Web
Analytics Made Easy - StatCounter

02 novembre 2017

Les jours où les lions mangeront de la salade verte

 9782367624457-001-T.jpeg

Nous avions découvert Raphaëlle Giordano en routinologue ( Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - voir chronique sur ce blog; l'ouvrage sera bientôt adapté au cinéma) , nous la retrouvons avisée burnologue.

Késesa? 

Friande de néologismes et de la mise en scène  romanesque de concepts de bon sens via ce qu'il convient d'appeler des feel good book , Raphaëlle Giordano nous propose désormais  de lutter contre la burnerie, ce fléau  qui pourrit la vie, de ceux qui en sont porteurs ou victimes.

La burnerie, c'est l'arrogance, le manque de conscience de l'autre et partant de respect, de simple courtoisie.  Romane, jeune femme dynamique et par moments, volcanique, a décidé de lui livrer un combat sans merci. Elle anime à cette fin des séminaires pour amener bourreaux et victimes de burnerie à un aimable modus vivendi.

La session qu'elle entame va lui donner corde à retordre, en la personne de Maximilien Vogue,  aussi brillant PDG que pétri d'une burnerie puissante et ancrée...

Le jour où les lions mangeront de la salade verte, Raphaëlle Giordano, roman, Ed. Eyrolles, juin 2017, Ed. Audiolib,  août 2017, texte intégral lu par Léovanie Raud, durée:  8 h55 

 

16 février 2015

Découverte inopinée d'un vrai métier

 " En ce singulier matin d'avril de 1931, l'air était déjà magnifique; pluvieux, mais bientôt inondé de soleil à nouveau. Il avait un goût de berlingot, frais, sucré, humide et luisant, printemps filtré, ozone pure et, au milieu du boulevard de Strasbourg, on était surpris de sentir un parfum de prairies en fleur et de mer. Ce miracle délicieux était l'oeuvre d'une giboulée, une de ces averses capricieuses par lesquelles le printemps a coutume de s'annoncer avec la plus grande effronterie."

Incipit d'une nouvellede Stéfan Zweig dont je vous livre chronique cette semaine..

Dans tous les cas, une façon optimiste d'aborder les giboulées du printemps...

Découverte inopinée d'un vrai métier, suivi de La vieille dette, nouvelles de Stefan Zweig traduites de l'allemand (Autriche) par Isabelle Kalinowski et Nicole Taubes, Folio 2 €, décembre 2014, 116 pp. Edition établie sous la direction de Jean-Pierre Lefebvre

06:18 Publié dans Incipit, Optimistère | Commentaires (0) |  Facebook |

31 janvier 2015

La vie en rose

 2015 fête les dix ans d'un mouvement particulièrement constructif, séduisant: La Ligue des Optimistes du Royaume de Belgique.

Son fondateur Luc Simonet, avocat au Barreau de Bruxelles, constitue la ligue, le 4 octobre 2005 - jour du 175e anniversaire de l'indépendance officielle de la Belgique, fédérant l'engagement et la signature de 175 membres fondateurs, personnalités de prestige et de convictions. Ajoutons, et c'est pour nous plaire, que le mouvement est apolitique et bilingue.

Une première rencontre fin septembre dernier, avec son président fondateur,  m'a convaincue des valeurs que véhicule la ligue, pourfendeuse de la morosité systématique, porteuse d'un regard constructif sur notre environnement. L'optimisme fait du bien. Son contraire, l'ennemi juré de Luc Simonet, c'est le cynisme. 

Un concept qui ralliera dès 2005  des milliers de membres, constituera la même année, L''Optimistan, un "Etat de conscience international" et trois ans plus tard l'association internationale" Optimistes sans frontières", qui  fait boule de neige -rose - et se développe en France, Espagne, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Principauté de Monaco, Bénin, etc...

Je vous invite sans plus tarder à visiter le site: www.liguedesoptimistes.be

Et même à y adhérer...

 Apolline Elter 

 Et sa nouvelle rubrique, L'Optimistère

Inspirée des principes de l'Optimistan... à la sauce..Elter