19 octobre 2013

Retour à Salem

«  Il y a  chez Brahms, et qui me ressemble, cette tentation de la nuit que dépasse et transfigure une joie plus haute, plus forte, enracinée dans toute la création. »

 Après Variations sauvages et Leçons particulières (Robert Laffont, 2003 et 2005), deux lectures qui résident en  notre mémoire,  récits autobiographiques travaillés d’une plume précise, exigeante,  élégante, Hélène Grimaud, nous revient,  publiant…de concert, Retour à Salem, un récit, énigmatique, centré sur son rapport à Johannes Brahms et le double CD des concerti  pour piano numéro 1 en Ré m op 15 et numéro 2 en si bémol  majeur, op 83 du compositeur hambourgeois.

Une coïncidence voulue – évidemment – pour la célèbre pianiste qui depuis  longtemps  se reconnaît en Brahms, s’identifiant  au compositeur au point d’en ressentir les plus intimes émotions.

«  Brahms m’est plus intime que n’importe quel autre compositeur et il est celui sans lequel  je ne pourrais vivre. Est-ce pour les exigences aigües d’équilibre sonore que pose sa musique pour piano, moi qui ai si longtemps aimé marcher entre deux abîmes et flirter avec le vertige ? Cette musique m’a proprement révélée. Elle m’a appris à résoudre l’apparent dilemme entre les voix supérieures et inférieures. »

Découvrant au hasard d’une promenade dans les rues d’Hambourg , la boutique-fantôme,  Lewis Carrolienne d’un antiquaire, les feuillets éparpillés d’un manuscrit de Karl Würth,  nom de plume de Brahms,  Hélène Grimaud entreprend, aidée d’un ami traducteur, d’en reconstituer la trame narrative, enchâssant dans son propre récit , cette sorte de conte fantastique aux allures prophétiques.

« Une pianiste décidée à habiter l’éternité dans le moment. »

Ses aficionados   - j’en suis – saisiront mieux le rapport d’Hélène Grimaud à l’existence. A l’univers.
Tout simplement.

Ce faisant, elle nous offre voie impériale d’accès à son âme.

Grandiose.

Apolline Elter

Retour à Salem, Hélène Grimaud, récit, Albin Michel, octobre 2013, 252 p, 19 €

♫  Hélène Grimaud ; Concertos  de Brahms pour piano et orchestre numéros 1 en Ré mineur op 15 et 2 en Si bémol majeur op. 83, - Deutsche Grammophon / Universal – 30 septembre 2013.

23 octobre 2011

Concerto grimaldien

helene_grimaud.jpg Assister à une prestation d'Hélène Grimaud suspend le temps d'un moment d'exception. La virtuose se produisait au Bozar (Bruxelles) ce vendredi 21 octobre, en la salle Henri Leboeuf, pour un concert donné en l'honneur des 75 ans (...de l'orchestre national de Belgique)

Mis en appétit par une ..déconcertante ouverture d'été de Jacques Leduc, le public était fin prêt à honorer l'attaque sublime, brillantissime, grimaldienne du concerto n°1 de Brahms, pour piano et orchestre. Une Hélène Grimaud, de noir et satin gris vêtue, radieuse sous  une chevelure (trop) généreuse qui masquait, quel dommage, son visage, concentrée, généreuse dans sa virtuosité d'interprétation, offrant à un public, conquis, une communion d'esprit et, après la standing ovation,  la gracieuse exécution d'une mélodie de Gluck, arrangée par Scambati. L'orchestre, dirigé par Walter Weller exécuta, après l'entracte une symphonie d'Albert Roussel, qui, hélas pour elle, avait franchement un petit goût de Saint-Pierre, après le bon Dieu..

Apolline Elter

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

 

Pour notre "High Tea" de ce dimanche ensoleillé, je vous suggère, tout naturellement l'écoute du concerto numéro 1 de Brahms dans son interprétation, époustoufflante (re)création, grimaldienne.....

02 juin 2010

ZAZ

ZAZ: trois lettres qui font parler d'elle.

Une voix chaude,puissante,  rauque, juste ce qu'il faut, de l'énergie à offrir à la terre entière et des accents piaffiens indéniables. Sans oublier une extraordinaire propension de ses cordes à se faire "trompette" ("Je veux") 

Vous piaffez d'en savoir plus?

Je vous invite à découvrir son 1er album qui déjà cartonne : "Je veux" , "Ni oui, ni non", "Les passants" ...

Et à succomber à une voix et une orchestration peu communes.

Apolline Elter

CD-Lirants.

 

06:45 Publié dans CD lirants | Commentaires (1) |  Facebook |

05 août 2009

Joaquin RODRIGO

Afficher l'image en taille réelle

Le nom de Joaquin RODRIGO vous évoque d'emblée le célébrissime "Concerto de Aranjuez", pour guitare et orchestre. C'est bien. Vous songez aussi à la très belle "Fantasia para un gentilhombre". C'est très bien. 

Je vous suggère,  du reste, de les écouter durant ces quelques notes qui évoquent la longue vie de ce compositeur très attachant. Ou plutôt non, je vous invite à découvrir quelques oeuvres moins connues, de madrigaux, chansons, danses, sonate pimpante, .....rassemblées dans un délicieux CD produit par Columna Musica.

"Ce siècle avait un an..."

Né le 22 novembre 1901, à Sagunto (du côté de Valence), le compositeur traversera tout le XXe siècle puisqu'il mourra, à Madrid,  le 6 juillet 1999, à l'âge de 98 ans.

Rendu aveugle à 3 ans des suites de la diphtérie, le jeune Joaquin publie en 1923 Dos esbozos, pour violon et piano. En 1927, il se rend à Paris où il se lie d'amitié avec Ravel, Milhaud, Honneger, Stravisky et Manuel de Falla. Il est élève de Paul Dukas.

En 1933, il épouse la pianiste turque Victoria KAMHI (décédée en 1997), qui restera sa collaboratrice la plus assidue.

Le couple se fixe à Madrid, en 1939,à la fin de la guerre civile; le succès de la création, à Barcelone - tiens, tiens - en 1940 du Concerto de Aranjuez vaudra à Joaquin Rodrigo une reconnaissance internationale.

Les quelque 170 compositions qu'il laissera allient concerti (11), sonates, chansons, oeuvres chorales, cantiques, ...évoquant le paysage de l'Espagne, depuis l'époque romaine jusqu'à la poésie contemporaine.

Outre son travail de compositeur, Rodrigo oeuvrera comme critique musical, notamment sur les ondes de la Radio nationale espagnole. En Belgique, il occupera le siège de Benjamin BRITTEN, à L'Académie des Beaux-Arts (1978).

En 1991, il se voit - ainsi que son épouse - décerner le titre  -féérique - de "Marquès de los Jardines de Aranjuez" par le Roi Juan Carlos.

Il décède à Madrid, le 6 juillet 1999.

Apolline Elter

 Canciones & Danzas, Joaquin RODRIGO, Columna Musica (Isabel Monar, soprano, Ala Voronkova, violin, Mac McClure, piano), 2008, 18,45 €.

Petit faible: la plage 14, issue de L'Album de Cecilia," A la Jota, Jota de las Palomas", aux rythmes délicieusement "pouponnesques"

06:45 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

09 juin 2009

Infréquentable

Infréquentable, Bénabar?

Pas du tout...

Longtemps que je ne vous ai plus parlé CD

Pas du tout...

En plus vous pouvez, sur I-tunes le télécharger

Pas du tout..

Le rythme est envolé, les paroles, bien dosées,

Pas du tout....

Apolline Elter

Infréquentable, Bénébar, oct 2008, Pas du tout, A la campagne, Tout vu, tout lu, ...

Bonne humeur assurée pour toute la journée.

 

 

09:12 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

26 mars 2009

Nicolas Piovani

Le code a changé...Oui, mais ça, vous le saviez...

La musique est belle. Vous avez donc craqué pour le CD.

Et de l'écouter. Heureuse. Extasiée.

Pas de doute, cela vous rappelle quelque chose..Oui mais quoi?

Un flash vous saisit : elle est belle la vie, sublîme la musique de La Vita è bella, signée, elle aussi,.... Nicolas Piovani.

Bingo, vous venez de découvrir un nouveau Bruno Coulais.

Né en 1946, Nicolas Piovani se profile désormais à vos yeux comme le pianiste, compositeur et chef d'orchestre de génie, qu'il n'a  cessé d'être: à son actif, un Caro Diaro, émouvant, la musique d'Odette Toulemonde, Je vais bien, ne t'en fais pas, Fauteuils d'orchestre, ...Des musts learn pour la fraîche fan que je suis: Il monaciello, Passeggiata al verano ( magnifique pizzicato..), le Concerto Delle Melarance (choral), le final d'Il Camorrista, ...

Que c'est beau, comme c'est ...beau.

 

Apolline Elter

07:00 Publié dans CD lirants | Commentaires (2) |  Facebook |

14 octobre 2008

Fascinante Claire Diterzi

claire_tableau Vous imaginiez bien que je reviendrais sur le sujet.

Claire Diterzi était l'invitée de Sébastien Folin, samedi 10 octobre, à l'occasion de l'émission Acoustic, diffusée, chaque samedi sur TV5 monde.

Je vous invite à consulter le site de l'émission www.tv5.org : cinq chansons offertes en live - les résonnances diffèrent du CD mais on a la gestuelle en prime - deux entretiens, finement menés par Sébastien Folin et les réponses, sincères, de cette pré-quadra à la personnalité ancrée.

Conçu à l'origine comme commande pour un spectacle sur la scène de Chaillot, à Paris, Tableau de Chasse poursuit sa tournée, avec, entre autres, une représentation, le 3 décembre prochain, à 20h30 aux Folies Bergères....

A suivre

Apolline Elter

06:30 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

25 juillet 2008

Georges Cziffra: le virtuose au bracelet de cuir

Cziffra
  La revue Classica de juillet fête ses 10 ans et offre à son public un CD de Georges Cziffra (1921-1994) le virtuose interprète de Liszt. L'occasion de découvrir la revue et l'interprète fabuleux, sans doute l'un des plus grands pianistes du XXe siècle.

  Hongrois de naissance, György CZIFFRA s'opposera au régime politique de son pays. Une peine de trois ans de travaux forcés à porter des pierres (1950 à 1953) lui  laissera de pénibles douleurs dans les articulations (Georges Cziffra, Des canons et des fleurs, Robert Laffont, 1999).

 Le public français, parisien,  adulera cet interprète de génie, fragile et inventif -  ses interprétations sont de véritables re-créations d'oeuvres - , le "virtuose au bracelet de cuir" que certains présentent comme une réincarnation de Liszt.

  Une visite sur le site Qobuz vous propose, via You Tube deux enregistrements dont un document rare de 1934: Georges Cziffra, alors âgé de 13 ans y interprète un impromptu de Schubert.

   En 1981, la perte de son fils et collaborateur - il était chef d'orchestre -  précipitera le génie dans une profonde dépression et consacrera peu à peu sa rupture avec le public français. Certains esprits chagrins lui reprochant du reste le côté restrictif de son répertoire.

  Georges Cziffra meurt à Senlis en 1994.

  A découvrir - si vous le dénichez - le coffret de 4 CD : Les introuvables de Cziffra (Chez Emi Classics)

 Apolline Elter

 

 

08:45 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

28 février 2008

Claire Diterzi, l'Amélie Nothomb de la chanson française

claire_tableau  Recluse volontaire d'une cave au tapis moelleux, Claire Diterzi a travaillé un an durant, du matin au soir à la composition de son magistral "tableau".

Fil conducteur : l'ancienne élève des Beaux -Arts a choisi onze oeuvres , passant du Fragonard, au Rodin, Camille Claudel, Toulouse-Lautrec et Pop'Art et les a illustrées de chansons aux rythmes, voix, effets musicaux extraordinairement variés. Telle cette "vieille chanteuse" à la voix méconnaissable, effet patiné et crépitements de gramophone inclus, ou ce "A quatre pattes" et voix de poupée-barbie.

Chaque chanson est le produit d'un tête-à-tête d'un mois avec l'oeuvre dont elle s'inspire.

L'ancienne chanteuse du groupe "Forgette mi notte", fan des B'52  (prononcer à l'anglaise), aux yeux verts - chasse? - a condensé dans cette production toutes ses expériences antérieures en matière de musique, danse et arts plastiques.

Point d'orgue, la morceau intitulé "Tableau de chasse", travail de délire et d'exigence absolue, de stupeur et de tremblements.

 A conseiller absolument

 

Apolline Elter

07:15 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

23 février 2008

EUREKA

   Je l'ai.

   Je l'ai trouvé.

   Le CD Tableau de chasse dont je suis fan depuis hier.

   Levée avec cette seule pensée, j'ai parcouru tous les magasins de notre petite ville de province dont je vous tairai le nom pour des raisons évidentes de discrétion.

  Ne nous le cachons pas: la recherche ne fut pas aisée et offrit toutes les allures d'une quête mystique. Free record shop, Extrazone et autres avatars de l'industrie du disque, vous oubliez (ou alors, ils vous envoient Place Stéphanie, ..); Non , il faut aller chez un disquaire, un vrai.  Dommage, c'était le dernier : pourquoi n'ai-je pas commencé par lui?

  La maison vibre du cor de chasse, de l'odalisque (idéal pour chanter sous la douche), d'accents à la  Allégria, à la Mylène Farmer..

  Des commentaires dans un prochain billet.

Tableau de chasse, Claire Diterzi. Uniquement chez les bons disquaires.

Apolline Elter

11:47 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

22 février 2008

Tableau de chasse

 Demain, dès l'aube, ...

Non pas ce que vous croyez. 

Je me précipite chez le premier disquaire et acquiers "Tableau de chasse" de Claire Diterzi.

Fabuleux. Il y a longtemps que je n'avais pas éprouvé tant d'excitation à l'écoute d'un morceau.

Une balade sur son site : www.claire.diterzi.fr et vous découvrez la prodigieuse inventivité de cette artiste dont je deviens immédiatement fan. Comptez sur moi, je vous en reparlerai. Elle est géniale. Je veux tout savoir, tout connaître de sa discographie.

Et puis, c'est vraiment sympa, elle vous invite à télécharger le premier morceau de son nouveau Cd, "L'odalisque". Pas mal du tout.

Vive la vie!

 

Apolline Elter

17:48 Publié dans CD lirants | Commentaires (0) |  Facebook |

29 novembre 2007

Y a pas que les ados qui aiment!

  Parce que la merveilleuse marraine de notre aîné vient de lui offrir le CD de MIKA, je viens de découvrir Grace Kelly, Lollipop, Loev Topay, Big Girl, Happy Ending, et j'en passe...

   C'est magnifique. Je vous le recommande. Si vous aimez la chanson anglaise un peu soft, bien rythmée, ...vous allez a-do-rer.

  Ah? vous connaissez déjà?

  Tout le monde connaît MIKA?

  C'est bon. Moi qui pensais vous donner une idée sensationnelle pour gâter vos ados, filleuls, nièces, ... à l'occasion des fêtes de fin d'année.

   Qu'importe : rendez-vous sur le site : www.mikasounds.com 

 

17:00 Publié dans CD lirants | Commentaires (3) |  Facebook |