Web
Analytics Made Easy - StatCounter

01 décembre 2017

Gauguin, L'Alchimiste

Gauguin.jpg

Si vous cantonnez la production artistique de Paul Gauguin (1848-1903) à ses seules séries de toiles bretonnes et tahitiennes, il est plus que (grand) temps de parcourir l'exposition d'ampleur que consacre le Grand Palais (Paris) à l' artiste prolifique, à sa production polymorphe.

Chronologique, didactique,  alternant les ambiances, le parcours de l'exposition - très prisée - révèle toutes les formes d'art que Gauguin exprime, farouche, sauvage, obstiné, sa vie durant: dessins, lithographies, toiles, céramiques, grès, sculptures sur bois, manuscrit de Noa-Noa..attestent d'une création vitale, variée, en constante évolution.

Gauguin a tellement l'art dans le sang qu'il le préfère à sa famille, tandis que sa femme Mette le préfère boursier, vendeur de bâches casé... Ennuis de santé, précarité financière et même misère n'auront jamais raison de son expression artistique vitale.

Et "le sauvage malgré lui" de souscrire à l'idée d'une nature, matière et d'un esprit,matrice.

Année-charnière de son parcours artistique -et de ses  quarante ans  -  1888 consacre aussi la cohabitation houleuse avec Vincent Van Gogh , à Arles, dans " la maison jaune".   Les artistes sont censés entreprendre une réflexion commune sur leur art : en témoigne la toile "Les lavandières à Arles" (ci -dessous)  -  l'une des dix-sept oeuvres  réalisées par Paul Gauguin durant son séjour arlésien d'octobre à décembre '88. Elle sent l'influence du peintre hollandais. Mais, et on le lira en détail dans la biographie que David Hoziot consacre à Gauguin ( Ed Fayard, oct. 2017 - à l'honneur du blog, ce week-end) , la présence de Gauguin sera néfaste à un Vincent Van Gogh déjà fragile. Le séjour de Gauguin se conclut par la "querelle d'Arles" et l'épisode sanglant de l'oreille que Vincent se tranche, en date du 23 décembre (ou du 24, selon certains biographes)

733fa531e322cc58f14d1176f9f6de0d.jpg

Son récit Noa-Noa, "la parfumée" vise à faire comprendre sa peinture aux Parisiens. Un montage audiovisuel permet d'en découvrir les pages tracées de sa belle écriture inclinée, illustrées de dessins éloquents.

Une exposition à découvrir en famille jusqu'au 22 janvier 2018

Rendez-vous, demain, sur le blog enneigé du Pavillon pour le billet de ferveur que David Haziot nous consent

Apolline Elter 

Gauguin l'Alchimiste - Paris - Le Grand Palais : www.grandpalais.fr

Les commentaires sont fermés.