28 juillet 2017

Bien des ciels au-dessus du septième

eho_opdebeeckc.jpgRenault 4-4.jpgVoici la quatrième de couverture d'un  premier roman néerlandais  qui a connu un joli succès de découverte: 

 

Leurs histoires sont faites de bonheurs inattendus, de complications dérisoires, de secrets trop lourds à porter et d’espoirs inavouables. Lou, Eva, Casper, Elsie et Jos : cinq narrateurs, trois générations, des questionnements universels. De 12 à 71 ans, leurs points de vue diffèrent, mais la question reste la même : qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Plaisirs minuscules saisis au vol, cœurs prêts à éclater, Bien des ciels au-dessus du septième capte la poésie du quotidien et restitue les sentiments doux-amers qui unissent les hommes. Une comédie dramatique à la sincérité désarmante, tendre et douloureuse à la fois.

Bien des ciels au-dessus du septième, Griet Op de Beeck, roman traduit du néerlandais (Belgique) par Isabelle Rosselin. Ed Héloïse d'Ormesson, mai 2017, 336 pp

Les commentaires sont fermés.