08 octobre 2017

Et si tu n'existais pas

Gallois.jpg

 

 theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgL'écrivain, critique littéraire, Claire Gallois,  fête, ce jour, ses quatre-vingts printemps.

L'occasion pour nous de revenir sur le poignant récit de sa relation à sa mère, et à sa nourrice (voir chronique sur ce blog). Une lecture recommandée.

Seule la curiosité, ou la nostalgie d’avoir été tant aimée par Yaya, aurait pu me rapprocher d’elle. Pour esquisser une ébauche de sentiment. Elle jouait la fausse confidence. Elle me sortait les trésors cachés de sa table à ouvrage. Une collection de tubes d’homéopathie dont elle faisait un usage compulsif, et qu’elle m’invitait à aligner, comme mon frère les petits soldats de plomb. En fait, le mutisme s’installait facilement entre ma mère et moi.

 

 Et si tu n'existais pas, Claire Gallois, récit, Ed. Stock, janvier 2017, 144 pp

01 octobre 2017

La Fontaine d'argent

Jaq_LaFontaineUneEcoleBuissonniere.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

  

L'argent aime qu'on l'aime. Dédaigné, l'argent se venge. De la plus simple et la plus radicale des manières: il s'en va. Fils de bourgeois aisés, titulaire d'une charge des Eaux et Forêts qu: lui permettait de plutôt bien vivre, La Fontaine avait tout laissé filer. Il n'avait plus rien. Rien que la gloire littéraire, laquelle, à l'époque, ne rapportait pas un sou.

 

 

La Fontaine - Une école buissonnière, Erik Orsenna de l'Académie française, essai, Ed. Stock, août 2017, 210 pp

24 septembre 2017

Revirement

 

9782234069282-001-T (1).jpegthéière high tea.jpg

On peut supposer que ce sont le scandale et la mauvaise réception de la Petite Danseuse qui ont amené Degas, devenu très atrabilaire sur la fin de sa vie, à dévaluer ainsi son œuvre en cire en prétendant l'avoir réalisée «pour [s]a seule satisfaction» et non pour le regard du public, au contraire de ses monotypes et peintures.

 

La petite danseuse de quatorze ans, Camille Laurens, essai, Ed. Stock, août 2017, 176 pp

 

17 septembre 2017

Un parti-pris de vie

Les aristocates rebelles.jpg " J'appartiens à  çe parti d'opposition qui s'appelle la vie" ,répétait .. à l'envi le regretté Gonzague Saint Bris, faisant sienne, cette belle devise balzacienne.

Que toutes ces âmes qui vous avez si allègrement honorées, cher Gonzague Saint-Bris,  vous accueillent comme il sied au Paradis des écrivains, des gens de bien.

 

Apolline Elter

Aristocrates rebelles, Gonzague Saint Bris, essai, Ed. Les Arènes, août  2017, 336 pp

10 septembre 2017

La gloire des maudits et .. du roman

NEO.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgNous vous livrions chronique, hier; voici l'extrait jouissif  qui préfigure la construction d'un roman, si ce n'est celle de La Gloire des maudits 

Ah, Gabrielle ! Je vous souhaite de connaître un jour la jouissance intime, absolue, de cette écriture de l'aube. C'est l'instant où tout est possible, où le monde balbutie, où le langage n'existe pas encore. Tout est affaire de regards, d'intuitions, d'idées confuses. Nous sommes dans le grand magma qui a précédé les mots.  Il faut alors extraire un cocon de lave, puis le muer en phrases, en pays, en personnages. Il perd déjà de son innocence mais il est grisant. Et, jour après jour, ces pages deviennent des chapitres, ces chapitres des parties, ces parties un volume. Et bientôt le livre existe, et ce monde que vous  croyiez à vous seul réservé ne vous appartient plus et prend le nom de roman ...

La gloire des maudits, Nicolas d'Estienne d'Orves, roman, Ed. Albin Michel, août 2017, 528 pp

05 septembre 2017

Amitié transcendentale

Dernier volet de notre focus sur la sainte correspondance d'amitié entre Jeanne de Chantal, grand-mère de notre I-Moyenne-155995-correspondance-francois-de-sales-jeanne-de-chantal.net.jpgEpistolière et François de Sales,  penchons-nous sur l'unité indivisible qui lie à jamais les  co-fondateurs de l'ordre de la Visitation.  

Saint-François de Sales définit ainsi  les termes d'une amitié prête à tout transcender

 " Allons, ma chère Fille, puisque Dieu est l'unité de notre coeur, qui nous en séparera jamais? Non, ni la mort ni la vie, ni les choses présentes, ni les futures, ne nous sépareront jamais, ni ne diviseront notre unité. Allons donc, ma très chère Fille, avec un seul coeur, où  Dieu nous appelle "

  Extrait de la Lettre 1037 in François de Sales et Jeanne de Chantal, Correspondance, éditée et présentée par David Laurent - introduction par Max Huot de Longchamp, Ed Desclée de Brouwer, 2016, 900 pp

 

03 septembre 2017

Le jour des fous

 

9782246813477-001-X.jpegIl y avait au Moyen Âge, à l'approche du nouvel an, une journée des fous. Ce jour-là, dans les abbayes, dans les monastères, dans les églises, la hiérarchie religieuse valse dans la liesse. Etc.

théière high tea.jpg

 

Le déjeuner des barricades, Pauline Dreyfus, roman, Ed. Grasset, août 2017, 232 pp

 

 

27 août 2017

Fascination

 9782226393227-j.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

Elle rejoint sa vie d'avant, ses ancêtres et tous les parias de son espèce, les esclaves éternels, les Noirs pour touiours. Elle porte en elle cette malédiction et la fascination pour tout ce qu'on imagine d'elle et qu'elle n'est pas. Elle fait peur aux enfants, elle dégoûte les vieillards, et elle attire les hommes, comme une bête qu'on aimerait dompter pour tester sa propre puissance et révéler sa suprématie. Elle est assise et elle se tait, on lui a dit de se taire  surtout, sa voix, ils la découvriront plus tard, ils la craindront et l'imiteront entre eux, maintenant, et pour les siècles des siècles

 

 

Bakhita, Véronique Olmi, roman, Ed. Albin Michel, août 2017, 460 pp

20 août 2017

Colette et les siennes

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg
9782246812852-001-T.jpeg

  "  De l’amour, Colette avait surtout connu les déceptions. Son premier mari la trompait. Georgie RaoulDuval
l’avait trahie, Natalie Barney, délaissée pour d’autres maîtresses. C’est Missy qui lui a révélé la force et la
douceur d’une liaison de femmes."

Colette  et les siennes, Dominique Bona, biographie, Ed. Grasset, mars 2017,  432 pp

13 août 2017

Les couleurs de la vie

Fouchet.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

"La médiathèque de Groix a eu la géniale idée des « livres bateau ». Les adhérents piochent dans un carton spécial où les attend un choix de nouvelles et de courts romans qu'on peut lire le temps de l'aller-retour Groix-Lorient. "

Les grands esprits se croisent, chère Lorraine Fouchet. Si je vous dis que je nourris une même idée..en version ferroviaire. A infuser, cela va sans dire

Les couleurs de la vie, Lorraine Fouchet, roman, Ed. Héloïse d'Ormesson, avril 2017, 400 pp

06 août 2017

Un High-Tea tout d'août

Je le sais, vous me le dites, m'en remerciez, l'attendez..

Cette infusion dominicale qui, sur le coup, très précis, de 17 heures vous est livrée chaque dimanche

Alors en ce dimanche tout d'août, qui me voit travailler d'arrache-yeux, à cette rentrée littéraire qui s'approche à grandes pages,  je vous livre cette incursion exclusive dans mon dur labeur

IMG_2759.JPG

La mise en scène théière est signée Thibault Jadoul ..d'août

31 juillet 2017

Fendre l'armure

gavalda.jpg"Je ne vis pas avec un homme, je vis avec mon téléphone. Toute ma vie tourne autour de ce petit bout de plastique. Une espèce de lampe d'Aladin capricieuse et sadique qui régit tes humeurs selon que tu la frottes et qu'elle t'exauce ou que tu la respectes et qu'elle t'abandonne. Une lampe d'Aladin fabriquée en Chine avec un bon génie, non, un mauvais, un bon à rien de génie, un genre de fonctionnaire qui n'est là qu'aux heures ouvrables et pour lequel tu n'existes même pas sous ta véritable identité."

Fendre l'armure,  Anna Gavalda, nouvelles, Ed le dilettante, mai 2017, 284 pp

06:35 Publié dans Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

30 juillet 2017

L'Assommoir.. des kilomètres

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgLecture audiolivresque idoine en ce week-end de grands croisements autoroutiers.

 L'Assommoir , c'est la morale en action, affirme Emile Zola, qui qualifie son roman - le septième de la série des Rougon-Macquert,  comme le plus chaste de [ses] romans.

Nous voilà fixés.

product_9782072729768_195x320.jpg

Vous  voici en cette heure presque rentrés chez vous - ou parvenus en votre destination de vacances. N'hésitez pas à infuser en votre esprit saturé de kilomètres quelques passages extraits de quatre romans majeurs de la littérature réaliste du XIXe siècle (voir notre chronique d'hier) 

Je vous souhaite un bon "High Tea" - une fin juillet aussi délicieuse que le mois d'août qui se profile 

Ca peut pas faire de mal, Balzac, Flaubert, Zola, Maupassant, extraits lus par Guillaume Gallienne, co-édition France Inter/Ed. Gallimard- Ecoutez lire , mai 2017,  audiolivre, 2 CD MP3, durée 2h30 minutes, 

 

 

23 juillet 2017

Une apparition miraculeuse

 

Brel.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

" Toute ma vie, je me souviendrai de sa surprise, comme fasciné par une apparition miraculeuse. Il racontera par la suite à qui voudrait bien l'écouter qu'il avait passé une semaine dans les Landes en compagnie de Jacques Brel. Cette rencontre,je ne le savais pas encore, sera le signal de départ des trois jours de vacances les plus extraordinaires de mon enfance."

Ne nous quittons pas, Jacques Expert, roman, Ed. Albin Michel, maii 2017, 304 pp

 

16 juillet 2017

Madame Zola

Madame Zola.jpg0120598[1].gif

 

"Alexandrine accompagnera la réussite de son mari d’une construction raisonnée : celle de sa propre identité ."

 

Madame Zola, Evelyne Bloch-Dano, biographie, Ed Grasset, 1997, 372 pp ( rééditions en Livre de Poche) 

10 juillet 2017

Excipit

 CVT_Lordre-du-jour_8835.jpg 

On ne tombe jamais deux fois dans le même abîme. Mais on tombe toujours de la  même manière, dans un mélange de ridicule et d'effroi. Et on voudrait tant ne plus tomber qu’on s'arc-boute, on hurle. À coups de talon, on nous brise les doigts, à coups de bec on nous casse les dents, on nous ronge les yeux.


L'abîme est bordé de hautes demeures. Et l'Histoire est là, déesse raisonnable, statue figée au milieu de la place des Fêtes,
avec pour tribut, une fois l'an, des gerbes séchées de pivoines, et, en guise de pourboire, chaque jour, du pain pour les oiseaux.

  L'ordre du jour, Eric Vuillard, récit, Ed. Actes-Sud, mai 2017, 156 pp

09 juillet 2017

Costa Brava

0120598[1].gifCB.jpg" Je repense à toutes ces vacances d’été. Je me souviens que nous les attendions toute l’année. Elles avaient l’air de ne jamais vouloir finir. A partir de 1960, nous sommes allés sur la Costa Brava. Cela a duré des années. Nous ne verrons plus jamais ça revenir"

Costa Brava, Eric Neuhoff, roman, Ed. Albin Michel, mars 2017, 298 pp

02 juillet 2017

Lapidation

 pierres.png theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

En réponse-miroir à notre chronique de vendredi 30 juin, savourons cette infusion dominicale, chapitre condensé d'argument,  assez.. lapidaire

"C’est  l'histoire d'une barre médiane qui n'arrive pas à trouver  une autre barre à laquelle s'accrocher en toute confiance."

 

 

Des pierres dans ma poche, Kaouther Adimi, roman, Ed. Seuil, mars 2016, 176 pp

11 juin 2017

La fête des pères

 Robison.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

Déclaration d'amour paternel pudique, drôle et poignante, le récit, à l'honneur de notre blog, en ce week-end festif, aborde, avec une précision clinique et tendre, le phénomène de la différence, du "oui-autisme"

Il n'a pas de problème. Mais il en est un. Dans le monde tel qu'il est et tel que de plus en plus, il devient. "

 Robinson, Laurent Demoulin, récit, Ed. Gallimard, oct. 2016, 240 pp

04 juin 2017

L'ordre du jour

 CVT_Lordre-du-jour_8835.jpgthéière high tea.jpg

 
Un penchant obscur nous a livrés à l'ennemi, passifs et remplis de crainte.  Depuis, nos livres d'Histoire ressassent l'événement effrayant  où la fulgurance et la raison  auraient été d'accord. Ainsi, une fois que le haut clergé de l'industrie et de la banque eut été converti, puis les opposants réduits au silence, les seuls adversaires sérieux du régime furent les puissances étrangères. Le ton  monta à mesure avec la France et l"Angleterre, en un mélange de coups de force et  de bonnes paroles

L'ordre du jour, Eric Vuillard, récit, Ed. Actes-Sud, mai 2017, 156 pp

28 mai 2017

Un Don Juan du XXe siècle

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

FIC128518HAB0.jpg

 

 

"Pour le Don Juan en herbe qui ne demande qu'à marcher sur les traces de son père,  la maladie n'est donc pas forcément un handicap"

Rendez-vous demain, 29 mai, sur votre blog, pour la commémoration du centenaire de la naissance de JFK

JFK, Une histoire sexuelle,  Georges Ayache, essai, Ed. du Rocher, mai 2017, 222 pp

 

21 mai 2017

Le côté christique d'un (certain) messie nommé Emmanuel

9782213704623-001-X_0.jpeg

 theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

 

"Christique. Ses bras écartés, en croix, et la voix qui s’élève, jusqu’à dérailler. Les réseaux sociaux, les chansonniers le caricatureront à l’envi… en Leonardo DiCaprio à la proue du Titanic –pis, en ado en train de muer ou en chat qu’on écorche."

 Les Macron, Caroline Derrien et Candice Nedelec, essai, Ed. Fayard, mars 2017, 234 pp

 

 

15 mai 2017

A tout hasard

9782221192900.jpg
0120598[1].gif

" Je crains bien qu'un pied dans la tombe, et même les deux, il me reste encore beaucoup de "choses à faire". Qu'on veuille bien laisser la liste à portée de ma main. A tout hasard."

 

Une drôle d'histoire, Line Renaud, récit écrit avec Bernard Stora, Ed. Robert Laffont, janvier 2017, 250 pp

14 mai 2017

La part de .. ma mère

9782367623115-001-X_0.jpeg

 En ce jour qui célèbre la fête des mères, en Belgique, j'ai retranscrit à la volée et à votre attention spéciale, ce très beau portrait, signé Magyd Cherfi:

  

(…) C’en était trop. Mais comment faire face à cette femme sans âge, sans sexe et sans mémoire, qui voulait tout reconstruire à travers moi comme un premier jour du monde. Elle n’avait pas été, il lui fallait être et c’est moi qui devais couper le cordon, lui donner vie, la faire renaître. Comment faire face à cette femme qui avait vendu le paradis pour un diplôme. Tout le monde ne le fait pas. Tous ses bijoux fondus chez le bijoutier pour m’assurer des cours particuliers de maths, des cours d’anglais, de français,  sans compter le budget cacahuètes et menthe et thé pour accueillir le beau monde (…) Dans ma cité, fallait le faire, sacrifier l’allocation familiale et le reste de la  fratrie en assumant l’inégal traitement. Il fallait du courage pour annoncer : « Je ne peux pas le faire pour tous, alors, je mise sur un seul. Elle disait aussi : « il ne suffit pas d’avoir une mère, il faut qu’elle soit sa mère. »   

 

Ma part de Gaulois,  Magyd Cherfi, récit,Ed. Acte Sud, août 2016, 272 pp. Audilolib, avril 2017, texte intégral lu par Magyd Cherfi, durée : 6h 14 minutes

 

07 mai 2017

Le dernier jour d'un condamné

product_9782072714894_195x320.jpgthéière high tea.jpg

"Condamné à mort ! dit la foule ; et, tandis qu'on m'emmenait, tout ce peuple se rua sur mes pas avec le fracas d'un édifice qui se démolit. Moi, je marchais, ivre et stupéfait. Une révolution venait de se faire en moi. Jusqu'à l'arrêt de mort, je m'étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes ; maintenant je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi. Rien ne m'apparaissait plus sous le même aspect qu'auparavant. Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur, cette jolie fleur, tout cela était blanc et pâle, de la couleur d'un linceul. Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui se pressaient sur mon passage, je leur trouvais des airs de fantômes. "

 

Le dernier jour d'un condamné, Victor Hugo, récit, 1829, texte intégral lu par Bernard Métraux, Ed Gallimard/ Ecoutez lire,  mars 2017, durée d'écoute: 3h15minutes

 

30 avril 2017

En son absence

Job.jpg    theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

"Devant le chagrin, tout le monde s'incline. Le chagrin exalte, il transforme en saints ceux qui souffrent. Mais le chagrin est pervers. Il fait de nous des égoïstes qui n'ont même pas honte de l'être,puisque c'est en son nom qu'on nous isole sur un piédestal, offert à la vénération." 

 En son absence, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, mars 2017, 312 pp

 

23 avril 2017

Tous.. à L'Elysée

 

Tous.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg"C'est à cause des enfants que le futur nous regarde; et qu'on a dû se tourner pour le regarder aussi. Vision difficile et troublante, qui exige un mouvement de grand courage. car c'est fixer une réalité inconsistante dont on ne sait qu'une chose: qu'elle nous regarde et qu'elle nous attend. Walter Benjamin, ce n'est pas un hasard, n'avait pas d'enfants."

 

Tous, Grégoire Polet, roman, Ed. Gallimard, février 2017, 352 pp

16 avril 2017

Infusion pascale

 

0120598[1].gif9782804704063FS.gif

Il y eut un instant. Il me regardait avec la même intensité que celle que mon jeune orgueil avait provoquée en moi, mais son regard fut, je le jure, celui d'un ami; non pas un regard glissant pour excuser une éventuelle maladresse ni le regard insolent de celui qui veut se moquer encore, mais le regard fraternel de celui qui voit avec bonheur son ami prêt à répondre à un beau défi, à découvrir une main largement Ouverte. Oui, il m'offrit à ce moment son amitié. Je sentis son sentiment généreux me pénétrer l'âme."

  Le père prodigue, André Querton,  essai, Ed. Mardaga, février 2017, 60 pp

Belle et sainte fête de Pâques à tous!

14 avril 2017

Le père prodigue

Le week-end est pascal, il sera spirituel

L'occasion de nous pencher sur les paraboles des Jeune homme riche et  Fils prodigue, revisitées en un essai résolûment engageant

9782804704063FS.gif

" J'ai donc essayé d'imaginer que Saint Luc ait rencontré le jeune homme riche au soir de sa vie pour découvrir où l'avait conduit l'amour que Jésus lui portait. Car nous sommes peut-être très nombreux, nous tous, les jeunes hommes riches..."

Le père prodigue, André Querton,  essai, Ed. Mardaga, février 2017, 60 pp

07:04 Publié dans Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

12 avril 2017

En attendant le verdict

A19776.jpg

"Je n’ai jamais bien compris pourquoi, mais mon père n’appelait jamais ma mère plus de deux jours de suite par 10 le même prénom. Même si certains prénoms la lassaient plus vite que d’autres, ma mère aimait beaucoup cette habitude et, chaque matin dans la cuisine, je la voyais observer mon père, le suivre d’un regard rieur, le nez dans son bol, ou le menton dans les mains, en attendant le verdict.

— Oh non, vous ne pouvez pas me faire ça ! Pas Renée, pas aujourd’hui ! Ce soir nous avons des gens à dîner ! s’esclaffait-elle, puis elle tournait la tête vers la glace et saluait la nouvelle Renée en grimaçant, la nouvelle Joséphine en prenant un air digne, la nouvelle Marylou en gonflant les joues. "

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, roman, Ed Finitude, janvier 2016 -  Gallimard / Ecoutez/Lire, texte intégral lu par Louis Arenne, sept. 2016, 1 CD MP3, durée 4h30 min

06:44 Publié dans Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |