03 octobre 2017

Le sympathisant

Il faut rendre à César, ce qui est à ....Michel Dufranne

En effet, c'est en écoutant le compte rendu de lecture si élogieux de notre confrère (mardi 26 septembre dernier, au cours de l'émission "Entrez sans frapper", que je me suis précipitée dans la lecture, quasi d'une traite -j'exagère  - de ce roman, attributaire du prestigieux Prix Pulitzer 2016. 

Le sympathisant.jpg

Son auteur est vietnamien d'origine: Viet Thanh Nguyen est né  en 1971 et a fui SaIgon, quatre ans plus tard, avec sa famille pour les Etats-Unis.  Il signe un premier roman aux allures de confession, de conditionnement psychologique, d'espionnage et même de contre-espionnage....

Mandaté par la Corée du Nord, le narrateur s'est infiltré dans l'armée du Sud et la fuite de ses dignitaires pour les Etats-Unis. Il débarque ainsi en Californie.

De ce regard double et partant ...louche, il observe l'accueil - mitigé - réservé par les Américains aux siens - ouI mais sont-ce vraiment les siens?   - leur phobie du communisme, se moquant subtilement - et avec force détails - de leur mode de vie. 

Qualifié de "multi-couches" par notre confrère, le sympathisant est un texte bavard. Aucun détail n'est laissé au hasard. Il imprègne  la lecture d'une atmosphère trouble - c'est son paradoxe - diantrement efficace, rendant  sa synthèse..ardue.  C'est voulu.

 A Elter

Le sympathisant, Viet Thanh Nguyen, roman, traduit de l'américain par Clément Baude, Ed. Belfond, août 2017, 504 pp

Entrez sans frapper dans  la chronique de Michel Dufranne ( 26 septembre 2017) : https://www.rtbf.be/auvio/detail_viet-thanh-nguyen-prix-pulitzer-2016?id=2259030 

 

Les commentaires sont fermés.