13 mai 2016

Leçon d'orthographe

images.jpg

 

Les vacances, c'est bien connu, sont faites pour se reposer

L'heure n'a pas encore sonné pour vous; je vous propose dès lors cette jubilatoire leçon de déchiffrage, découverte dans le très ségurien ouvrage, Les vacances, qui clôt la fameuse "trilogie Fleurville" chère à notre ..chère comtesse., née Rostopchine.

Pas de doute la lecture de la bibliothèque rose revêt un intérêt hautement pédagogique...

 

 

« Trais honoré dame

 

«Celci es pour vou dir qu ma metresse es trais malade de la tristece qe lui done la mor de son marri, chi nes pas conte ni Blagosfqui; cè un eschappé des galaire du non de Gornbou, qu'il lui a devorai tou son arjan et queu le bon Dieu à lécé pairir qan il sé cheté dans le glacié pourlor queu les bon jamdarm son vnu le prandr pour le rmette au bagn. la povr madam en é tombé corne une mace. el pleuré é demandè qu'on la ramen au chato de mamsel Sofi, alors jeu lé ramné e alor el veu voir mamsel, qel lui fai dir quel va mourire é quel veu lui doné sa ptit mamsel a elvé, avecque laqel jé loneure daitre ma tré onoré daM.»

 

V otr très zumble cervante,   Edvije Brgnprzevska fam de conpani de madam la contece Blagofsqa, qi né pas du tou conten, queu si jlavês su jnsrès pas zentré ché zel. Je pri cè dam dme trouvé une bon place de dam de conpagni ché une dam comil fo.» »

 

Extrait de: Les vacances, comtesse de Ségur, Ed. Hachette, 1859

 

10 mars 2016

Le point de vue de Gaston

comtessedesegurlogo.jpg« Une publication intéressante et qui compléterait les travaux littéraires de ma mère, ce serait, non la collection complète de ses charmantes lettres (de gros volumes n’y suffiraient pas !), mais une collection quelconque de lettres choisies, principalement de celles qu’elle écrivait à ses enfants et petits-enfants. Personne n’écrivait comme elle, et cela jusqu’à la fin ; et comme elle était la franchise et la simplicité même, ses lettres feraient connaître, mieux encore que ses livres, toutes les richesses de son excellent cœur, de son esprit, de sa brillante imagination, et aussi de sa foi profonde et de sa solide piété. » (Citation extraite du livre : Ma mère[1], de Mgr de Ségur.)

Merci, Monseigneur. Si vous saviez comme nos tablées de correspondance, dédiées à votre illustre Maman suscitent des vocations. Même auprès des Messieurs..

Pas de doute, votre Maman a nourri notre enfance, structure notre paysage adulte inconscient.

[1] Ma mère Souvenirs de sa vie et de sa sainte mort par Monseigneur Gaston de Ségur fils aîné de la comtesse de Ségur – (Édition de référence : Grand Album Comtesse de Ségur, collection Grandes Oeuvres, Editions Hachette, Paris, 1983. 

18 août 2015

A (l') Aube, je m'en irai, sur les traces de la comtesse de Ségur

Résultat de recherche d'images pour "musée comtesse de ségur"

Je vous ai promis un compte rendu de la visite du musée d'Aube, consacré à notre chère Comtesse de Ségur

Je ne faillis pas à la promesse.. de l'aube  même si la découverte, tant attendue, m'a laissée ...perplexe.. Bien gentil, ce petit musée, désuet et touchant (peut-être) à l'image de cette enfance charmante que la célèbre comtesse entend immortaliser....

Quatre pièces lui sont consacrées qui évoquent, photos et commentaires enregistrés à l'appui,l' enfance russe de "Sofialetta " à Vonorov (grand domaine agricole près de Moscou) ses enfants, petits-enfants, écrits...jouets et instruments d'écriture de l'époque - pas nécessairement les siens... histoire de nous remettre (un rien) dans l'ambiance.

Transformé en une institution médico-pédagogique, le célèbre château des Nouettes ( à 2-3 kms du centre d'Aube) ne se visite plus; nous y avons fait un saut, tandis qu'une fête champêtre s'achevait... vision de Fleurville à la sauce 2015

Le musée fut inauguré dans les années 1980 à l'initiative d'Arlette de Pitray, petite-fille d'Olga, elle-même fille cadette de la comtesse de Ségur.

Musée de la comtesse de Ségur

www.musee-comtessedesegur.com

Rue de l'Abbé Roger Derry, 61270 Aube, France
+33 2 33 24 60 09

17 août 2015

La promesse d'Aube

Demain, dès l'aube...

A l'heure où se proflle le programme

De la journée

Nous partirons

 

Résultat de recherche d'images pour "musée comtesse de ségur"

 

A la rencontre de Sophie, née Rostopchine

Apolline, Les pensées séguriennes du lundi

 

19 juillet 2015

Moralité

Les oeuvres de la comtesse de Ségur ont une finalité morale, cela ne fait pas un pli; ses lettres, aussi.

Destinées à l'édification des ses jeunes lecteurs, cette grand-mère de rêve n'a pas son pareil pour la mise en scène des situations; les enfants la lisent yeux brillants, l'écoutent bouche bée tandis qu'ils s'imprègnent sans y prendre gare de principes hautement éducatifs 

Dans une missive datée du 28 août 1861, elle déclare à Camille de Malaret, 

"J’avais commencé il y a trois jours un livre que je ne ferai pas, parce que le sujet ne me plaît pas et qu’il ne peut en sortir aucune moralité. Je vais en commencer un autre, l’inconvénient des cancans, des commérages ; {‘ai des types excellents parmi des Russes de ma connaissance …"

C'est ce qui s'appelle, être dans le secret des dieux.

 

La comtesse de Ségur. Correspondance . Edition établie par Marie-José Strich,  Préfacée par Michel Tournier, Editions Scala 1993, 216 pp [

17 juillet 2015

Jardins de papier

Résultat de recherche d'images pour "Jardins et papiers bloch" Dans le bel ouvrage que la célèbre biographe consacre aux jardins des écrivains  -  nous y reviendrons -  un passage est dédié à notre amie, comtesse de Ségur. 

Je vous le livre, in extenso :

" Les jardins des petites filles modèles étaient à la fois un outil pédagogique et un territoire de liberté. Comme j'en ai rêvé, enfant! Grâce à eux, Camille et Madeleine, apprenaient la responsabilité, le sens de la propriété, le goût du travail bien fait, et le plaisir de déguster et de partager. Dans le grand parc des Vacances, on construit des cabanes entre cousins, on se poursuit, on goûte sur l'herbe, on joue, on se cache. Le jardin autorise l'insouciance de l'enfance et permet l'apprentissage de la vie adulte. De l'immense propriété des Rostopchine près de Moscou, au château des Nouettes dans l'Orne, Sophie de Ségur avait su tirer les enseignements de sa propre jeunesse sous la férule d'une mère farouchement rousseauiste, puis les fruits amers d'une existence migraineuse d'épouse trompée. Son salut fut un jour d'écrire pour ses petits-enfants, accueillis dans sa propriété."

 

Jardins et papiers, De  Rousseau à Modiano, Evelyne Bloch-Dano, essai, Ed. Stock, avril 2015, 250 pp

16 juillet 2015

Les vacances

317_001.jpg

" Les enfants étaient en vacances, et tous avaient congé; les papas et les mamans avaient déclaré que, pendant six semaines, chacun ferait ce qu'il voudrait, du matin au soir, sauf deux heures réservées au travail"

Programme idyllique au tableau de  cette réunion des familles, proposée par notre chère Sophie Rostopchine

La délicieuse grand-mère se faisait une fête des vacances au château des Nouettes, se payait un cafard d'enfer, quand sonnait l'heure de la rentrée

Elle traduit dans son roman Les vacances la peinture - idéalisée - qu'elle s'en fait; le relire avec nos yeux d'adultes procure une sensation très agréable, révélant à notre souvenir, toutes ces images estivales et fortes qui ont nourri notre imaginaire, notre inconscient

"-  Je propose une grande promenade au moulin, par les bois, dit M de Rugès. Nous irons voir la nouvelle mécanique établie par ma soeur de Fleurville, et, pendant que nous examinerons les machines, vous autres enfants vous jouerez sur l'herbe où l'on vous préparera un bon goûter de campagne: pain bis, crème fraîche,lait caillé, fromage, beurre et galette de ménage. Que ceux qui m'aiment me suivent!

Tous l'entourèrent au même instant. Les enfants qui étaient partis au galop, revinrent sur leurs pas et se groupèrent autour de leurs parents. "

Les Vacances, Comtesse de Ségur, roman,  Hachette, Bibliothèque rose, 1859 - Nombreuses rééditions

 

15 juillet 2015

Comtesse de Ségur, née Rostopchine

Notre passion de l'épistolaire - angle d'approche merveilleux des grands écrivains, laboratoire de leur plume, nous amènera, dès la rentrée de septembre 2015, à étudier les correspondances de Stefan Zweig et de la Comtesse de Ségur. Grand-mère modèle, cette dernière est entrée en écriture sur le tard, confectionnant pour les jeunes oreilles de ses premières petites-filles, Camille et Madeleine de Malaret, une série de contes palpitants.

Partant, elle publiera 20 ouvrages auprès des éditions Hachette, auteur-phare de la célèbre Bibliothèque rose et dédiera chacun de ses ouvrages à l'un de ses vingt petits-enfants. Fidèle à son éditeur- Louis Hachette, représenté par son directeur littéraire et gendre Emile Templier, elle entretient avec ce dernier une correspondance abondante, avenante et ferme à la fois...Il faut l'entendre discuter finances... et corrections d'épreuves.

En guise d'amuse-bouche, l'extrait d'une lettre bien frappée, aux indéniables accents sévignéens:

                                                                                                         Malaret, , 9 décembre 1871

 

 Cher Monsieur,  permettez·vous qu’on vous gronde, et qu’un malheureux auteur qui vous a livré un manuscrit il y a plus de trois ans, qui sait par vous-même que le livre est publié et en vente depuis quelque temps, qui a promis à ses enfants impatients d’avoir enfin ce volume tant demandé, tant promis, que cet auteur infortuné qui ne vois [sic] rien venir, se révolte enfin et accuse son cher Editeur, d’oubli, de négligence &c. Il y a longtemps, plus de trois semaines que je vous ai envoyé une liste de mes livres à expédier ; ni moi ni mes enfants n’avons rien reçu (…)

Ferez-vous droit à ma plainte et à ma requête ou bien faudra-t-il attendre que votre petit-fils puisse lire lui-même le volume que je demande, le dernier de mes ouvrages ? J’espère avoir bientôt à vous écrire pour vous remercier et non pour me plaindre.  

  SR.Ctesse de Ségur 

Comtesse de Ségur, Oeuvres (vol. I) dont  Lettres à son éditeur, Edition établie et annotée par Claudine Beaussant,  Ed. Robert Laffont, mars 2009, 1094 pp

 Coup d'envoi est donné aux Vacances et à une semaine spécialement dédiée à la merveilleuse Sophie Rostopchine