, roman, Ed. Mijade, zone J, mars 2013,  192 pp, 7 €

13 mars 2013

Wadjda

20401764.jpg

Remarquable fresque d'une certaine  condition féminine, Wadjda est le film à aller voir pour qui veut mieux comprendre la réalité des relations hommes- femmes dans ces régions marquées par une interprétation rigide de la loi coranique.

Jeune adolescente, Wadjda rêve d'acquérir une bicyclette. Elle lui permettra de se mesurer,  et surtout de dépasser à la course,  Abdallah, son ami.

Politiquement incorrect, ce rêve se heurte à la désapprobation de son entourage, sa maman, les autorités scolaires de l'école éminemment répressive où elle étudie.

Symbole de liberté, d'affranchissement à une domination mâle séculaire, le vélo convoité devient l'enjeu de toutes les initiatives -heureuses et maladroites - de Wadjda.

Les scènes se suivent, selon un tempo certes assez lent, marquées de réalisme, d'introspection et de sobriété. Du vrai et grand art, en version originale sous-titrée.

Un film qui laisse en vous une empreinte subtile

A découvrir avec vos ados

Sans oublier d'en discuter le coup

Wadjda, en salles depuis le 27 février. Un film de Haifaa Al Mansour (Arabie saoudite)

 

06 décembre 2012

La douce empoisonneuse

url (42).jpg

" La colonelle Linnea Ravaska prit son matou sous son bras, se glissa derrière l'étable, empoigna de l'autre main son sac de vêtements et se dirigea sur la pointe des pieds vers la forêt. Le jardin retentissait du tapage enthousiaste des convives occupés à découper avec appétit le porcelet embroché et à s'humecter le gosier de bière. A la lisière du bois, la vieille femme regarda une dernière fois sa petite maison rouge. Son regard était chargé d'une infinie fatigue, mais aussi d'une inextinguible haine."

La douce empoisonneuse, Arto Passilinna (traduit du finnois par Anne Colin du Terrail), 1988 - Denoël 2001 pour la traduction française, Folio n° 3830, 256 pp

22 novembre 2012

Novecento: pianiste

url.jpgurl.7.jpgPoursuivons notre semaine dédiée à la rubrique  "z'adoreront" par le pointer bimensuel d'un folio extrait de la sélection du prix Campus  des lecteurs (détails sur les modalités du prix en vitrine du blog)

" Il était vraiment, le plus grand. Nous, on jouait de la musique, lui c'était autre chose. Lui, il jouait....quelque chose qui n'existait pas avant que lui ne se mette à le jouer, [...]"

Nourrisson de dix jours, abandonné en pleine traversée de l'océan, Banny Boodmann T.D. Lemon Novento ne quittera 30 ans durant le Virginian, ce paquebot qui l'a vu naître, développant, entre autres perceptions prodigieuses, une virtuosité  pianistique hors norme. Il se mesure sans effort, aux plus grands, clouant sur quai, toutes leurs vélléités d'affrontement.

Un - long -  monologue d'un ami-témoin, court roman au réalisme nimbé de mystère

A. Elter

Novecento: pianiste, Alessandro Baricco, roman, traduit de l'italien par Françoise Brun, Gallimard, folio n° 3634, janvier 2002, 87 pp

21 novembre 2012

Ma mère à l'Ouest

url (31).jpgCe n'est pas la première fois qu'Eva Kavian aborde la question du handicap  - Pensons à La dernière Licorne - et chaque fois, elle le fait bien. Avec un réalisme filtré d'amour, de tendresse.

Samantha a dix-sept ans. Elle est enceinte et ne veut pas garder l'enfant.

Du moins dans un premier temps.

Et on la comprend.

Née d'une mère déboussolée, Betty, Samantha sera confiée, dès l'âge de six ans, à des familles d'accueil. Le système est précaire qui la voit ballotée de foyer en foyer sans possibilité de s'attacher:

"(...) les enfants abandonnés, placées en institution, ont tendance à s'accrocher affectivement, comme des sangsues à la première personne qui leur dit bonjour en souriant."

Cela aurait pu (très) mal tourner.

Ce serait compter sans l'amour d'une mère, le vrai, celui qui dépasse les clivages du handicap et de la société. Celui qui s'exprime par playmobils interposés..

Samantha retrouve sa mère, qui vit dans une communauté encadrée  et la chaleur d'un foyer constitué de  joyeux pensionnaires.

" Il y avait dans cette ambiance quelque chose d'apaisant, d'éternel"

Polyphonique, le roman s'adresse tant aux adultes qu'aux (grands) adolescents et offre sur la maternité du parent handicapé un éclairage assez fabuleux

AE

Ma mère à l'Ouest, Eva Kavian, roman, Mijade, août 2012, 144 pp.

agenda.jpgEva Kavian sera présente (dédicaces) à la librairie La Licorne, à Uccle (656 chaussée d'Alsemberg - 1180 Bxl - Tél: 02.344.98.32, le dimanche 16 décembre, de 14h à 16h

20 novembre 2012

Rose afghane

En marge des prix littéraires et d'une actualité qui ..accélère, nous consacrons les trois chroniques de la semaine à la littérature - de qualité - pour adultes et ados

 

url (31).jpg" J'ai quinze ans et je suis jolie. Une rose afghane, disent mes amies! Mes grands yeux noirs attirent l'attention des hommes. Anwar voudrait que je les dissimule à l'ombre d'une burqa quand je sors"

Restituant avec une poésie qu'on jurerait tout droit issue de la tradition orientale, le quotidien de six jeunes Afghanes, Frank Andriat publie un recueil de nouvelles particulièrement attachant.

"Je ne suis pas Afghan, mais j'ai écrit chaque phrase comme une main qu'on tend vers l'invité", précise-t-il, renvoyant, en fin de propos,  à l'association de  Afghanistan libre - qu'il soutient,  notamment,  du versement intégral de ses  droits d'auteur.

Amour, amitié, guerre, violence, exil,  condition féminine, famille, bonheur .. sont ainsi vus par le prisme de jeunes filles, fraîches, chantantes, pétries de la mentalité ambiante et d'un réveil adolescent ..réaliste.

Un ouvrage fort qui alliera adultes et ados en une lecture poignante

A recommander

Apolline Elter

Rose afghane, Frank Andriat, Ed. Mijade, oct 2012, 144 pp, 7 €

 

11 novembre 2012

Parents - enfants - 100 textes sur la famille et l'éducation

parent_enfant_01.jpg

Dimanche, jour des familles ...et de présentation d'un recueil des plus sympathique.

Puisés de la littérature antique, classique, contemporaine, française et internationale, cent textes, magnifiques pour la plupart,  jalonnent un parcours thématique, centré sur les relations familiales, parents - enfants principalement,  et les souvenirs de jeunesse de grands écrivains.

Madame de Sévigné rejoint Calimity Jane, Scholastique Mukasonga, François Weyergans, Pierre Loti, Simone Weil, Colette, Flaubert et Marcel Proust, enveloppant la relation de la mère à ses enfants d'unbouquet de textes tendres et aimants.

"Tu seras un homme mon fils"

Le célèbre texte de Rudyard Kipling côtoie Les aventures de Pinocchio, les observations de Gad Elmaleh, Victor Hugo, Eric Fottorino, Jean-Louis Fournier, Franz Kafka, François-René de Chateaubriand, Pline le Jeune et Gabriel Garcia Marquez en un mâle florilège de textes finement choisis.

"Traite ton fils comme un prince pendant cinq ans, comme un esclave pendant dix ans, et comme un ami par la suite "  dit le Proverbe indien.

Ponctué de sentences, citations et proverbes issus de la sagesse ancestrale, le recueil se penche ensuite sur le cercle familial,  le rapport à la jeunesse et inter-générationnel, revendiquant, en filigranes de quelques textes humoristiques, la sécurité affective si nécessaire au développement harmonieux de l'intelligence enfantine.

"Il faut tout un village pour élever un enfant " dit le Proverbe africain.

Notre "High Tea' du jour  - rendez-vous à 17 heures précises sur le blog - nfusera quelque extrait ,d'actualité littéraire, de ce merveilleux ouvrage.....

Apolline Elter

Parents-enfants. 100 textes sur la famille et l'éducation - présentés par Pierre-Henri Tavoillot - préfacés de Catherine Dolto et de Daniel Marcelli, Le cherche midi Editeur, octobre 2012, 192 pp, 18,9 €

25 octobre 2012

Des souris et des hommes

images.jpgurl.7.jpgNotre sélection bimensuelle d'un ouvrage proposé à la sélection du Prix campus des lecteurs (informations en vitrine du blog,via clic sur le logo...) se penche sur le chef d'oeuvre de John Steinbeck,   Des souris et des hommes,  paru en 1937.  Une vraie...perle d'amitié entre deux hommes,  deux saisonniers rompus aux travaux de ranchs,  Lennie Small, un colosse simplet, et George Milton, son maître à penser. Les compères aimeraient monter un élevage de lapins... George qui aime caresser les objets doux, ne mesure pas toujours sa force..

"La femme de Curley apaprut au coin de la dernière stalle. Elle s'approcha si doucement que Lennie ne la vit pas. Elle portait une robe de coton de couleur vive et ses mules ornées de plumes d'autruche rouges. Son visage était maquillé et tous ses tire-bouchons bien en place. Elle était tout près quand Lennie leva les yeux et l'aperçut."

 Des souris et des hommes, John Steinbeck ( Of mice and men, 1937), folio 1972 (n° 37)  rééd nombreuses, dont juin 2012, 176 pp

A noter que le roman fait l'objet d'adaptations dramaturgiques (théâtre et cinéma) des plus réussies.

 

 

11 octobre 2012

La vie devant soi

 url (25).jpgurl.7.jpg " Dès qu'on est remonté, j'ai tout de suite vu que Madame Rosa était de nouveau imbécile, elle avait des yeux de merlans frit et la bouche ouverte qui salivait, comme j'ai déjà eu l'honneur et comme je ne tiens pas à y revenir. Je me suis tout de suite rappelé ce que le docteur Katz m'avait dit au sujet des exercices qu'il fallait faire à Madame Rosa pour la remuer et pour que son sang se précipite dans tous les endroits où l'on a besoin de lui."

 Oeuvre de Romain Gary, qui signe pour l'occasion d'un nom d'emprunt - Emile Ajar- La vie devant soi se voit décerner le prix Goncourt en 1975, de manière abusive puisque le prix , qui ne peut être attibué qu'une fois,  a été déjà octroyé à l'auteur en 1956  pour Les racines du ciel.

Il en demeure que l'ouvrage est un chef d'oeuvre d'humanité, de tendresse et d'ouverture, évoquant, par bien des aspects la célèbre  trilogie d'Eric-Emmanuel Schmitt.

L'argument: recueilli par une vieille prostituée juive, Momo, 10 ans et musulman, assiste, à travers son regard d'enfant, à la déchéance sénile  de sa seconde maman.

AE

L'ouvrage fait à bien juste titre... partie de la sélection du prix campus des lecteurs, soutenu par notre blog

Rendez-vous jeudi 25 octobre pour un 3e roman de la sélection

19 septembre 2012

Superstar

url.jpgDéconcertant, .. à coup sûr, le qualifcatif qui traduit le mieux la perplexité qui vous saisit à la vision du film de Xavier Giannoli ...

Quidam pétri de banalité - il prend chaque matin le RER pour rejoindre une usine de recyclage de matériel éléctronique - Martin Kazinski (Kad Mérad) est propulsé au rang de la notoriété la plus effarante. Pourquoi lui?

La vie devient un tel enfer qu'il accepte l'invitation du Direct de 22 heures, sur le plateau d'une grande chaîne et d Alban (Cédric Ben Adalah) , un animateur peu scrupuleux , aux allures de gendre idéal.  L'homme n'est de taille à affronter la machine à broyer de la (dés)information et l'aide ambiguë de Fleur, (Cécile de France)  productrice, farcie d'idéal meurtri. La destructuration le guette, il perd son emploi tandis que la frénésie amicale du grand public cède bientôt la place à une haine tout aussi infondée.

Un scénario..déconcertant qui ouvre une reflexion sur la dignité humaine et les manipulations sordides de certaines émissions de télé-réalité

AE

06:55 Publié dans Z'ados -reront | Commentaires (0) |  Facebook |

04 septembre 2012

L'école 100 % humour

l_ecole_01.jpgTant qu'à céder à la rentrée scolaire - le choix ne se pose guère -  autant le faire avec humour, voire avec liesse...

C'est ce que nous propose Christophe Besse, illustrateur de d'ouvrages pour la jeunesse - à son actif, plus d'une centaine d'ouvrages parus chez Casterman, Hachette, Gallimard, Grasset Milan, Nathan, ... - en un ouvrage pétri de situations aussi cocasses que vraisemblables.

Conjuguant dessins, esquisses et textes en un joyeux équilibre  "BD",  l'auteur promène le lecteur à travers les classes, désespérantes, les cantines, tout aussi affolantes, excursions scolaires....affriolantes et réunions de parents criantes ..de vécu.

Idéal pour booster le moral d'un directeur en peine de rentrée..

AE

L'école 100 % humour, Christophe Besse, Ed. Cherche-midi, 30 août 2012, 144 pp, 14,9 €

11 juillet 2012

Un bonheur n'arrive jamais seul

 url.jpgVotre fille aînée est fan de Gad Elmaleh: vous ne pouvez lui donner tort.

Vous vous offrez  dès lors une soirée mère-fille tant il est clair qu'Un bonheur n'arrive jamais seul. ..

Calqué sur les comédies romantiques à l'eau de bleuet, qui fleurissent d'un amour aussi immédiat qu'irrémédiable, le nouveau film de James Huth  (Brice de Nice et compagnie) ne se satisfait que d'une lecture au second degré.

Sorte de Géo-Trouv'tout de la composition musicale, Sacha mène la vie précaire de pianiste de boîte de nuit, de créateur de slogans publcitaires...Le torrent d'une pluie diluvienne inonde sa décapotée tandis que les yeux de Charlotte Posche (Sophie Marceau) déversent en son coeur les germes d'un amour aussi improbable qu'inéluctable.

Alors oui, les esprits chagrins fustigeront le scénario "convenu" de l'intrigue (minimaliste), le trouveront un peu plat, en regretteront le manque d'épices.. Rien n'est moins faux mais il ne faut rater le charme d'une lecture au second degré, pétrie de  clins d'yeux, de facéties et de burlesque... Et savourer le jeu de deux comédiens d'envergure, Sophie Marceau et Gad Elmaleh qui assaisonnent les séquences de façon plus que plaisante

Apolline Elter

Un bonheur n'arrive jamais seul - James Huth - sortie en salles, mecredi 27 juin

url.jpg

25 avril 2012

Le Prénom

le_prenom_patchwork_600.jpg

Le jour J est arrivé, que je vous annonçais depuis esthète lurette, à savoir la sortie en salles,  du film Le Prénom, adapté de la pièce éponyme de Matthieu Delaporte et d'Alexandre de la Patellière:

 "Cette nuit-là, le crâne lourd d'un impitoyable mélange grand cru-piquette, le dos broyé par l'épouvantable canapé de Pierre, tentant de lire les premières pages du roman de Benjamin Constant, je ne doutais pas que notre famille ait atteint une sorte de point de non-retour. Il me suffisait de me souvenirs de certains mots prononcés et de certains coups portés pour savoir qu'il y aurait un avant et un après, et que chacun d'entre nous garderait un souvenir contrasté de ce buffet marocain..."

On ne plaisante pas avec le choix d'un prénom. C'est ce que Vincent Larchet  (Patrick Bruel), la quarantaine fringante va découvrir , aux dépens de la belle ambiance qui préside au sympathique dîner marocain organisé chez sa soeur Babou (Valérie Benguigui) et son beau-frère Pierre (Charles Berling)  dans le cadre cosy de leur appartement et d'un été doucement finissant.

Tout avait si bien commencé: Vincent , tout à la joie d'être futur papa d'un garçon, attendait qu'Anne (Judith El Zein), sa jeune et charmante épouse  rejoigne ce petit dîner convivial, ravi de retrouver Claude (Guillaume de Tonquédec), joueur de trombone et ami de toujours de la famille. Mais voilà qu'au départ d'une question anodine et d'une réponse incongrue, l'ambiance dérape et vire, inexorablement,  au pugilat verbal, jubilatoire pour les spectateurs.

Créée le 7 septembre 2010 au théâtre Edouard VII sur une mise en scène de Bernard Murrat, la pièce avait largement cartonné,  enchaînant les dialogues et les situations avec un brio largement soutenu par le jeu juste et brillant des acteurs (Le rôle de Pierre était alors incarné par Jean-Pierre Dupuis) . Un rôle taillé sur mesure pour Patrick Bruel, Valérie Ben Guigui et Guillaume de Tonquédec  aussi irrésistibles que l'humour qui soutend cette fresque psychologique particulièrement percutante: un infime malentendu  fait craquer le vernis des relations les plus policées et déraper les liens affectueux les plus ancrés.

Une salutaire brise de légéreté entre les deux tours des élections présidentielles...

Apolline Elter

20 octobre 2011

Premier chagrin

9782874230752.jpg

"J'avais ramassé une annonce comme on attrape une bouteille de soude caustique , et j'avais le coeur qui saignait"

Une petite annonce peut changer le cours de la vie et surtout le regard que vous portez sur elle. 

Lorsqu'elle se présente comme baby-sitter chez Mouche, une dame âgée et malade, Sophie, 14 ans, chausse sans doute des bottes trop grandes pour elle. Il s'agit d'accompagner cette grand-mère, atteinte d'un cancer incurable, au terme de sa vie et de lui permettre de voir sa famille, dans les meilleures conditions.Une exigence: toujours dire la vérité.

Apprivoisant cette situation déconcertante et la perspective nouvelle de la mort, Sophie se retrouve au coeur d'un dialogue entre générations, moulu d'estime, de compréhension, de non-dits et de pragmatisme.

 

"Je ne guérirai pas, Sophie. Ce n'est pas l'espoir de guérir qui m'a fait choisir le palliatif, mais l'envie de vivre "

Avec un talent marqué pour tremper sa plume dans le sang  et dans le coeur d'ados plutôt matures , Eva Kavian réussit le pari  - subtil et risqué - d'inviter la mort à la table de la vie.

Apolline Elter

Premier chagrin, Eva Kavian, roman, Mijade, zone J (Litt. jeunesse) , oct 2011, 190 pp, 6 €

 

 

 

22 juillet 2011

Le chantier médiéval de Guédelon

Pâques 2011 + Fonteyne the Kitchen 002.jpg

A l'agenda de ce vendredi estival -  par la date - je vous propose un saut de géant dans le temps: retrouvons-nous au coeur du  Moyen Age - au  XIIIe siècle plus précisément - et du fabuleux chantier de Guédelon  (Yonne - Puisaye) .

A l'origine de ce projet incroyable, le cerveau enfièvré- et.... fou-  d'un aventurier. Celui de Michel Guyot, propriétaire et conservateur du château de Saint-Fargeau, situé à quelques lieues de là.. Son idée: construire un château selon le modèle efficace du château philippien (XIIIe siècle) qui connut quelque douze mille réalisations...et s'obliger à n'utiliser que les techniques et matériaux de l'époque. Pas de doute, il faut être un peu félé pour se lancer dans pareille aventure. Il aura cependant fait légion,  puisque depuis la pose de la première pierre, le 20 juin 1997, le chantier ne désemplit pas d'oeuvriers et de visiteurs.

Un peu de scénographie: nous sommes en 1243, au début du règne de Louis IX ( Saint-Louis), petit-fils de Philippe-Auguste. Le temps est à la construction de châteaux raisonnés: plus rapides à construire, moins chers et néanmoins efficaces. Les tours s'arrondissent, offrant une meilleure résistance au temps et aux attaques. Entamée en 1229,  la construction devrait être achevée en '54 (traduisons: en 2022 - 2023..) Il nous faut toutefois tempérer l'optimisme de ce planning. En effet, les quelque cinquante oeuvriers qui s'affairent sur le chantier de Guédelon ont plus d'un obstacle à franchir:  le genre de construction qui les occupe n'est plus vraiment dans l'air du temps et le purisme archéologique qui préside aux gestes, techniques employées et organisation du chantier oblige à des recherches fouillées. Pas facile de renoncer ainsi à nos acquis technologiques. Les seules concessions faites à l'époque actuelle concernent les normes de sécurité:

Pâques 2011 + Fonteyne the Kitchen 012.jpgArrêté, chaque année, durant les saisons froides, le chantier subit aussi les lenteurs de sa vocation didactique: dévoués aux nombreux scientifiques et visiteurs qui le viennent parcourir, les maçons, charpentiers, forgerons, tuiliers, tailleurs de pierre, ...voient leur rendement horaire passablement diminuer. Pour notre plus grande édification.

 

Pâques 2011 + Fonteyne the Kitchen 004.jpg

Apolline Elter

 

Site recommandé: www.guedelon.fr

Guédelon - Chantier médiéval - D 955 -  F- 89 520 Treigny

23 avril 2011

Terrienne

16788_aj_m_2332.jpgLes vacances ont ceci de positif qu'elles cèdent la parole à de jeunes lecteurs et nourrissent notre rubrique "Z'ados-reront" de quelques coups de coeur imparables:

Le roman de Jean-Claude Mourlevat est de ceux qu'on ne lâche pas: sitôt la lecture entamée, on est tout simplement scotchée ....

Sans nouvelles de sa soeur Gabrielle, disparue , voici un an, le soir de son mariage, Anne reçoit, de cette dernière, un appel au secours. Gabrielle est retenue prisonnière par des personnages inquiétants.

Accompagnée d'Etienne-Virgile, un écrivain, Anne parcourt un chemin de campagne qui va la propulser du monde des terriens à Estrellas,  l'univers glacial et terrifiant où sa soeur est retenue. Les habitants de cet univers  ne pleurent ni ne respirent, ils n'ont rien de vraiment humain,..mais le plus terrible est qu'ils détestent cordialement les humains dont ils font leurs esclaves.

Heureusement, il y aura quelques adjuvants dont Bran Ashelbi..., un être hybride qui osera trahir les siens pour venir en aide à Anne et Gabrielle.

Un roman vraiment trop accrochant.

Philippine Jadoul

07:00 Publié dans Z'ados -reront | Commentaires (2) |  Facebook |

03 février 2011

Randah - La fille aux cheveux rouges

Couverture du livre Randah : la fille aux cheveux rouges Inauguration, ce jour, de notre rubrique "z'ados-reront" consacrée aux livres de jeunesse ( à partir de 12 ans) . Ces livres- mêmes que nous dégusterons avec un bonheur partagé.

"J'étais la soeur de Kahli Kinh Louké, celui qui, jadis, avait fait chanter les flammes. Et surtout, celui qui avait conduit notre tribu au seuil des abîmes infinis."

Le nouveau roman d'André-Marcel ADAMEK a l'allure d'un conte. Un conte plongé dans un néolithique atemporel et le destin d'une tribu incarnée par Randah Liké Nahoma et sa flamboyante chevelure rousse. L'âge s'y compte en " saisons de glace" et le temps s'égrène au fil de luttes, d'exils et d'une transformation sociale radicale:

" Mon petit royaume n'est pas que de vent, de sel et de sable. Des hommes y ont versé leur sang au cours d'une lutte inégale. Des femmes ont voulu, en un élan dérisoire, y assurer leur suprématie après l'avènement d'un prince mystérieux.

Mon petit royaume a chanté d'âge: un jour, après avoir cuit nos galettes de bleh, on se rendit compte qu'une pierre mise à longue épreuve du feu dégorgeait une matière rouge d'une incroyable dureté. On la fit chauffer er chauffer encore, et les plus habiles d'entre nous parvinrent à la modeler.(...) Nous n'avons plus à craindre les voiles de couleur qui pourraient réapparaître à l'horizon. "

Un conte flamboyant à l'instar de la narratrice et de la plume d'André-Marcel Adamek.

Apolline Elter

Randah, La fille aux cheveux rouges, roman, André-Marcel Adamek, Mijade, janvier 2011, 7 €