01 juillet 2017

Médan - un second Nohant

L'hospitalité des Zola à Médan est légendaire. Comme celle de George Sand, à Nohant

Aussi, Emile se morfond-il lorsque, à  court de chambre, il doit refuser l'hospitalité - du moins la postposer -  à son ami, Paul Cézanne.

Découvrons la lettre qu'il lui adresse. Prenons-en graine pour .. nos maisons de vacances

Des vacances que je vous souhaite, fabuleuses

 PC.jpg

À PAUL CÉZANNE

Médan, 2 juillet 1885

Mon vieil ami, je suis désolé. La mère de Charpentier, qui ne devait pas venir, s'est décidée au dernier moment, et cela va me faire deux personnes de plus, elle et une domestique. Je vais avoir neuf personnes à coucher, toutes mes chambres seront prises; sans compter que je suis menacé des Daudet et de Goncourt.

Je sais combien tu as le désir de venir tout de suite, et moi-même je me faisais un plaisir de t'écrire d'arriver. Mais il va falloir que tu attendes que tout ce monde soit parti, maîtres et valets. Ce qui me console, c'est que nous serons mieux ensuite, plus libres, plus entre nous. J'espère qu'ils ne resteront pas plus d'une dizaine de jours, et je t'écrirai tout de suite, suite, de façon à ce que tu sois ici le soir, s'ils partent le matin.

Ne m'en veuille pas, je viens de chercher toutes les combinaisons imaginables, sans parvenir à te caser convenablement. C'est une invasion qui dépasse ce que j'avais prévu. A bientôt, n'est-ce pas? et vives amitiés de ma part et de celle de ma femme.

(...)

                                                                                                                             Emile Zola

 

 

Paul Cézanne- Emile Zola, Lettres croisées, 1858-1887, Edition établie, présentée et annotée par Henri Mitterand, Ed. Gallimard, sept. 2016, 460 pp [ abrév. PCEZ]

 

06 juin 2017

Zola et la zymnastique

Zola Pagès.jpg

Tandis que nous poursuivons l'examen de la correspondance ô combien généreuse  d'Emile Zola, nous découvrons, avec bonheur, une certaine aversion pour la gymnastique et la merveilleuse mauvaise foi d'un jeune homme de 20 ans . Zela nous plaît. Il s'adresse à son ami accidenté  Baille (non prénommé Corneille). 

                                                                            Paris, 2 juin 1860

               Mon cher Baille,

(...)

. J'ai toujours maudit de bon cœur les exercices gymnastiques; mais,  depuis ton accident, je suis encore plus courroucé contre eux. Se donner une blessure, une souffrance de toute la vie, et cela en grimpant à un trapèze! Mon pauvre vieux, je te plains et, en même temps, je suis un peu en colère contre toi.

Un début juin qui enjoint

 -Zola. Correspondance. Choix de textes et présentation par Alain Pagès,Ed. Garnier Flammarion, février 2012, 382 pp

30 mai 2017

Une seule lettre vous manque...

Tandis que l'année se termine, radieuse et active, je travaille d'arrache-clavier aux cours épistolaires de la rentrée...µ

Grande part sera faite à l'être de lettres, privées, amicales, ouvertes, engagées... que fut Emile Zola (1840-1902)

Nous avons découvert en lui un puits sans fonds mais non pas sans amour

Un amour qu'il partage avec les deux femmes de sa vie,  Alexandrine, as "Madame Zola" mais aussi et en même temps, Jeanne Rozerot, la mère de ses enfants.

Les séparations du couple Zola -  voyages et exil de l'un, cures de l'autre - généraient une correspondance quasi quotidienne. L'absence en signifiait souffrance

«  Je suis comme toi, lui répond-elle, lorsque ta lettre me manque, ma journée est stupide et désorientée"

s'exclame Alexandrine en cet extrait issu de la biographie que lui consacre Evelyne Bloch-Dano

Nous reviendrons sur le sujet, cela va sans dire

Madame Zola.jpg

 

 

Madame Zola, Evelyne Bloch-Dano, biographie, Ed Grasset,  1998 (nouveau dépôt légal, 372 pp

 

07 février 2017

Mar-dites-moi, Emile Zola

Zola Pagès.jpg

Pédalant à travers la correspondance d'Emile Zola en ces jours peu grisants de grisaille - mais oui, je prépare activement les cours de la rentrée -  je découvre ses lettres de jeunesse - vous en reparlerai - dont la fameuse et infiniment longue "Lettre sur les écrans" qui lui permet de structurer sa pensée du moment. Le futur écrivain est âgé de 24 ans. Il affirme , un brin pontifiant, à son jeune ami Antony Valabrègue :

 "Les écoles n'ont jamais produit un seul grand homme; ce sont les grands hommes qui ont produit les écoles"

A creuser, c'est sûr; nous y reviendrons, cela ne fait pas un pli

-Zola. Correspondance. Choix de textes et présentation par Alain Pagès,Ed. Garnier Flammarion, février 2012, 382 pp