26 avril 2017

En son absence

Job.jpg"Bien des drames pourraient s'expliquer par un simple changement de saison. Quelque chose se déclenche dans le ciel, et c'est comme si certains êtres n'attendaient que ce signal pour franchir le pas qui les sépare de leur destin. La nature, le plus souvent, semble immobile. Mais dès qu'elle s'ébroue, de la voûte céleste jusqu'au plus frêle brin d'herbe, tout est pris dans la même effervescence. Et, si ce jour-là, par mégarde, une pauvre créature sort des retranchements où les hommes prétendent ignorer les éléments, grand est le péril qu'elle ne se trouve, elle aussi, emportée dans le basculement du
monde, dont elle n'est, après tout, qu'un élément."

Ains'Incipit - fabuleusement - le nouvel Armel Job, roman qui voit surgir le spectre indélébile de l'affaire Dutroux dans la mémoire collective. 

Rendez-vous, ce samedi, pour la chronique de lecture

En son absence, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, mars 2017, 312 pp

06:26 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

07 avril 2017

Le dimanche des mères

dimanche des mères.jpg"Autrefois, avant que les garçons ne passent de vie à trépas, à l'époque où il y avait plus de chevaux que
d'automobiles, avant que les domestiques de sexe masculin n'aient disparu et que, à Upleigh et Beechwood, ils n'aient été contraints de se débrouiller avec juste une cuisinière et une bonne, les Sheringham possédaient non seulement quatre chevaux dans leur écurie, mais aussi ce que l'on aurait pu appeler un «vrai cheval », un cheval de course, un pur-sang. Il s'appelait Fandango. On l'avait mis en pension près de Newbury. Il n'avait jamais gagné une fichue course, mais c'était le luxe de la famille, leur espoir de célébrité et de gloire sur les hippodromes du sud de l'Angleterre."

Ains'Incipit un beau roman de la rentrée de janvier, basé sur les amours ancillaires de Jane et de Paul en l'Angleterre de 1924.  Je vous en livre chronique demain.

Le dimanche des mères, Graham Swift, roman traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Ed Gallimard, janvier 2017, 144 pp

07:42 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

05 avril 2017

Le vertige des falaises

couv_gilles_paris_definitive_avec_bande.15.jpg

 " Papa est mort. Je devrais avoir du chagrin, je n'en ai pas. J'irais bien jouer avec Jane, mais la main baguée de grand-mère Olivia m'emprisonne. Le vent, lui, me décoiffe, et des mèches rousses me rendent aussi aveugle que Jane."

Ains'Incipit , sorte d'écho à  L'Etranger ( Albert Camus) , le nouveau roman de Gilles Paris (Autobiographie d'une courgette, récemment adapté au cinéma - doublement césarisé -  sous le titre, Ma vie de courgette

Il paraît demain 6 avril en librairie. 

 Partant, je vous fixe rendez-vous dès potron minet pour notre compte rendu de lecture

06:47 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

03 avril 2017

Tous

product_9782072704659_195x320.jpg"C'est vrai que je l'ai payé cher. Une jambe et un bras, tout de même. Et puis, plus beaucoup de temps à vivre. Mais: on y est. Le renouveau politique de l'Europe, ça y est, le mouvement est lancé.

La Vl" République, la fédération d'un noyau dur dans l'Union, c'est en route. Ça n'a l'air de rien, maintenant que c'est fait. Mais qui aurait parié un kopeck là-dessus il y a à peine cinq ans ? Un peu moins que personne.

Sera-ce durable? J'en suis convaincue. Sera-ce sans heurts? Évidemment non. Le processus s' interrompra-t-il, à court terme, à moyen terme? Sûrement. Peut-être même très bientôt. Mais il reprendra. Ce ne sera pas une parenthèse."

Ains'Incipit, le nouveau roman de Grégoire Polet,  bienfaisante utopie d'une participation citoyenne éclairée à la gestion des Etats. Nous vous en donnons chronique, le week-end du 21 avril, sur votre blog préféré 

Tous, Grégoire Polet, roman, Ed. Gallimard, février 2017, 352 pp

 

15 mars 2017

Le Bureau des Jardins et des Etangs

BJE.jpg

Après une longue claustration accompagnée de la stricte observance des restrictions alimentaires liées au deuil, et après avoir lustré le corps de Katsuro à l’aide d’une étoffe sacrée destinée à en absorber les impuretés, Amakusa Miyuki s’était soumise au rituel destiné à la purifier de la souillure entraînée par la mort de son mari. Mais comme il n’était pas envisageable que la jeune veuve s’immergeât dans cette même rivière où venait de se noyer Katsuro, le prêtre shinto s’était contenté, les lèvres pincées, de secouer sur elle une branche de pin dont l’eau de la Kusagawa avait mouillé les rameaux les plus bas. Puis il l’avait assurée qu’elle pouvait à présent renouer avec la vie et montrer sa gratitude aux dieux qui ne manqueraient pas de lui transmettre courage et force.

Ains'Incipit le très beau, l'envoûtant roman de Didier Decoin. Lequel honorait de sa présence la Foire du Livre de Bruxelles, qui refermait, ses pages, lundi soir, aux termes d'une édition enchanteresse

Nous vous revenons sous très peu - ce week-end - avec la chronique du roman

Le Bureau des Jardins et des Etangs, Didier Decoin, roman, Ed. Stock, janvier 2017,  396 pp

05 mars 2017

Désorientale

Désorientale.jpg

L'escalator

   À Paris, mon père, Darius Sadr, ne prenait jamais d'escalator.

  La première fois que je suis descendue avec lui dans le métro, le 21 avril 1981, je lui en ai demandé la raison et il
m'a répondu: «L'escalator, c'est pour eux.» Par eux, il entendait vous, évidemment. Vous qui alliez au travail en ce mardi matin d'avril. Vous, citoyens de ce pays, dont les impôts, les prélèvements obligatoires, les taxes d'habitation, mais aussi l'éducation, l'intransigeance, le sens critique, l'esprit de solidarité, la fierté, la culture, le patriotisme, l'attachement à la République et à la démocratie, avaient concouru durant des siècles à aboutir à ces escaliers mécaniques installés à des mètres sous terre.

Ains'Incipit un roman fabuleux, de la rentrée littéraire d'août.  Il paraît le 22 mars en version audiolivresque. Nous vous en ferons compte rendu

Désorientale, Négar Djavadi, roman, Ed Liana Levi, août 2016, 352 pp

28 février 2017

Dans l'attente de toi- Lettre à une femme aimée

alexisjenni.jpg

"Les livres naissent de ce que l'on ne sait pas dire.

Si on savait,  on dirait, et il n'y aurait pas de livres;  on n’y penserait même pas. Mais voilà, on ne sait pas  dire, et c’est une inquiétude, puis très vite un manque,  et enfin un désir; et le livre vient, qui est tout entier l’effort pour dire, bien que l'on ne puisse pas. Cela  n’empêche pas d’essayer,  d'échouer toujours, et d'essayer encore ; le livre qui s'écrit est la trace de ces essais ."

Ains'INcipit une belle, picturale déclaration d'amour à la femme aimée . Nous y reviendrons mardi prochain

Dans l'attente de toi, Alexis Jenni,  Lettre, Ed L'iconoclaste, sept.2016, 272 pp

02 janvier 2017

La consolation

qtbFqRFkbx7fmuXztomY_HR2tSs.jpg" Mon coeur, il y a très longtemps, s'est pris un obus. En moi, il y a comme un abîme.

   Depuis toujours, je marche sur les bords de ce cratère et j'ai peur d'y tomber. Je crains les tempêtes, préviens les bourrasques, me méfie des changements du ciel. Je me tiens à bonne distance. Je sais qu'on peut m'y pousser, d'un regard, d'un mot, d'un coup d'épaule. D'un dos qui se retourne sans raison. Par mégarde. A dessein aussi."

Ains'INcipit le roman autobiographique de Flavie Flament, témoignage saisissant d'un enfance abusée, violée.

Nous vous revenons sous très peu avec sa chronique de lecture

La consolation, Flavie Flament, roman, Ed. JC Lattès, oct. 2016, 256 pp

06:20 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

28 novembre 2016

François comment ?

téléchargement (12).jpg

 

 Une biographie s'inscrit toujours autour d'un nom, mais quel nom faut-il choisir pour évoquer notre personnage? François Villon, François de Montcorbier ou François des Loges? Ici commencent les premières ambiguïtés, les doutes, les incertitudes, et il y en aura bien d'autres. Lorsqu'il voit le jour à Paris en 1431, François ne porte pas encore ce nom de Villon qui le rendra célèbre, mais celui de Montcorbier ou bien encore celui de François des Loges, tel qu'il sera parfois appelé par la suite.

"De moi, pauvre, je veux parler" Vie et mort de François Villon, Sophie Cassagne-Brouquet, biographie, Ed. Albin Michel, oct. 2016, 352 pp

06:20 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

26 septembre 2016

Chanson douce

A19667.jpg"Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu'il n'avait pas souffert. On l'a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, était encore vivante quand les secours sont arrivés. Elle s'est battue comme un fauve. On a retrouvé des traces de lutte, des morceaux de peau sous ses ongles mous. Dans l'ambulance qui la transportait à l'hôpital, elle était agitée, secouée de convulsions. Les yeux exorbités, elle semblait chercher de l'air. Sa gorge s'était emplie de sang. Ses poumons étaient perforés et sa tête avait violemment heurté la commode bleue."

 Ains'Incipit le roman - deuxième de son oeuvre - de Leïla Slimani.

Le ton est donné, la lecture, fascinante, sidérante, oppressante, l'éctiture, précise, chirurgicale,maîtrisée, remarquable.....Vous ne pourrez en lâcher prise et pages.. 

Je vous donne rendez-vous le samedi 1er octobre pour la chronique de l'ouvrage.

Chanson douce, Leïla Slimani, roman, Ed. Gallimard, août 2016, 228 pp

07:23 Publié dans Incipit, Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

26 août 2016

Les mots entre mes mains

9782253107804-001-X.jpeg

"Je fais le tour de sa chambre à tout petits pas. Ce que je cherche n’est pas là. Son horloge, ses documents, le verre où il range ses plumes sont envolés, disparus. Si j’ai déjà vu cette pièce vide sans m’en alarmer, aujourd’hui, cela ne fait que raviver ma douleur. Ce n’est ni de l’argent ni un souvenir que j’espère trouver ; ce sont des mots, un billet écrit de sa main. Il n’y a rien. Il est parti sans prendre congé et a emporté toutes ses affaires avec lui. Je soulève les draps." 

Ains'Incipit un très beau roman, basé sur les amours avérés du philosophes René Descartes pour une jeune servante hollandaise, nommée Helena Jans van der Strom'

Je vous en livre chronique sous très peu

Les mots entre mes mains, Guinevere Glasfurd, roman traduit de l'anglais par Claire Desserrey, Ed Préludes, août 2016,  448 pp

06 avril 2016

Trois jours et une nuit

 " A la fin de décembre 1999 une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise  à des rythmes lents, la dispairtion soudaine de cet enfant provoqua la stupeur  et fut même considéré, par bien des habitants, comme le signe annonciateur d'une catastrophe." 

9782226325730m.jpg

Ains'Incipit le roman de Pierre Lemaître, tout frais paru

C'est un grand cru

Chronique dans une proche édition

Triois jours et une vie,Pierre Lemaître, roman, Ed. Albin Michel, mars 2016, 286 pp

23:47 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

08 mars 2016

Journal d'un vampire en pyjama

  • 9782226321824m.jpg

Faire le con poétiquement est un métier formidable

 6 novembre 2013

 «Tu fais trop de choses à la fois, tu n'as plus vingt ans », me disait-on.

Je me reposerai quand je serai mort. Je suis un drogué du panache. J'ai des cavernes d'Ali  Baba plein le crâne, à s'en faire claquer les orbites. Je ne  m'ennuie jamais, sauf quand on me ralentit. J'ai dans le cœur un feu d'artifice. Véritable homme-volcan, c'est de la lave qui coule dans mon sang. Je cherche le spasme électrique de la surprise. Je ne sais pas vivre autrement.

 Ains'Incipit un récit fabuleux, journal d'un combat gagné contre une maladie auto-immune, d'une traversée de l'enfer évoquée de plume magistrale. Vous en aurez bientôt chronique sur notre blog.

Journal d'un vampire en pyjama, Mathias Malzieu, témoignage, Ed. Albin Michel, janvier 2016, 236 pp

 

10:15 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

01 février 2016

Le son du silence

411nxZ9dhbL._AA160_.jpg
    "Moi qui n'ai jamais été enfant, j'entre dans la salle immense du Royal Albert Hall à Londres. Ils sont des milliers. Là. Avec leurs corps vivants venus entendre, sentir, respirer par les notes le souffle de Dieu. C'est cela que je sers. C'est mon désir de toujours.

   Je salue le public. Les applaudissements s'estompent. Un homme tousse. Le piano attend. Je m'assois. Et alors, il y a la musique. Et tout advient. La musique c'est eux, c'est moi, c'est vous, c'est nous qui cherchons le silence."

Ains'Incipit une publication majeure de la rentrée de janvier.. en ce tout début février, Le son du silence, ou le parcours de (jeune) vie, de musique et spiritualité de la pianiste virtuose Hieon Jeong Lim, née près de Séoul, fin octobre 1986.

Le son du silence, Hieon Jeong Lim, témoignage rédigé avec la collaboration de Laurence Nobécourt, Ed. Albin Michel, février 2016, 186 pp

06:46 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

27 janvier 2016

Alexandra David-Néel, passeur pour notre temps

téléchargement.jpg

"Un monsieur à barbe blanche promène sa fillette de
six ans dans les larges allées du bois de la Cambre,
le parc arboré que les Bruxellois aiment fréquenter
lorsque le temps s'y prête. Les hêtres superbes contri-
buent
à la sérénité du lieu agrémenté d'un lac et de
son île. Nous sommes en 1874, le monsieur s'appelle
Louis David."

Ains'Incipit  le bel essai que Joëlle Désiré-Marchand consacre à la célèbre aventurière. Chronique proche en votre blog préféré

Ains'Incipit, à Bruxelles,  en ce vaste et amène bois, foulé naguère pas mes petits pieds, l'itinéraire de la plus grande exploratrice du XXe siècle.....

Alexandra David-Néel, passeur pour notre temps, Joëlle Désiré-Marchand, essai, Ed. Le Passeur, janvier 2016, 272 pp

06:58 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

12 janvier 2016

L'énigme Stefan Zweig

téléchargement (1).jpg" Se pencher sur la vie de Zweig, c'est immédiatement être en déséquilibre. Le gouffre est énorme entre ce qu'on a dit de lui et le vrai visage de Stefan Zweig."

 

Ains"Incipit l'essai que le monstre sacré des planches consacre au célèbre écrivain viennois, si cher à notre blog

Rendez-vous sous très peu pour une chronique de l'ouvrage et une rencontre avec Francis Huster lors d'un proche  et martien déjeuner littéraire de L'Eventail....

 L'énigme Stefan Zweig, Francis Huster, essai précédé d'une préface d'Eric-Emmanuel Schmitt, Ed. Le Passeur, oct. 2015, 224 pp

07:05 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

02 octobre 2015

Villa des femmes

Résultat de recherche d'images pour "villa des femmes majdalani"

" Je me suis tenu là tout le temps nécessaire, gardien de la grandeur des Hayek, témoin involontaire de leurs déchirements et de leur ruine, assis en haut du perron de la villa, dans leur carré de soleil, en face de l'allée qui menait au portail. Aussi loin que je remonte, je vois ce portail ouvert, c'est par là que sont arrivées les belles choses et aussi les calamités, c'est par là qu'entra le funeste émigré des années trente, par là que partit le fils cadet et par là aussi qu'il réapparut un jour."

Il est de ces Incipit qui s§ment en germes toute la substance d'un roman. Tel débute celui de Charif Majdalani. Un grand cru dont je vous livre chronique demain.

 
 Villa des femmes, Charif Majdalani, roman, Ed. Seuil, août 2015, 280 pp

 

 

06:56 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

04 septembre 2015

Les Romanov

 Éternelle et sainte Russie, pleine de bruits et de fureurs,  peuplée d’hommes et de femmes incapables du médiocre,  épris de religiosité, superstitieux souvent, vaniteux, prompts à tous les excès. C’est sur cette terre, vibrante, nourrie de contrastes, puissamment libre, qu’une famille va s’imposer, et grandir. Bientôt, sa force et son autorité n’oseront plus être contestées. Les Romanov. Une dynastie, un nom qui nous hante.

On dit souvent que l'Incipit noue le contrat de lecture. Je vous invite, partant, à découvrir le compte rendu de l'essai de Bertrand Deckers, en votre magazine L'Eventail de la rentrée.

Apolline Elter

Les Romanov, Bertrand Deckers, essai, Ed. Pygmalion, mars 2015, 414 pp

 

06:05 Publié dans Incipit, L'Eventail | Commentaires (0) |  Facebook |

28 août 2015

Le secret de l'empereur

product_9782070767847_195x320 (1).jpg"

24 octobre 1555

"Ce soir-là, l'empereur rejoignit son atelier de mécanique et d'horlogerie plus tard que d'habitude.

Chaque jour, il allait faire le rour de sa collection d'objets animés. La guerre, les voyages innombrables, la fatigue n'avaient jamais remis en cause cette habitude. Son corps fatigué par les rhumatismes et les crises de goutte était semblable aux mécanismes qu'il allait vérifier: une journée un peu trop froide, un frottement excessif de l'air suffisaient à le dérégler. Mais en fin de compte, comme chacune de ses pièces d'horlogerie, il parvenait toujours à se mettre en mouvement pour rejoindre son atelier. Les préparatifs de son abdication avaient tout juste décalé d'une demi-heure cette visite quotidienne. "

 

Ains'Incipit un roman captivant, angle d'approche introspectif -  et nouveau-  du célèbre empereur Charles Quint. Je vous donne rendez-vous, le 19 septembre  sur ce blog pour le billet de faveur qu'Amélie de Bourbon Parme nous consent, 

Le secret de l'empereur,  Amélie de Bourbon Parme, roman, Ed. Gallimard, août 2015, 320 pp

 

06:44 Publié dans Incipit | Commentaires (2) |  Facebook |

26 août 2015

D'après une histoire vraie

Résultat de recherche d'images pour "D'après une histoire vraie delphine de vigan""Quelques mois après la parution de mon dernier roman, j'ai cessé d'écrire. Pendant presque trois années, je n'ai pas écrit une ligne. Les expressions figées doivent parfois s'entendre au pied de la lettre: je n'ai pas écrit une lettre administrative, pas un carton de remerciement, pas une carte postale de vacances, pas une liste de courses. Rien qui demande un quelconque effort de rédaction, qui obéisse à quelque préoccupation de forme. Pas une ligne, pas un mot. La vue d'un carnet, d'une fiche bristol me donnait mal au coeur. "

Ains'Incipit l'opus de Delphine de Vigan, intrigant, envoûtant, dérangeant...

Fabuleux

Il paraît, ce jour.

Rendez-vous le samedi 5 septembre sur le blog pour le billet de faveur que l'auteur nous accorde

D'après une histoire vraie, Delphine de Vigan, roman, Ed. JC Lattès, août 2015, 488 p

22 août 2015

La cache

«  Je ne les ai jamais vus sortir à pied seuls ou même de conserve. Accomplir cet acte tout simple qui consiste à déambuler le long d’un trottoir. Ils ne s’aventuraient hors de la maison que motorisés. Assis l’un contre l’autre, à I’abri d’une carrosserie, derrière un blindage, même léger. Dans Paris, ils circulaient à bord d’une Fiat 500 Lusso, de couleur blanche. Une voiture simple, maniable, rassurante, à leur échelle, avec sa rotondité, sa taille naine, son compteur de vitesse gradué jusqu’à 120 km/h, son moteur bicylindre à l’arrière qui produisait un râle, un toug-toug de vieux canot crachotant. « 

Ains'Incipit un des récits-phares de la rentrée, centré sur la personnalité- matriarcale -d'une femme aussi extravagante qu'attachante, grand-mère du journaliste Christophe Boltanski.

Pur bonheur de lecture.

Rendez-vous le week-end du 12 septembre sur votre blog préféré. Gageons que vous ne le regretterez...

La cache, Christophe Boltnski, roman, Ed. Stock, août 2015, 340 pp

07:03 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

19 août 2015

Discours d'un arbre sur la fragilité des hommes

DISCOURS_D_UN_ARBRE.jpg

"De  l’histoire qui va suivre, un arbre a été témoin.

Cet arbre s’élevait, il y a peu encore, dans un quartier populaire de Shenyang, province de Liaoning, au nord-est de la Chine. Depuis la rue, on apercevait sa cime ou, pour mieux dire, le sommet de son déploiement : quelques branches hagardes, au bout jauni comme des ongles de fumeur."

 

Ains'Incipit un roman phare, fabuleux de la rentrée littéraire.

Rendez-vous demain sur le blog du Pavillon pour le billet de ferveur que l'écrivain nous consent

 

Discours d'un arbre sur la fragilité des hommes, Olivier Bleys, roman, Ed. Albin Michel, août 2015, 296 pp

16 août 2015

Petit éloge du petit déjeuner

Grillon et juillet 2009 024.jpg

Tandis que le 16 août sonne les trois quarts de l'été

Et le glas proche de la rentrée

Penchons-nous sur l'un des moments-clefs

De la journée

A savoir, le petit déjeuner

 

En guise d'entrée (en matière), je vous propose l'incipit bien proustien d'un-  petit-  ouvrage sympathique qui paraît le 3 septembre, avec nos bonnes résolutions, de la rentrée, le Petit éloge du petit déjeuner, Thierry Bourcy, Ed. Gallimard/ Folio 2 €, Inédit, sept. 2015, 116 pp

Nous avançons de quelques heures notre traditionnel High Tea dominical de 17 heures pour l'adapter à la promesse de la journée.

 

" Longtemps, ce ne fut qu’un passage obligé entre le sommeil et I’ école. Il m’en reste des goûts de Tonimalt et de pain grillé, celui qu’on passait au four bien avant I’installation  d’un toaster dans notre cuisine au carrelage jaune. Je revois mon père, dans la lumière électrique des matins d’hiver, nous préparer, à ma sœur et à moi, un chocolat chaud qu’il faisait recuire dans une petite casserole avec juste ce qu’il fallait de sucre pour en exalter la saveur de cacao. Je soufflais sur mon bol pour le refroidir et j’écartais soigneusement, du bout de ma cuillère, le rideau de peau qui s’était formé à la surface avant de plonger les lèvres dans le liquide épais, délicieux. "

 

22 juillet 2015

Un jeune homme viennois

Résultat de recherche d'images pour "stefan zweig bona"

" C’est un jeune homme svelte, aux yeux de velours noir, aux manières feutrées,  au sourire d’exquise courtoisie. Il a dix-neuf ans en 1900. Il fume cigarette sur cigarette, se lève et se couche tard, ne pratique aucun sport et, lorsqu’il ne joue pas aux échecs ou au billard, passe sa vie à lire ou à discuter. On le voit beaucoup dans les cafés.

Ains'Incipit la merveilleuse biographie que l'Académicienne Dominique Bona consacre à Stefan Zweig et, sur le blog du Pavillon, une huitaine thématique centré sur cet écrivain magistral.  Nos cours de la rentrée rencontreront l'épistolier prolixe, fougueux et généreux qu'il incarna.

Stefan Zweig, L’ami blessé, Dominique Bona, biographie, Ed. Grasset, 2010, 464 pp

23 juin 2015

Trompe-la-mort

Résultat de recherche d'images pour "trompe-la-mort guenassia" 

Je suis mort le jeudi 5 février 2004 à 7 h 35 du matin .Je ne sais pas si j’ai été tué alors que l’hélicoptère était en vol ou lorsqu’il s’est écrasé au sol. Personne n’a été capable de me le préciser. En vérité, je m’en fous. Le résultat est le même.  J’ignore également si les souvenirs qui m’assaillent sont la preuve qu’il existe quelque chose après la mort et que je suis désormais un esprit qui volette dans I’immensité, ou si je vois défiler les événements les plus importants de ma vie avant de disparaître pour toujours …

Ains'Incipit le roman de Jean-Michel Guenassia, maître en suspens et en narration...

L'argument, je vous le livre, copié/collé d'une quatrième de couverture bien agencée...

 

"Tom Larch est-il vraiment immortel ? Aucun être humain n’aurait pu survivre aux accidents dont il s’est tiré. A-t-il un secret qui le protège des coups du sort ? Ou un ange gardien qui veille sur lui ? Est-ce le hasard ou son instinct de vie qui lui permet de s’en sortir à chaque fois ? Obligé de quitter New Delhi pour Londres à huit ans, Tom est depuis toujours écartelé entre ses deux cultures. Celle de sa mère, indienne, et celle de son père, ingénieur anglais. A dix-huit ans, il s’engage dans les Royal Marines, et devient un héros, malgré lui. Rendu à la vie civile, il devra affronter ses propres démons quand l’un des hommes les plus riches du monde lui demandera d'aller en Inde à la recherche de son fils, que Tom est le seul à pouvoir retrouver.

Formidable conteur, Jean-Michel Guenassia nous entraîne à la suite de Tom Larch dont le destin se mêle aux tumultes de l’Histoire. Comme dansLe Club des incorrigibles optimistes, il convoque avec maestria dans ce roman magistral tout ce qui fait notre XXIe siècle."

Trompe-la-mort, Jean-Michel Guenassia, roman, Ed. Albin Michel, janvier 2015, 400 pp

09 juin 2015

Le bal du siècle

Le bal du siècle

 C’est un bal à Venise au lendemain d’une guerre où des hommes sont devenus des monstres et les monstres eux-mêmes n’en sont pas revenus. C’est un bal à Venise alors que l’Europe agonise, et que l’on s’interroge en vain sur le général Marshall,  est-il ou non de bonne famille ? C’est un bal à Venise avec des gentilshommes désaxés et des princesses de pacotille qui se prennent pour des héroïnes hollywoodiennes, C’est un bal, c’est Venise, c’est le foule qui scande «Don Carlos, Don Carlos », devant des touristes ébahis, Don Carlos mais qui est-ce, un doge, un acteur, le pape ? Le peuple s’insurge, le peuple est communiste, comme il déteste les richesses d’autrui ! Le Vatican s’étouffe, ostentation ne devrait pas rimer avec religion.

 

Ains'INCIPIT le nouveau roman de Stéphanie des Horts. Rendez-vous demain pour notre compte rendu de lecture

Le bal du siècle, Stéphanie des Horts, roman, Ed. Albin Michel, mai 2015, 266 pp

07:05 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

28 mai 2015

Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau

Résultat de recherche d'images pour "vierundzwanzig stunden aus dem leben einer frau"« 

" In der kleinen pension an der Riviera, wo ich damals, zehn Jahre vor dem Kriege, wohnte, eine heftige Diskussion an unserem Tische ausgebrechen, die unvermutet zu rabiater Auseinander setzung, ja sogar zu Gehässigkeit und Beleidigung auszuarten drohte. »

 Ains-Incipit la célèbre nouvelle  de Stefan Zweig, dans sa langue d'écriture...

Je ne puis en poursuivre la lecture, faute d'une pratique de la langue de Goethe, ni rester insensible à sa musicalité....

Bonne Princesse, je vous en livre la traduction et vous engage à re-visiter l'oeuvre,  forte d'une nouvelle traduction opérée par Olivier Le Lay, pour la collection folio bilingue.

 "Dans la petite pension de la Riviera où, dix ans avant la guerre, je logeais alors, une vive discussion s’était engagée à notre table, qui menaça soudain de dégénérer en affrontement violent et s’accompagna même de paroles haineuses et outrageantes. "

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme , Vierundzwanzig Stunden aus dem Leben einer Frau  Stefan Zweig, nouvelle, traduit de l’allemand par Olivier Le Lay, Edition de Jean- Pierre Lefebvre. Folio Bilingue n° 192, février 2015,  208 pp

 

21 mai 2015

Au plaisir d'aimer

Résultat de recherche d'images pour "au plaisir d'aimer boissard" Et... Au bonheur de ces dames...

"Papa est mort, hier, à 76 ans, dans les fastes rouge et or de l'été indien, au chant des oiseaux annonçant la venue de la nuit, la fenêtre de sa chambre donnant sur le parc, ouverte à deux battants."

Ains'Incipit le nouveau roman de Janine Boissard et le souci de la  dévolution du château familial de Fortjoie, assez lourde de contraintes financières.

Qu'à cela ne tienne, ses trois filles, Diane, , Margot et Filippa (la narratrice)  de Fortjoie vont trouver une solution win win de génie: fédérant autour de l'entretien du domaine et celui de quatre peintres de talent hébergés par feu leur père, la générosité des dames de Poitiers, le trio  de Fortjoie va proposer à celles-ci la réalisation de leurs portraits.  Un agenda d'ateliers et de séances de pose est prévu qui propulse les artistes dans les sphères tarifaires des artistes les plus prisés.

"Bien sûr poser nues était exclu pour les dames de l'association, trop pudiques et peu soucieuses d'exposer des charmes plus de la première fraîcheur..."

En revanche, posé sur elles, le regard des jeunes peintres - craquants - leur restitue une féminité, une sensualité dont elles se croyaient dépourvues après de longues années de carrière, d'accoutumance, d'indifférence conjugales...

Il n'en faut guère plus pour que les maris - infidèles chroniques- se réveillent et crient au scandale....

Au plaisir d'aimer, Janine Boissard, roman, Ed Flammarion, février 2015, 316 pp

17 avril 2015

Le trésor d'Hugo Doigny

Doigny 3D" Hugo aime les Namuroises. Rondes ou maigres, riches ou pauvres, en talons aiguilles ou en baskets, le pas vif ou l'allure traînante, il les aime. Sans doute cette odeur sambrée, ce voile mystérieux qui trouble le regard de ceux qui vivent à deux pas d'un confluent ou peut-être encore ce mélange de force et de fragilité dans l'échine des provinciales protégées par une citadelle depuis des générations. A vrai dire, il ignore pourquoi mais il aime les Namuroises."

Rendez-vous jeudi 23 avril sur notre blog pour la chronique d'un thriller éminemment sympathique.

Le trésor d'Hugo Doignies, Eva Kavian, thriller, Ed. Luc Pire, coll. " romans de gare", février 2015, 144 pp

07:24 Publié dans Incipit, Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

30 mars 2015

Le voyant

"Rien, pas l'once d'une plainte, pas l'ombre d'un regret, pas trace d'une quelconque amertume, pas la moindre colère, pas non plus de protestation et jamais de jalousie. Aucun sentiment bas, nulle révolte vaine. Au contraire, une paix avec soi-même, une harmonie avec le monde, une équanimité souveraine, un optimisme ravageur, une vaillance hors norme, une foi d'airain, et même une manière de gratitude pour le destin qui, en le privant des ses yeux, en lui ayant refusé le spectacle de la beauté à l'âge des premiers émerveillements, développa chez lui ce qu'il nommait le regard intérieur."

Le voyant, Jérôme Garcin, Ed. Gallimard, janvier 2015, 192 pp

06:23 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |