31 août 2017

Baudelaire au pays des singes

Baudelaire au pays des singes.jpgLes singes, ce sont les Belges, c'est nous.

Voilà qui augure d'une belle approche de notre culture.

 Il est de notoriété publique que le célèbre auteur des Fleurs du Mal n'a pas aimé notre patrie, s'est vengé d'un accueil qui ne fut pas à la hauteur de ses espérances, dans un recueil de publication posthume, Pauvre Belgique.

 Biographe du poète ( Gallimard, collection Folio biographies, 2006), Jean-Baptiste Baronian nous trace la séquence des événements qui ont conduit l'écrivain à ce peu amène sentiment, en un essai alerte, vivant, en tous points passionnant.

 S'il quitte la France pour débarquer en Belgique, le 24 avril 1864, c'est parce que Charles Baudelaire a pris "Paris et la France en horreur"  ainsi qu'il l'écrit à sa mère, Caroline Aupick,  en lettre du 1O août 1863.  Son génie n'y est  pas reconnu à sa juste valeur et la condamnation  des Fleurs du Mal ne lui a pas valu la publicité conférée au Madame Bovary de son contemporain Gustave Flaubert.

 L'artiste incompris se fait donc inviter en notre plat pays pour rencontrer, à Bruxelles,  des éditeurs dynamiques, donner des conférences au Cercle artistique et littéraire, ancêtre du  "Gaulois"  et collaborer, de sa plume, au quotidien L'indépendance belge.

 Las, le succès n'est d'aucun rendez-vous.   Ses conférences sont des  fours -  il s'acharne,  en dispense gracieusement mais il n'est guère bon orateur - les éditeurs ne se pressent au portillon de son édition et L'indépendance belge entend bien se passer de ses services.

 De là à prendre la Belgique en aversion, il n'y a qu'un pas, que le génie aigri franchit allègrement.

Il prend des notes, se moque, fustige les moeurs, l'imbécillité des Belges, leur cuisine infecte - rédige même un pamphlet pour célébrer, à sa façon, le décès de leur Roi Léopold Ier.

 Que diable reste-t-il deux ans dans cette galère, dans un pays à ce point haïssable qu'il le  rend "sage par l'impossibilité de (se) satisfaire"  ?

 Parce qu'il veut rentrer en France la tête haute et.. les finances quelque peu rétablies.

 Ce ne sera pas le cas. 

 Il réintègre  son pays, en juillet 1866,  dans un état physique et cérébral pitoyable, pour y mourir un an plus tard, le 31 août 1867.

 Un triste anniversaire, dont nous célébrons, ce jour, les 150 ans

 Mais attention, tout n'est pas  sombre dans ce pénible séjour en La Grotesque Belgique: par le biais de son éditeur, Auguste Poulet-Malassis, Charles Baudelaire a rencontré l'artiste namurois,  Félicien Rops, un vrai ami. Nous reviendrons plus tard et longuement sur cette féconde amitié.  Arthur Stevens, frère d'Alfred et de Joseph,  le célèbre photographe Nadar, Théophile Gautier .. font partie de ces intimes qui rendront le séjour parmi  les singes, un peu moins pénible, moins mortellement ennuyeux. Victor Hugo l'accueille un temps dans son clan..

 Une lecture engageante, spirituelle,  que je vous recommande haut et fort

 Apolline Elter

 Baudelaire au pays des singes, Jean-Baptiste Baronian, essai, Ed  Pierre-Guillaume de Roux,  mai 2017, 160 pp

 

IMG_0420.JPG

 

Jean-Baptiste Baronian était l'invité, le dimanche 16 juillet, d'une sympathique balade littéraire fluviale,  joyeusement animée par Rony Demaeseneer et Roel Jacob, à l'initiative conjointe de Bruxelles-les-Bains et de la Bibliothèque des Riches-Claires

30 août 2017

"Je me promets d'éclatantes revanches"

Goby6pms.jpg

 "La femme qui m'a révélé Charlotte Delbo revenait d'entre les morts. Je me souviens de l'instant où Marie-José Chombart de Lauwe, ancienne résistante et déportée à Ravensbrück, a prononcé son nom. Elle est assise sur une chaise dans sa maison d'Antony, les coudes relevés sur la table à manger, menton posé sur ses doigts enlacés, ses yeux gris épinglés aux miens. Le soleil de septembre couronne ses cheveux d'une lumière d'opale."

Ains'Incipit  la "Lecture intime de Charlotte Delbo" , magistrale et poignante,  qu'opère Valentine Goby à travers l'oeuvre de la résistante, rescapée des camps d'Auschwitz et de Ravensbrück,  décédée en 1985. L'essai paraît ce jour; je vous  le recommande vivement et en livre chronique la semaine prochaine.

"Je me promets d'éclatantes revanches" Une lecture intime de Charlote Delbo, Valentine Goby, essai, Ed. L'Iconoclaste, 30  août 2017, 192 pp

 

29 août 2017

Point cardinal

titre_183.gifLaurent est femme.  Il est cette femme,  qui vit en lui et se  prénomme Mathilda. Laquelle s'épanouit quand il se travestit, se produit au Zanzi.

Cependant Laurent est marié - à Solange - il est père de famille - Thomas, seize ans et Claire, treize ans - et mène une carrière de cadre de la plus classique facture.

Alors il réprime de toutes ses forces les tensions croissantes qui le minent, le mal-être de sa condition masculine.

Mais on ne peut sans cesse endiguer le flux de pulsions identitaires; sans doute vaut-il mieux les affronter au grand jour, les confronter aux réactions de son entourage, miser sur leur amour source de compréhension..

C'est le chemin de croix et de foi que parcourt Laurent, qui le mène à  l'expression de Mathilda.

"Une extase qui le transporte, coeur battant, en son point cardinal là où Mathilda pousse un cri."

De cette écriture sobre, mélodieuse qui est sa signature, Léonor de Récondo explore avec tact, justesse,semble-t-il  et subtilité, le phénomène de la transsexualité et l'incompréhension première et primaire d'un entourage qui n'y est pas préparé.

Point cardinal, Léonor de Récondo, roman, Ed. Sabine Wespieser, août 2017, 228 pp

28 août 2017

Solidarités

La bourgade mosane de Namur ( Belgique) résonnait, ce week-end des fracassantes ( ultra-décibélantes ) fêtes de la Solidarité , organisées par mutuelle socialiste Solidaris et de  la cinquième édition de L'Intime Festival, événement littéraire, nettement plus cher à notre blog.

Si les premières mirent la quiétude des résidents de la Citadelle à ultra-rude épreuve d'invasion, de percussions insomniaques et de partages solidaires ...d'acouphènes parmi le public,  L'Imtime Festival se la joua très classe,  ravissant les .. subtils pavillons d'un public éclectique.

Soulignons la prestation hors pair de Jean-Quentin Châlelain  qui épousa le texte de L'Etranger (Albert Camus) d'une diction et intensité dramatique idoines . 

Un moment d'exception

 

Apolline , Les pensées....étrang(èr)es du  lundi 

27 août 2017

Fascination

 9782226393227-j.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

Elle rejoint sa vie d'avant, ses ancêtres et tous les parias de son espèce, les esclaves éternels, les Noirs pour touiours. Elle porte en elle cette malédiction et la fascination pour tout ce qu'on imagine d'elle et qu'elle n'est pas. Elle fait peur aux enfants, elle dégoûte les vieillards, et elle attire les hommes, comme une bête qu'on aimerait dompter pour tester sa propre puissance et révéler sa suprématie. Elle est assise et elle se tait, on lui a dit de se taire  surtout, sa voix, ils la découvriront plus tard, ils la craindront et l'imiteront entre eux, maintenant, et pour les siècles des siècles

 

 

Bakhita, Véronique Olmi, roman, Ed. Albin Michel, août 2017, 460 pp

26 août 2017

Bakhita

  Il est des lectures - elles sont rares  - qui vous saisissent d'une telle émotion, d'une telle justesse de ton que vous vous ne vous sentez pas à la hauteur de leur compte rendu.

9782226393227-j.jpgC'est le cas de Bakhita, le roman vrai de Véronique Olmi, sans doute le  plus accompli, qui trace, qui épouse  la vie de  " Giuseppina Bakhita", (1869(?)  - 1947)  'une esclave soudanaise, sanctifiée en 2000, sous le pontificat de Jean -Paul II

Née à Olgossa, au Darfour, vers 1869, "Bakhita" - qui ne porte pas encore ce prénom - est soudain arrachée aux siens par des négriers  musulmans pour être vendue comme esclave.  Elle a sept  ans, à peine, et se voit confronter à la cruautéà la violence extrême d'une humanité qui ne mérite pas ce nom.  Si elle s'attache - à d'autres enfants - on les lui arrache. Elle n'est qu'objet de tractations, subissant son inconsciente beauté comme le joug d'une malédiction.

Et puis un jour de 1883, la vie de l'adolescente change:

"Elle est achetée pour la cinquième fois, achetée par un homme qui s'appelle Calisto 
Legnani, consul italien à Khartoum. Et cet homme Va changer le cours de sa vie."

Une vie qui se poursuit en Vénétie - après quelques péripéties -  Bakhita est offerte à une famille amie.  L'Italie ne pratique pas l'esclavage - Bakhita est donc affranchie;  mais elle n'en est pas moins asservie. Alors lorsque frappée par la révélation de Dieu, par l'amour vrai d'une famille, celle de Stefano, Clémentine  et leurs cinq enfants et celui de la Madre Marietta Fabretti , religieuse canossienne de l'Institut des Catéchistes de Venise,  Bakhita demande à sa Patrona Maria Michiali , de la libérer de ses obligations, d’adhérer à la congrégation canossienne,  elle se voit infliger un véritable procès.

Elle le gagne, dévastée, le 29 novembre 1889, s'arrachant à  Miammina, l'enfant des Michiali dont elle avait la garde et la suprême affection . Désormais sa vie se consacre au service de Dieu. Elle est baptisée Gioseffa et plus familièrement Giuseppina et prononce bientôt ses vœux.

"Elle a vingt-quatre ans et elle a beau suivre le même enseignement, dire les mêmes prières, communier, 
confesser et porter le même uniforme que les autres, elle n'est pas comme les autres. Elle est à part. Et pour toujours  Pour elle, on fera toujours une exception. On demandera une dérogation. On hésitera à I'accepter ou, au contraire, on s'en félicitera bruyamment"

Une fresque d'une rare puissance narrative, mélodieusement rythmée par l'effet d'un style sobre, cadencé de phrases courtes, saccadées,  qui n'endigue l'émotion que pour mieux la révéler.

Un roman majeur de la rentrée littéraire, je vous le certifie

Apolline Elter 

Bakhita, Véronique Olmi, roman, Ed. Albin Michel, août 2017, 460 pp

  Billet de ferveur

AE : Véronique Olmi,  Qu’est-ce qui vous a conduite à Bakhita ?

Véronique Olmi : Il y a deux ans, un dimanche d’été, je suis rentrée dans la petite église du village de Langeais, en Touraine. Il y avait, exposé, le portrait de Bakhita, que je ne connaissais pas, avec quelques dates qui situaient à peu prés sa vie. Je travaillais alors à un autre roman. Mais rentrée chez moi, j’ai tout jeté. J’ai décidé sur le champ, d’écrire la vie de Bakhita. J’ai pris ma vieille vieille voiture, et de la Touraine je suis allée en Vénétie, sur ses traces… Ainsi a commencé cette aventure… Cette écriture.

 

AE : Vous vous êtes rendue, à Venise, auprès de sœurs canossiennes :

Véronique Olmi : Oui. Et à Schio, et Vimercate, tous les lieux importants qui sont cités dans le livre. Il y a encore beaucoup de couvents de Canossiennes en Italie. Mais pas seulement. Il y en a un à Lourdes. Et des missions en Amérique latine, au Canada, à Hong Kong, en Afrique.

AE : On ne sort pas indemne d’un tel récit :  une telle succession d’arrachements, la malédiction de la beauté, sa mutilation et au bout du chemin, la reconnaissance de la sainteté. Faut-il vraiment « ne s’attacher à personne, sauf à Dieu ? « 

Véronique Olmi :  Dans le livre Bakhita n’obeit pas à cette injonction. Elle dit « Les hommes sont divins mais ils ne le savent pas. » Elle aimait les êtres humains à travers Dieu, qu’elle appelait « EL paron ». « Le patron » en dialecte vénitien. Elle aimait les enfants, dont elle s’est occupée toute sa vie.  

 agenda.jpg 

Lundi 18 septembre, à 20 heures, au théâtre des Mathurins ( Paris VIIIe)

Véronique Olmi et Julia Sarr opéreront une lecture musicale de Bakhita, mise en espace par Anne Rotenberg . Une soirée qui se profile d'exception

25 août 2017

La Forêt des Livres est maintenue!

ob_0cff87_affiche-fdl-2017.jpg

Il n'est, en effet, de meilleur hommage au Président-Fondateur de la Forêt des Livres que de maintenir et faire vibrer l'édition 2017 de cette manifestation incontournable de la rentrée littéraire.

Elle aura lieu, ce dimanche, de 9h à 21 heures, à Chanceaux-près-Loches,en Touraine.

Décédé inopinément dans un accident de voiture, la nuit du 7 au 8 août dernier Gonzague Saint-Bris créait en 1995  cette manifestation d'envergue, véritable Woodstock de la Littérature, d'un an l'aînée du Festival de la correspondance de Grignan.

Des hommages lui seront rendus tout au long de la journée

Puissiez-vous venir nombreux saluer le génie d'un écrivain très attachant, d'un enthousiasme et d'une créativité contagieux.  Nous l'avions rencontré, voici deux ans, en cet hôtel bruxellois où il avait ses quartiers, le XVIIe. C'était début janvier, Gonzague Saint-Bris rentrait tout juste d'un périple effectué à dos de mulet, dans les Alpes, cinq siècles après la traversée qu'en avait faite un Léonard de Vinci si cher à son coeur et à la propriété familiale du Clos Lucé (Amboise) 

 GSB.png

A ce passeur invétéré de culture  et d'histoire, j'avais demandé son moteur de vie: 

J’essaie d’être bénéfique., m'avait-il répondu «  Le comble de l’intelligence, c’est la bonté », affirmait Marcel Proust. Je fais également  mien l’adage wagnérien, «  La gaieté est le secret des vaillants. »  J’aime enfin la devise de Balzac : « J’appartiens à ce parti d’opposition qui s’appelle la vie. »

Généreux de sa personne et de son temps, il avait soutenu la première édition du Salon "Ecrire l'Histoire" , empêché d'assister à la deuxième pour un conflit d'agenda : https://drive.google.com/file/d/0Bzd3nwVieF3AeFE2Y1JoeW5TX2c/view?usp=driv 

Un être affable, éminemment sociable, aussi à l'aise et fier de rencontrer Michaël Jackson que Napoléon en personne. Nul doute, cher Gonzague Saint-Bris que vous avez déjà Là-Haut un agenda bien rempli de rencontres historiques !

Nous vous reviendrons sous très peu avec la chronique des Aristocrates rebelles, dont nous saluons la toute fraîche  parution posthume, aux Editions Arènes .

 

Apolline Elter 

 La Forêt des Livres: http://www.laforetdeslivres.com/

© Photo: Frédéric Myss.

24 août 2017

Bakhita

 9782226393227-j.jpg

"Elle  ne sait pas comment elle s'appelle. Elle ne sait pas en quelle langue sont ses rêves. Elle se souvient de mots en  arabe, en turc, en italien, et elle parle quelques dialectes. Plusieurs viennent du Soudan et un autre, de Vénétie. Les gens disent: «un mélange ». Elle parle un mélange et on la comprend mal. On doit tout redire avec d’autres  mots. Qu’elle ne connaît pas. Elle lit avec une lenteur  passionnée l'italien, et elle signe d'une écriture tremblante, presque enfantine. Elle connaît trois prières en latin. Des chants religieux qu'elle chante d'une voix basse et forte."

Ains'Incipit un roman majeur - je vous le certifie- de notre rentrée littéraire

Il paraît ce jeudi 24 août.

Je vous donne rendez-vous ce week-end pour la chronique de lecture et  le billet de ferveur que Véronique Olmi nous consent 

Bakhita, Véronique Olmi, roman, Ed. Albin Michel, août 2017, 460 pp

23 août 2017

Le jour d'avant

 9782246813804-001-T (1).jpeg

 C'est un roman gris, plombé de suie, accablé  de la catastrophe minière du 27 décembre 1974 - un coup de grisou, dans la galerie 3 bis  du puits Saint-Amé, à Liévin -   du décès de Joseph Flavent, as "Jojo", le frère aîné, mineur et adulé du narrateur, du suicide de leur père, du cancer et  de la mort de Cécile, son épouse.

 Un roman gris puissant - la couleur est célèbre pour ses multiples nuances - qui, d'une fusion, d’une empathie  initiale avec  le narrateur, Michel Flavent, 57 ans, amène le lecteur à peu à peu s'interroger sur son désarroi existentiel,  s'en détacher peut-être...  Michel lui devient étrange, étranger à l'instar du célèbre héros camusien. Il semble vouloir "épuiser (son) capital de sympathie"  Que cachent tous ces non-dits?  L'envol de l'ado de 14 ans s'est-il  définitivement figé dans ce bonheur simple d'une balade en mobylette, avec son frère, le 26 décembre 1974,  jour d'avant la fatale explosion, lui plombant irrémédiablement les ailes d'un possible accès à la sérénité.

 " Je trouvais qu'avril ressemblait à novembre et que le vendredi soir empestait le lundi. "

 S'il mène la vie réglée, consciencieuse  et terne d'un chauffeur de poids lourds,  mari aimant et dévoué, Michel reste frappé  d'une obsession morbide: venger la mort de Jojo, celle des 42 mineurs tués par négligence avérée,  criminelle,  de sécurité. Il se sent investi dans cette mission par lettre testamentaire de son père.

 "Après Jojo, je n'ai plus ri, j'ai repoussé la joie à coups de pied, à coup de poing, j'ai défié la mort, partout, tout le temps. J'ai bravé la charogne qui rôdait autour de moi. "

 La mort de Cécile, le jour... d'avant le printemps 2014, le quarantième anniversaire de la catastrophe incitent conjointement Michel à regagner la région houillère de son enfance aux fins d'y accomplir sa mission de vengeance.

  " Depuis ce jeudi  26 décembre 1974, chaque soir mon coeur renonçait. Il faiblissait avec le jour qui meurt et cessait de battre au milieu de la nuit. "

Apolline Elter

 Le jour d'avant, Sorj Chalandon, roman, Ed; Grasset, août 2017,  336 pp

22 août 2017

Ame-mitié

I-Moyenne-155995-correspondance-francois-de-sales-jeanne-de-chantal.net.jpgC'est une amitié supérieure qui unit Jeanne, baronne de Chantal (1572- 1641) à  François de Sales (1567-1622) , évêque de Genève, son directeur de conscience. Une relation ancrée sur les cimes oxygénées de l'amour pur, désincarné. Une amitié "surnaturelle" Une relation d'âme à âme, tout simplement. Vécue dans une surprenante sérénité.

 Fraîche veuve du baron Christophe de Rabutin Chantal, inopinément tué  en 1601, lors d'une partie de chasse,  par la maladresse d'un de ses compagnons,  Jeanne Frémyot est elle-même issue de la noblesse de robe - de mortier -  fille de Bénigne Frémyot, Président ...à mortier du Parlement de Bourgogne.  La jeune femme assume un veuvage d'autant plus éprouvant qu'elle a la charge de quatre jeunes enfants, dont Celse-Bénigne, l'aïné, âgé d'à peine cinq ans au décès de son père. Vous aurez reconnu en lui le futur père de Marie de Rabutin- Chantal, future marquise de Sévigné mais ça c'est une autre histoire.

Lors du Carême 1604 e plus précisément en date du 5 mars, Jeanne fait LA rencontre spirituelle de sa vie. Elle assiste, à Dijon, aux sermons d'un jeune et charismatique évêque de Genève, nommé François de Sales. D'emblée les âmes se reconnaissent et savent qu'elles auront un destin commun: Jeanne et François fondent en 1610, à Annecy, l'ordre de la Visitation en un modeste couvent dont Jeanne sera mère supérieure.

 D"emblée aussi se génère une abondante correspondance qui permet aux scripteurs d'exprimer tant leur -sainte- affection, que des soucis matériels et de santé. Il semble, en effet que Jeanne ait été la proie de maux constants, constamment enjointe par François, son directeur de conscience, de se reposer, de prendre soin d'elle; De cette correspondance, il reste quelque trois cents lettres écrites de la plume de François, 46 seulement, de celle de Jeanne. A la mort  de François de Sales, fin 1622, Jeanne a entrepris de brûler la majeure partie de sa correspondance. C'est décidément un trait de famille.

 Une correspondance aux tournures vives, fraîches, assez spontanées, qui montre, si besoin est, que la sainteté n'est ni figée, ni exempte de doutes. Une sainteté toute simple, en somme. Elle fut éditée en un généreux volume de 900 pages, voici un an, telle " la chronique de la plus extraordinaire amitié de tous les temps. ".  

 " Ecrivez-moi donc, et souvent et sans ordre, et le plus naïvement que vous pourrez, j'en recevrai toujours un extrême contentement. "

 Soulignons également le côté pionnier de Saint François de Sales de la rédiger en français.  Un côté pionnier que l'on retrouve dans l'heureuse initiative du prélat de faire imprimer ses sermons pour les placarder à travers la ville, distribuer dans les habitations, ouvrant ainsi un large public à la voie de la méditation.  C'est ce qui a valu à Saint François de Sales de se voir décerner , en 1923, du titre de saint patron des journalistes ( NDLR et des écrivains), fêté le 24 janvier de chaque année...

 François de Sales et Jeanne de Chantal, Correspondance, éditée et présentée par David Laurent - introduction par Max Huot de Longchamp, Ed Desclée de Brouwer, 2016, 900 pp

 

21 août 2017

Tout par amour, rien par la force

I-Moyenne-155995-correspondance-francois-de-sales-jeanne-de-chantal.net.jpgCe 21 août  célèbre le 350 e anniversaire - que le temps passe - de la naissance, à Sales, en Savoie, de Saint-François.. de Sales, patron des journalistes, écrivains,  ami d'âme de Sainte-Jeanne de Chantal - grand-mère de notre chère Epistolière - avec qui il fonde, en 1610, l'Ordre de la Visitation.

Nous reviendrons, sous peu, sur la correspondance d'âme-mitié qui réunit les saints, éditée, voici un an auprès des Editions Desclée de Brouwer

 Pour l'heure, célébrons la pureté candide qui intime à François d'outrepasser toute réserve, toute modestie, pour légitimer l'hésitante Jeanne, dans le choix de sa conduite spirituelle, l'affranchir des "scrupules " qui l'assaillent :

 "  Le choix que vous avez fait de moi pour être votre père spirituel  a toutes les marques d'une bonne et légitime élection; de cela, n'en doutez plus, je vous supplie"

 Extrait de François de Sales et Jeanne de Chantal, Correspondance, éditée et présentée par David Laurent - introduction par Max Huot de Longchamp, Ed Desclée de Brouwer, 2016, 900 pp

 

20 août 2017

Colette et les siennes

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg
9782246812852-001-T.jpeg

  "  De l’amour, Colette avait surtout connu les déceptions. Son premier mari la trompait. Georgie RaoulDuval
l’avait trahie, Natalie Barney, délaissée pour d’autres maîtresses. C’est Missy qui lui a révélé la force et la
douceur d’une liaison de femmes."

Colette  et les siennes, Dominique Bona, biographie, Ed. Grasset, mars 2017,  432 pp

19 août 2017

Colette et les siennes

Les vacances ont ceci de bon qu'elles vous permettent de rectifier quelque tir, quelque retard de lecture, tel cet angle d'approche majeur d'une écrivain chère à notre blog.
9782246812852-001-T.jpeg

    Quand on découvre la biographie que l'Académicienne Dominique Bona consacre à la célèbre romancière et ses amitiés féminines - et plus quand affinités - on se dit qu'on est loin d'en avoir tout dit sur Colette, d'en avoir tout su.

             Colette gourmande, Colette éternelle amoureuse, Colette est aussi une amie au coeur pétri de générosité.

             L' angle d'approche est - à mon sens - inédit, qui saisit Gabrielle Sidonie ... Colette au début de la Grande Guerre -  elle a 41 ans - au coeur du vieux chalet en bois, sis au numéro 57 de la rue Cortambert (Paris - XVIe) qu'elle partage avec  trois beautés brunes, Annie de Pène, journaliste, écrivain, son "alter égale", son annie d'enfance, Musidora, as " petit Musi", une artiste polymorphe, future vamp incontestée du cinéma muet, et Marguerite Moreno, actrice également . Henry de Jouvenel est parti au front et avant de le rejoindre à Verdun, en toute discrétion, Colette meuble d'un quatuor de grande amitié cette solitude qu'elle ne peut supporter. Les quatre femmes ont quasiment le même âge, à l'exception de Musidora, la jeunette du phalanstère.

             Quatre femmes aux cheveux courts  -  elles font fi des codes capillaires - qui se la jouent garçonnes en ce temps où Paris, livré aux femmes, ressemble à un gynécée.

            Quatre femmes qui se partagent les tâches domestiques, à la guerre comme à la guerre, leurs ressources et secrets intimes. Quatre femmes qui font de leur amitié et de cette liberté inédite,  une force.

  " Quatre gourmandes que les restrictions alimentaires dues à la guerre mettent alors à rude épreuve. "

          Prétexte à une nouvelle et passionnante approche d'une femme pour qui l'amour, sous toutes ses formes, est le credo de vie, la biographie aborde avec allant ,  ses deux mariages, avec Willy puis avec Henry de Jouvenel, sa liaison avec Missy - marquise Mathilde de Morny - Bertrand de Jouvenel   de trente ans son cadet, mais aussi - et cela donne envie de creuser le sujet - le sentiment maternel qu'elle a porté à d'autres heureuses élues que Bel-Gazou, sa propre fille.

              Si son allure semble rustique, si ce n'est excentrique,  à bien des Parisiens et à l'aimable abbé Mugnier, Colette révèle, sous l'extraordinaire richesse de sa plume, un tempérament d'une sensibilité, d'une complexité abyssales.

Colette  et les siennes, Dominique Bona, biographie, Ed. Grasset, mars 2017,  432 pp

18 août 2017

L'empereur à pied

9782021372502.jpg"Puis en s'adressant à Seyf, son fils aîné, mon grand-père, il lui fit prêter serment qu'il n'accepterait jamais de marier que le premier-né de ses propres fils et qu'il lui imposerait cette même loi. Puis il conclut solennellement que tout héritier qui oserait mettre en péril l'unité des propriétés de la famille serait banni de l'héritage et du nom et que dès cet instant donc et jusqu'à la dernière génération, seul le premier descendant mâle de chaque lignée serait autorisé à se marier et à avoir des enfants, et que ses frères et sœurs, s'il en avait, seraient simplement appelés à l'assister dans la gestion des biens incalculables et sacrés des Jbeli"

Lui, c'est Khanjar Jbeli, " L'empereur à pied' , fondateur, en ce milieu du XIXe siècle d'une dynastie à laquelle il impose un bien contraignant diktat, à savoir que seuls les fils aînés  de chaque branche.3. aînée - forcément - pourraient se marier et enfanter. Ainsi héritage et terres seraient sauvés de toute dissémination. 

C'est à cette malédiction que le nouveau roman de l'écrivain libanais, Charif Majdalani, va s'attacher, observant son application, à chaque génération et les effets de sa non-observance.  Ecartés d'héritage, les branches cadettes vont parcourir Mexique, Italie, France et même Belgique, qui toujours sentiront peser le poids du sortilège ancestral, du "Serment de l'Arbre sec" et , partant, de la tragédie.

L'"empereur à pied " avait tout prévu, sauf sans doute, le simple droit à l'accomplissement, au bonheur...

 A Elter

L'empereur à pied, Charif Majdalani, roman, Ed. Seuil, 17 aoput 2017, 398 pp

17 août 2017

Légende d'un dormeur éveillé

L'heure de la rentrée (littéraire) a sonné et avec elle, celle de nos chroniques, coups de coeurs, billets de ferveur.

Saluons la parution, ce jour, du troisième roman de Gaëlle Nohant, portrait saisissant,  parce que vécu de l'intérieur, du poète surréaliste Robert Desnos, né en 1900 - la même année qu'Antoine de Saint-Exupéry - décédé le 8 juin 1945, au camp de concentration de Theresienstadt (ancienne Tchécoslovaquie) , d'un typhus contracté, alors même que le camp venait d'être libéré de l'Occupant nazi...

 CVT_Legende-dun-Dormeur-Eveille_2090.jpg

Centré sur les Années folles, la vie parisienne, amicale, amoureuse, littéraire .. de l'enfant du quartier des Halles, le focus ne quitte pas le protagoniste. Il est omniprésent, tant il habite l'esprit et le coeur de la romancière.

S'il côtoie un temps André Breton,  Robert Desnos rompt rapidement avec l'ombrageux père du surréalisme, Qu'importe, ses amis sont légion,  Man Ray, Alejo Carpentier, Paul Eluard,  Jacques Prévert,  Théodore Fraenkel,  Antonin Artaud, André Masson, Jean-Louis Barrault, Kiki, Fredrico Garcia Lorca,  Hemingway….

ils se rejoignent au café  (les Deux-Magots, la Coupole), refont le monde,  consolident leurs liens, leurs voies d'expression.

Côté amour, le cœur du poète bat intensément: accablé par la mort d'Yvonne George, Robert restera fidèle à son second amour, Youki Foujita.

Sa veine d'écriture laisse part large à l'expression "surréaliste"  de l'inconscient ; elle se décline en poèmes, bien sûr, mais aussi en scénarii de cinéma, de publicité, chroniques radiophoniques et même en chansons, telle la célèbre Complainte de Fantomas, écrite sur une musique de Kurt Weill, pour les besoins du film Fantomas, de Pierre Souvestre et Marcel Allain (1933)

Mais la guerre approche et l'antisémitisme oeuvre à sa sale besogne.

Engagé dans la résistance,  Robert Desnos est arrêté par la Gestapo,  le 22 février 1944, en son appartement de la rue Mazerine, sous les yeux de Youki, qui devient narratrice du récit (quatrième partie)

Usant d'humour et d'optimisme comme derniers remparts contre la barbarie,  Robert succombe à sa libération..

Sans tes lunettes, la nuit tu es aveugle. Dans la grange opaque où on vous a parqués, tu es désorienté. Tu t'égares dans le clan des Soviétiques. Depuis le début, les Russes, déshérités parmi les déshérités, forment contre vous un bloc hostile. À Flôha tu en plaisantais, imitant les prières de ton ami Rödel: « Mon Dieu, délivrez-nous des Russes. Les Allemands, on s'en chargera nous-mêmes. »

 Il est enterré au cimetière Montparnasse à Paris

Légende d'un dormeur éveillé, Gaëlle Nohant, roman, Ed. Héloïse d'Ormesson, 17 août 2017,  540 pp

Apolline Elter

 Billet de faveur

AE : Gaëlle Nohant, on vous sent totalement imprégnée de Robert Desnos. Vous lui rendez la vie, en quelque sorte. Qu’est-ce qui vous a menée à lui ?

Gaëlle Nohant :

Robert Desnos m’accompagne depuis l’âge de 16 ans, j’ai eu la chance d’avoir un professeur qui l’aimait beaucoup et nous a fait découvrir un large choix de ses poèmes. Sa poésie a été une révélation pour moi et ne m’a plus quittée. Au fil du temps, j’y ai puisé de l’énergie, une forme de consolation, de quoi raffermir ma vocation littéraire dans les périodes de doutes… C’est le poète qui me touche le plus. En 2015, je me suis dit qu’il était temps de lui rendre un peu de ce qu’il m’avait donné. C’était le 70ème anniversaire de sa mort, mais il était passé à peu près inaperçu. J’ai réalisé qu’il n’avait pas la postérité qu’il méritait en tant que poète et en tant qu’homme, et j’ai eu envie de le faire rencontrer aux lecteurs. Pour cela, le faire revivre avec ses amis, ses amours, ses combats, dans le Paris de l’époque m’a  paru la meilleure forme, et le plus bel hommage. Contrairement à la biographie, le roman me permettait de m’approcher tout près de lui, jusqu’à entendre battre son cœur. Le détour par la fiction est le meilleur moyen, me semble-t-il, de rejoindre un forme de vérité profonde de l’être. Ici, comme tous les personnages de ce roman ont existé, l’exercice tenait du numéro de funambule, il fallait tout inventer « entre les clous », en respectant la personnalité et la vérité de chacun, c’était difficile mais passionnant. La vie de Desnos est un roman, et lui-même est un vrai héros incroyablement vivant et attachant. Quand on fait sa connaissance, comment ne pas l’aimer ? J’espère que les lecteurs seront nombreux à s’attacher à lui et à aller le découvrir ensuite à travers son œuvre.

16 août 2017

Retour à la maison

 "Il avait oublié  odeurs puissantes des Halles, les voix hurlées, le choc des charrettes croulant sous les légumes et les  fruits. Il est heureux de retrouver sa ville. Le premier soleil enlumine les gargouilles de la tour Saint-Jacques. Les balayeurs abandonnent  le parvis de la gare Saint-Lazare et aux terrasses voisines, l'odeur du  café se mêle à l'encre fraîche des quotidiens du matin. La vieille clocharde de la rue de Seine replie soigneusement son lit de journaux. La sirène d'un remorqueur sous le pont Neuf, le tremblement des réverbères qu'on éteint, les cigarettes qui rougeoient entre chien et loup, à cette heure incertaine où ceux qui vivent à contretemps, ceux dont c'est l'ivresse, vont s'écrouler quelques heures. Robert est de ceux-là. Pour lui, la vie ne saurait se limiter au jour. Il y a trop à faire, tant de musiciens à écouter, de vins à boire et d'amis à saluer! Il dort le moins possible et des cernes profonds ombrent son drôle de regard myope"

CVT_Legende-dun-Dormeur-Eveille_2090.jpg

Ains'Incipit le roman de Gaëlle Nohant, Légende d'un dormeur éveillé (Ed. Héloïse d'Ormesson) coup d'envoi de la rentrée littéraire et terme de facto de nos Estivales de l'Ermitage

Rendez-vous dès demain sur votre blog préféré pour  découvrir le billet de faveur que l'auteur nous a consenti.

15 août 2017

Les inséparables

Nos quatrièmes de couverture vont bon train, bon 4x4: Renalut déserr.jpg

Les-Inseparables-Stuart-Nadler-1119086414_L.jpg

 

Après Un été à Bluepoint, son premier roman, Stuart Nadler poursuit l’exploration des liens familiaux en s’attachant à trois générations de femmes qui vivent un moment charnière de leur existence.

Boston, de nos jours. Avec la mort de son mari, Henrietta Olyphant, a tout perdu. Confrontée à de sérieuses difficultés financières, elle accepte à contrecœur   que soit réédité le roman osé qu’elle a publié dans sa jeunesse  : Les Inséparables.  Jugé trash à l’époque, il est devenu culte mais a valu à son auteur, féministe engagée et universitaire accomplie, d’être rejetée par ses pairs.
Au même moment, Oona, sa fille, brillante chirurgienne de quarante ans, débarque chez elle après avoir quitté son mari. Sans savoir que Lydia, sa propre fille âgée de quinze ans, vit un cauchemar depuis que circule une photo d’elle dénudée dans son prestigieux pensionnat…
Bientôt réunies, toutes trois devront faire face à leurs désirs, à leurs contradictions et à leurs tabous.
 
Notre famille détermine-t-elle notre destinée  ? Comment devient-on femme  ? Incisif, brillant et d’un humour digne de Woody Allen, un roman très contemporain dans lequel on retrouve le talent éblouissant de Stuart Nadler pour disséquer la psychologie humaine et ses complexités.

Les inséparables, Stuart Nadler, roman traduit de l'anglais (USA) par Hélène Fournier, Ed. Albin Michel, mai 2017, 404 pp

14 août 2017

Vivant Denon

Renault.jpgC'est un de nos grands regrets d'une fin d'année surchargée: n'avoir pu lire (encore) l'essai biographique de Jean Marchioni

Je vous en livre argurment, extrait du site de l'éditeur

Dans l'attente de jours meilleurs

 

 "La singularité de Vivant Denon (1747-1825) est d’être pluriel en toute chose. Multiples talents, métiers divers, incessants voyages ont façonné non pas une vie mais “des vies”. Aussi, les biographies qui lui ont été consacrées n’ont pas manqué jusqu’aux années 1990. Or, depuis, deux sources archivistiques majeures ont paru et éclairent de façon nouvelle la vie de Denon : les Lettres à Bettine (Actes Sud, 1999) dévoilent le secret bien gardé d’un amour durablement partagé, et pénètrent la psychologie de l’homme ; sa Correspondance administrative permet de suivre au jour le jour le labeur prodigieux du protecteur des arts sous le règne de Napoléon Ier. Bâti sur le dépouillement systématique de ces lettres, cet essai se veut comme une “interview” de Denon. L’ ensemble permet d’offrir un portrait tout à fait inédit de l’homme et de son activité créatrice.
Mystérieux, insaisissable, déconcertant, surprenant, secret, cet homme pétri de l’humanisme encyclopédique du xviiie siècle a fait de sa vie une aventure prodigieuse guidée par le génie et le talent. De l’atelier de gravure au feu du combat, de Paris à Louxor et aux capitales européennes, il a tout connu des hommes comme des événements de son époque.
À la nation a été dévolu son véritable héritage moral et artistique. Sans lui, nous n’aurions ni le Louvre actuel, ni la primeur de la recherche égyptologique, ni la colonne Vendôme, et le musée de Versailles n’abriterait pas l’iconographie picturale du Premier Empire dont il avait su inspirer les commandes.

Vivant Denon ou l'Ame du Louvre,  Jean Marchioni, essai biographique, Ed. Actes Sud, avril 2017, 304 pp

13 août 2017

Les couleurs de la vie

Fouchet.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

"La médiathèque de Groix a eu la géniale idée des « livres bateau ». Les adhérents piochent dans un carton spécial où les attend un choix de nouvelles et de courts romans qu'on peut lire le temps de l'aller-retour Groix-Lorient. "

Les grands esprits se croisent, chère Lorraine Fouchet. Si je vous dis que je nourris une même idée..en version ferroviaire. A infuser, cela va sans dire

Les couleurs de la vie, Lorraine Fouchet, roman, Ed. Héloïse d'Ormesson, avril 2017, 400 pp

12 août 2017

Les retrouvailles

Renault 4-4.jpg
51iZRo7py0L._SX366_BO1,204,203,200_.jpg
"Vingt-cinq ans qu'ils ne s'étaient revus ! Quand son vieux camarade de fac l'invite à passer un week-end dans la grande bâtisse de son frère, nichée au coeur des montagnes de Savoie, Laurent Campanelli est un homme accompli, un père de famille qui a trouvé sa voie. Il s'y rend avec femme et enfants et revoit avec plaisir Michel, Yvon et leur soeur Flore, son amour de jeunesse à présent mariée à un riche avocat qui est aussi collectionneur. Mais la camaraderie retrouvée ne tiendra pas longtemps. De lointaines rancoeurs se réveillent, ainsi que des passions enfouies et des regrets agissant comme un lent poison. Éclats de voix alcoolisées, étreintes furtives et clandestines, le week-end dérape ; les cadavres sortent peu à peu du placard et font vaciller les vérités que l'on croyait les plus solides. Sous la neige, à l'écart du monde, un drame se noue. Il n'est pas certain que tous s'en relèveront. Le huis clos se transforme alors en cauchemar, dans une ambiance que ne renierait pas le Stephen King de Shining.
 
Olivier Maulin vit et travaille à Paris. Il a publié de nombreux romans salués par la critique, la plupart d'entre eux étant disponibles en format poche. Il a reçu le prix Étonnant voyageur pour En attendant le Roi du monde. Les retrouvailles est son 10e roman.
 
Les retrouvailles,  Olivier Maulin, roman, Ed. du Rocher, mai 2017, 188 pp

11 août 2017

La rue

Renalut déserr.jpg Les vintages se suivent, point ne se ressemblent

Voici l'argument que nous donnent les éditions Belfond, du roman d'Anne Petry:

9782714474025.gif

 

Un premier roman poignant, par une auteure injustement oubliée dans l'héritage du Harlem Renaissance, un véritable morceau de bravoure vendu à plus d'un million d'exemplaires lors de sa parution aux États-Unis, en 1947. Dans le Harlem des années 1940, le combat acharné de Lutie Johnson, jeune mère célibataire noire, qui tente de s'élever au-dessus de sa condition.

Avec La Rue, la collection « Vintage » poursuit son exploration du noir, genre aux multiples facettes, et dévoile une misère sociale extrême, où règnent en maîtres la pauvreté et la corruption.

Des rues comme la 116e, réservées aux nègres ou aux mulâtres, avaient fait de Pop un vieil ivrogne timide et tué Mom quand Lutie était encore tout bébé.
Dans cet immeuble où elle habitait actuellement, c'était aussi la rue qui avait amené Mrs Hedges à faire de sa chambre un bordel.
Et le concierge, la rue l'avait maintenu dans les bas-fonds, loin de l'air et de la lumière, jusqu'à ce que l'horrible obsession de la chair l'ait dévoré. Mais rien de tout cela ne lui arriverait à elle, Lutie, parce qu'elle avait la volonté de lutter sans relâche.
 
La rue, Anne Petry, roman [vintage noir] traduit de l'américain par Martine Monod, Nicole et Philippe Soupault, Ed. Belfond, mai 2017, 384 pp
 
 

10 août 2017

Des femmes remarquables

pym.jpg
Renalut déserr.jpgNotre mode 4x 4e de couverture se poursuit, avec un petit tour (de roue) du côté de chez Belfond: 
 
Dans la veine de La Ferme de cousine Judith (Belfond Vintage, 2016) et des Aventures de Cluny Brown de Margery Sharp (Belfond Vintage, 2015), Des femmes remarquables, aussi drôle que savoureux, compte parmi les meilleures comédies anglaises. Avec sa bouilloire à la main et son oreille compatissante, Mildred Lathbury est l'incarnation même de la chic fille. Mais l'arrivée d'un couple de jeunes mariés dans son immeuble va bouleverser sa vie bien ordonnée...
Londres, dans les années 1950. Mildred Lathbury, jeune femme célibataire au quotidien partagé entre la vie de la paroisse et les tâches domestiques, voit son existence bouleversée lorsque débarque dans son immeuble une fougueuse anthropologue au bras d'un très bel homme...

Je laissai Dora poursuivre, mais sans réellement lui prêter l'oreille car je connaissais l'opinion que nourrissait Dora à l'égard de miss Protheroe et de tout précepte religieux. Nous nous étions souvent querellées autrefois à ce sujet. Je me demandais comment elle pouvait gâcher autant d'énergie à lutter pour une vétille telle que le port du chapeau à l'office ; puis je me dis qu'après tout, la vie se réduisait, pour la plupart d'entre nous, à des détails de cet ordre : les petits désagréments plus que les grandes tragédies, les dérisoires petites envies plus que les grands renoncements et les tragiques passions amoureuses de l'histoire ou des romans.
 
Des femmes remarquables, Barbara Pym, roman [vintage], traduit de l'anglais par Sabine Porte, Ed. Belfond, juin 2017, 320 pp

09 août 2017

Des vampires dans la citronneraie

 On en dit grand bien; je n'ai pas eu le temps de découvrir ce "bijou" et vous en livre l'argument que nous en offre l'éditeur: 

citronne.jpg

"Finaliste du Prix Pulitzer pour son formidable roman Swamplandia, la jeune Karen Russell, à l’imaginaire débridé, excelle dans tous les registres et s’impose une fois encore, avec ce recueil, comme un maître du réalisme magique.

Des fillettes retenues prisonnières dans une manufacture japonaise sont lentement métamorphosées en vers à soie… Une masseuse se découvre dotée d’étranges pouvoirs en manipulant les tatouages d’un jeune soldat revenu d’Irak… Deux vampires prisonniers d’une citronneraie brûlée par le soleil tentent désespérément d’étancher leur soif de sang, au risque de mettre un terme à leur relation immortelle… 

Autant de mondes parallèles fascinants, entre mythe et réalité, qui confirment la subtile extravagance et l’inventivité hors pair d’un des meilleurs écrivains de sa génération.

« Inspirée par George Saunders, Stephen King ou encore Carson McCullers, Karen Russell a une voix bien à elle, tour à tour lyrique et drôle, fantastique et méditative. » The New York Times

 

Renault 4-4.jpgDes vampires dans la citronneraie, Karen Russell, roman traduit de l'américain par Valérie Malfoy, Ed. Albin Michel, avril 2017, 310 pp

08 août 2017

Des hommes sans femmes

Renalut déserr.jpgHaruki.jpg Le point de vue de l'éditeur:
 
Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie,  voici le retour d'Haruki Murakami à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d'oeil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Musique, solitude, rêve et mélancolie, le maître au sommet de son art.
 
« À ce que je sais, votre épouse était vraiment une femme merveilleuse [...] vous devez vous sentir reconnaissant d'avoir vécu presque vingt ans auprès d'une femme comme elle. Je le crois profondément. Néanmoins, vous aurez beau penser que vous avez compris quelqu'un, que vous l'avez aimé, il n'en reste pas moins impossible de voir au plus profond de son coeur. Vous aurez pu vous y efforcer, mais vous n'aurez réussi qu'à vous faire du mal. Vous ne pouvez voir qu'au fond de votre propre coeur, et encore, seulement si vous le voulez vraiment, et si vous faites l'effort d'y parvenir. En fin de compte, notre seule prérogative est d'arriver à nous mettre d'accord avec nous-même, honnêtement, intelligemment. Si nous voulons vraiment voir l'autre, nous n'avons d'autre moyen que de plonger en nous-même. Telle est ma conviction. »

Des hommes sans femmes, Haruki Murakami, recueil de nouvelles traduites du japonais par Hélène Morita, Ed. Belfond, mars 2017, 304 pp

07 août 2017

Marche avec la nuit

Renalut déserr.jpgMarche.jpg

Un argument bien de saison, que nous livre l'éditeur:

Vous voyez l'ombre et moi je contemple les astres. Chacun a sa façon de contempler la nuit.

Victor Hugo

Loin de sa Normandie natale, le jeune Renaud marche en Inde où il découvre ses propres désirs et les plaisirs de la vie en même temps qu'une tradition qu'il ignore. La secrète Sanjana se réfugie auprès de lui et l'éveille au lien de l'amour et du sacré. Au cours de son périple, il croise aussi Flavia, une ardente Brésilienne qui lui offre le feu de la chair. Puis un sage facétieux lui ouvre la voie de la méditation.

Les initiations se poursuivent avec d'autres signes venus du ciel : le premier sourire d'un enfant, l'appel d'un précipice... le souvenir d'une parole glissée par l'un des siens : « En te perdant, tu prendras des forces.»

S'attachant aux présences mystérieuses qui émaillent son chemin, Renaud va s'interroger radicalement sur le sens de son existence.

D'une écriture méditative et entraînante, ce roman invite à accueillir les mouvements intérieurs qui parcourent nos vies. Une aventure déroutante où sensualité et spiritualité s'entremêlent au fil de la rivière Narmada.

Olivier Germain-Thomas a reçu un Grand Prix de Littérature décerné par l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre ainsi que le prix Renaudot essai pour Le Bénarès-Kyôto.

 

Marche avec la nuit, Olivier Germain-Thomas, roman, Ed. du Rocher, mars 2017, 206 p

06 août 2017

Un High-Tea tout d'août

Je le sais, vous me le dites, m'en remerciez, l'attendez..

Cette infusion dominicale qui, sur le coup, très précis, de 17 heures vous est livrée chaque dimanche

Alors en ce dimanche tout d'août, qui me voit travailler d'arrache-yeux, à cette rentrée littéraire qui s'approche à grandes pages,  je vous livre cette incursion exclusive dans mon dur labeur

IMG_2759.JPG

La mise en scène théière est signée Thibault Jadoul ..d'août

05 août 2017

Moura - La mémoire incendiée

Moura.jpg

Notre visite enchantée de Saint-Pétersbourg se conclut d'une lecture tout aussi ravie, captivée,  de la vie Maria Ignatievna Zakreskaïa, as comtesse von Benckendorff as baronne Budberg as Marouchka as Moura (1892-1974)

Une vie riche, aventureuse, dangereuse,qui subit et épouse le XXe siècle pétersbourgeois naissant, les sursauts violents, traumatismes radicaux de la révolution bolchévique, l'éradication de l'aristocratie, l'éclatement de sa cellule familiale.

Une vie de femme amoureuse qui mène Moura à côtoyer tant le diplomate anglais Bruce Lockhart, agent (secret) britannique que  l'écrivain d'idéal bolchévique,  Maxime Gorki dont elle se fait l'agent littéraire. 

Séductrice, généreuse, éminemment courageuse, Moura est une femme insaisissable. Sorte de Mata Hari à  la russe, elle suscite la méfiance, la vigilance des autorités de tous camps, quand ce ne sont des périodes d'emprisonnement dans des conditions éprouvantes, épouvantables.

Si Alexandra Lapierre a choisi la forme romanesque pour tracer ce destin qui ne l'est pas moins, c'est pour mieux saisir la vérité d'une femme -  volontairement énigmatique- les élans sans conteste sincères d'un coeur qui bat à l'heure d'un Petrograd ravagé, d'une guerre civile atroce,  d'un XXe siècle et d'une classe aristocratique passablement bousculés.

L'écrivain a rassemblé une documentation, une énergie colossales pour s'immerger - et nous, à sa suite -dans un destin, en tous points, hors du commun

A Elter

Moura- La mémoire incendiée, Alexandra Lapierre, roman, Ed. Flammarion, mars 2016 - Livre de Poche, avril 2017, 730 pp

04 août 2017

A la rencontre de Pouchkine

DSC_0543.JPG

Sis Moïka, 12 à Saint-Petersboug, l'appartement qu'occupa l'écrivain Alexandre Pouchkine (1799-1937)  représentant majeur du Siècle d'Or de la poésie russe, juste avant son décès, se visite en mode musée. Un décès inopiné,  le "Soleil russe"' n'a pas quarante ans, pas même trente-huit, lorsqu'il succombe à la blessure fatale du duel qui l'oppose à Georges d'Anthès,  amoureux éconduit - du moins, nous l'espérons -de son épouse Nathalie.

Le jeune père de famille - il a quatre enfants dont l'aîné n'a pas cinq ans à l'heure de son décès - laisse une oeuvre forcément inachevée, des chefs d'oeuvre qui passeront à la postérité,  Eugène Onéguine, Boris Goudonov,  et des dettes importantes.

Focalisée sur cette fin tragique, la visite de l'appartement, se plombe, dès le vestibule d'une atmosphère assez pesante, confortée par le récit audioguidé des pièces.  Mais elle n'en n'est pas moins intéressante et permet de découvrir son cabinet de travail, la bibliothèque bien nourries d'ouvrages en toutes langues - il en possédait quatre mille - et les instruments qui permirent l'expression de son art.

S'il aborde la journée du 27 janvier 1837 d'humeur légère et joyeuse, Alexandre Pouchkine, ne regagnera son appartement, le soir, que pour y mourir, deux jours plus tard, aux termes d'affreuses souffrances.

03 août 2017

Quelques nouvelles de Saint-Pétersbourg

N.Gogol_by_F.Moller_(1840,_Tretyakov_gallery).jpgJe vous ai promis une (légère) approche de la littérature russe tandis qu'à Saint-Pétersbourg, nous nous trouvâmes nez-à-nez avec Nicolas Gogol (1809-1842) himself...

L'occasion de nous pencher sur ses fameuses Nouvelles de Saint-Pétersbourg, téléchargées sur notre aimable liseuse et de relire les Nez, Manteau, Portrait et Missive perdue, enfouis dans les tréfonds non irrigués de notre mémoire estudiantine.  Si les trois dernières nouvelles, au goût d'inachevées, risquent de reprendre la place dont nous les avions délogées, nous avons savouré, nez-en-moins, comme il se doit,  la première...

A savoir.

  Il nez point commun de retrouver, dans son pain chaud, les nasaux frémissants d'un client à qui l'on a fait la barbe. Telle est ...néanmoins, la surprise qui décoiffe Ivan Iakovlievitch, barbier à Saint-Pétersbourg, au lever de bonne heure, un jour qui le voit d'excellente humeur. Il recon-nez aussitôt l'organe d'un sien client, le major, Kovaliov, assesseur de collège... On imagine la panique qui saisit ainsi notre homme, dès potron-mi-nez. On imagine pareillement, celle qui s'empare de l'assesseur tandis qu'il découvre la platitude centrale et incongrue de son visage

Vous l'aurez saisi - pas le nez, mais le sens de la nouvelle - nous voguons en pleine intrigue fantastique;  l'enjeu est d'envergure,  Kosaliov va-t-il récupérer son appendice nasal?

 Le suspens est insoute-nez-ble

A Elter

  Le nez, Nicolas Gogol, nouvelle publiée dans Le Contemporain, oct. 1836, traduite par Léon Golschmann et Éric Jaubert, Ed. Paul Ollendorf, 1896

02 août 2017

D'un Pavillon, l'autre

IMG_0435.JPG

Il y a bien, à Namur

Blotti dans un coin de verdure

Un certain... Pavillon de la Littérature.

Situé au lieu dit de l'Ermitage, 

Il accueille les ermites sages

Qui se tiennent à la page

 

La découverte saisissante du Pavillon de l'Ermitage, sis en regard et droite allée du Palais Catherine (résidence d'été, notamment, des impératrices Elisabeth et Catherine II - à Pouchkine- 25 km de Saint-Pétersbourg) nous invite à une toute aussi saisissante modestie...

Construit, sans doute,  par le fameux Rastrelli - à qui l'impératrice Elisabeth donnait blanc seing et chèques en ...blanc-  le pavillon, puisqu'il nous faut l'appeler ainsi offrait  farniente et détente à ses augustes occupants. Exit le protocole, un lieu réservé aux intimes. Une sorte de petit Trianon, en version russe, si vous voulez.  

Nanti d'un pont levant, l'édifice était dépourvu d'escalier. L'accès à l'étage s'opérait par un ingénieux système d'ascenseur, avant la lettre. Pareillement magique, une table dressée, jaillissait du rez-de-chaussée, pourvue de plats chauffés dans les proches cuisines.

Vous imaginez comme cette perspective nous séduit. Hélas, aucune visite ne fut possible au moment où nous approchâmes ce repaire magique. Nous y reviendrons, nous nous (vous) le promettons, investiguons les moindres relations sur le sujet et découvrons, avec un pareil saisissement que le pavillon de l'ermitage du célèbre Peterhof était doté d'un système similaire

Alors de Peter, d'Elisabeth ou de Catherine..  à qui devons-nous cette brillantissime idée ? 

A suivre, assurément 

Apolline Elter