Web
Analytics Made Easy - StatCounter

30 novembre 2017

La Disparition de Josef Mengele

téléchargement.jpg

 Il était des principales listes de présélections des prix littéraires.Et c'est sans doute le prix Renaudot qui  lui sied le mieux, reconnaissance d'un roman de facture journalistique par un jury qui se revendique du fondateur de la presse-  j'ai nommé Théophraste Renaudot  (1586-1563) , concepteur de la Gazette ( fin mai 1631)

 Sobre, factuel et précis, le  récit revêt davantage l'allure d'un documentaire  que d'un roman. Le journaliste Olivier Guez a mené une enquête approfondie, nourrie de voyages d'investigation  sur le sujet- l'évaporation de Josef Mengele, le bourreau d'Auschwitz, sitôt la défaite du Reich, sa  vile soustraction aux procès de l'Après-Guerre

La confusion du genre - roman / récit me laisse, je l'avoue, un peu perplexe.

Soit.

Focus donc sur le débarquement en Argentine d'un prénommé Gregor, sorte de dandy moustachu dont le lecteur réalise illico qu'il s'agit du docteur Mengele, l'"ingénieur de la race aryenne" ,  assez  bienvenu, ainsi que ses congénères au pays de Perón : 

"À la fin des années 1940, Buenos Aires est devenue la capitale des rebuts de l'ordre noir déchu. S'y croisent des nazis, des ouachis croates, des ultranationalistes serbes, des fascistes italiens, des Croix fléchées hongrois, des légionnaires roumains de la garde de fer, des vichystes français, des rexistes belges, des phalangistes espagnols, des catholiques intégristes; des assassins, des tortionnaires et des aventuriers: un Quatrième Reich fantôme."

Quelle surprise - oserions-nous parler de déconvenue - de constater la lâcheté, l'insignifiance intrinsèque d'un homme traqué par la crainte d'être démasqué. Le contraste avec l'indicible inhumanité des exactions perpétrés dans le camp d'Auschwitz par un être dépourvu de toute humanité défie l'entendement . " Sous-merde basanée"  le monstre termine sa vie en 1979 - il a 68 ans-  mystérieusement échoué sur une plage brésilienne.

Les jours, les semaines, les mois défilent, ainsi stagne la vie confinée de Mengele au Brésil dans son cachot ouvert sur l'infini et loin des hommes, une vie figée dans un bourdonnement incessant, dans l'alternance des saisons sèches ou bien humides, les ouragans, les chaleurs hermétiques, les pluies languides, cernée de mille-pattes et de serpents, de scorpions et de vers parasites, d'eucalyptus et de jacquiers aux racines entrelacées, monstrueuses pattes de dinosaures.

 A. Elter

La disparition de Josef Mengele, Olivier Guez, roman, Ed. Grasset, août 2017, 240 pp

Les commentaires sont fermés.