Web
Analytics Made Easy - StatCounter

30 avril 2017

En son absence

Job.jpg    theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg

"Devant le chagrin, tout le monde s'incline. Le chagrin exalte, il transforme en saints ceux qui souffrent. Mais le chagrin est pervers. Il fait de nous des égoïstes qui n'ont même pas honte de l'être,puisque c'est en son nom qu'on nous isole sur un piédestal, offert à la vénération." 

 En son absence, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, mars 2017, 312 pp

 

29 avril 2017

En son absence

Job.jpg

Au coeur de Montange, un village ardennais, comme l'écrivain les affectionne, disparaît Bénédicte, une adolescente de quinze ans,  paisible, sans histoire. 

Plutôt, elle s'évapore

Nous sommes mi- mars 2005. Le  spectre de l'affaire Dutroux qui meurtrissait la Belgique, dix ans auparavant, enflamme aussitôt les consciences et l'interprétation des coïncidences. L'aiguillage des soupçons ravive, en effet, bien des rancoeurs, mesquineries, secrets enfouis.

Armel Job excelle et se complaît dans l'observation des âmes en demi-teintes. D'une longue scène d'exposition, il place les pions et entraîne le lecteurs dans les méandres d'un thriller rondement mené.  L'écriture est nette, précise, alerte,  en un mot addictive.

"Sans doute l'amour des coeurs purs est-il insupportable. Que deviendrions-nous si nous nous laissions aimer par eux? "

 En son absence, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, mars 2017, 312 pp

28 avril 2017

Quatrième de couverture (1/2)

866f23d2330c3a8d96e2d3a2e6b3fdc0.gif

 © Franquin

Tandis qu'avril clôt bien frileuse carrière, je vous présente, extraits des sites des éditeurs, les arguments d'ouvrages passés entre mes mains, à défaut de mes yeux..

 

 Hommage au célèbre Prince

 9782812612329.jpg

 

Encore adolescente, Fanny Capel est « tombée fan » du chanteur Prince, comme on tombe en amour, jusqu’à entraîner deux copines avec elle à Minneapolis pour lui parler… dix minutes ! Elle rapporte les souvenirs excitants et délirants vécus par elle ou d’autres groupies de la star. Un témoignage éclairant sur la condition de fan. À paraître un an après la mort de Prince.

Fragments d'un discours de fan, Fanny Capel, chroniques, Ed. Rouergue, mars 2017, 160 pp
cathy.jpg
 

Mathilde pensait avoir rencontré l’homme de sa vie, Gaspard, un homme savoureux, presque parfait. Mais son premier amour, Guillaume, réapparaît la nuit, en songe… Il était parti si loin, depuis si longtemps, et Mathilde n’a jamais pu se résigner à son absence. Au cœur de cet étrange ménage à trois, entre rêve et réalité, Mathilde se cherche : où est sa vie ? Dans le regret d’un amour défunt ou dans le présent qui lui tend les bras ? Un premier roman poignant où Cathy Galliègue explore avec subtilité l’inconscient de nos sentiments, de nos désirs, de nos âmes en peine. Jusqu’aux frontières de la folie.

La nuit, je mens, Cathy Galliègue, roman, Ed. Albin Michel, avril 2017, 220pp

 

Sous-Tibere-1109860679_L.jpg

Dans un recoin des archives secrètes de la bibliothèque vaticane, Nick Tosches découvre un codex vieux de deux mille ans qui relate les mémoires d’un aristocrate romain : Gaius Fulvius Falconius.

Orateur de talent chargé d’écrire les discours de l’empereur Tibère, il tombe un jour en disgrâce et doit s’exiler en Judée. Il y fait la connaissance d’un jeune vagabond juif sans foi ni loi, obsédé par l’argent et le sexe, qui le fascine littéralement. Lui vient alors une idée : faire passer ce jeune homme au charisme indéniable pour le Messie tant attendu…

Jésus de Nazareth revu et corrigé par l’auteur du Roi des Juifs : il fallait l’irrévérence et l’érudition de l’un des derniers hors-la-loi de la littérature américaine pour s’emparer d’un tel sujet. Se moquant de la religiosité et la morale, Nick Tosches dérange, choque, bouscule, et confirme une fois de plus sa virtuosité.

Sous Tibère, Nick Tosches, roman traduit de l'américain par Héloïse Esquié, Ed Albin Michel, avril 207, 368 pp

133993_couverture_Hres_0.jpg
 Au milieu des années 1950, Bernie Gunther est l’estimé concierge du Grand-Hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat, sous une identité d’emprunt qui le met à l’abri des représailles et des poursuites (il figure sur les listes de criminels nazis recherchés). Mais son ancienne activité de détective et son pays lui manquent. Pour tromper son ennui, il joue au bridge avec un couple d’Anglais et le directeur italien du casino de Nice. Introduit à la Villa Mauresque où réside Somerset Maugham, l’auteur le plus célèbre de son temps, il trouve enfin l’occasion d’éprouver quelques frissons : Maugham, victime d’un maître chanteur qui détient des photos compromettantes où il figure en compagnie d’Anthony Blunt et de Guy Burgess, deux des traîtres de la bande de Cambridge, a besoin d’un coup de main... Très vite, la situation se corse, car Gunther est dangereusement rattrapé par son passé. Le roman offre un éblouissant portrait romanesque de l’écrivain, ancien espion de la Couronne, tout en entraînant le lecteur dans une machination palpitante.

Les pièges de l'exil, Philippe Kerr, roman traduit de l'anglais par Philippe Bonnet, Ed. Seuil, mars 2017, 400 pp

La-Correctrice-Denuziere-1118189034_L.jpg

 À dix-neuf ans Ernesto Messina choisit de fuir la
dictature de Castro. Son père lui a donné ce prénom,
en hommage à Che Guevara, mais sa passion va à
celui qu'il appelle le Grand Ernest, l'écrivain améri-
cain Ernest Hemingway.

Parti de Cuba pour Key West, il va rencontrer
sur son chemin la belle Angela qui donne des cours
d'anglais, et la redoutable éditrice Julia Martïnez.

Celle-ci va l'aider à se lancer, sous le pseudonyme de Victor Hemings, dans l'écriture d'une saga policière que le monde entier va bientôt s'arracher.

Après Key West, Ernesto Messina décide de partir avec Angela pour
La Nouvelle-Orléans. Au rythme de soirées débridées, sa vie se déroule
comme une corrida, fréquentant avec assiduité les confortables canapés de son
amie Dolores Diaz, gérante du Flamingo's.

Mais le soir du dernier jour d'octobre 1985, au sommet de sa gloire, Ernesto Messina disparaît sans laisser de traces. C'est sa femme qui va devoir assurer la promotion de son dernier roman, Unis par la mort.

D'Halloween à Thanksgiving, de New York à La Nouvelle-Orléans, qu'est-il arrivé à Ernesto Messina? Une enquête est lancée où les protagonistes de l'affaire vont très vite prendre de nouveaux visages. Ernesto aurait-il été trop naïf? Est-il tombé amoureux de Dolores Diaz? Ernesto Messina est-il une victime de la Mafia, lui qui côtoie le monde de la drogue, du jeu, de la politique, ou bien est-il une victime de la guerre à laquelle se livrent les pro et
les anticastristes? Enfin, qui a éliminé le supposé cadavre d'Ernesto Messina?

Roman d'aventures et enquête policière tout à la fois, La Correctrice est avant tout l'histoire d'une double passion.

 La correctrice, Claude Denuzière, roman, Ed de Fallois, avril 2017, 220 pp

Cygnes.jpg Avec sa silhouette svelte et ses beaux yeux noirs, Babe Paley est la plus recherchée des « cygnes de la Cinquième Avenue », ces femmes de la haute société new-yorkaise des années 1950. Son atout, indéfinissable, est son style. Celle qui incarne l’élégance et ne fréquente que l’élite, des Stuyvesant aux Vanderbilt, fait souvent la une de Vogue, ajoutant une touche glamour à un tableau déjà parfait.
Mais ce que personne ne voit, c’est le sentiment de solitude qu’elle laisse dans son sillage, en dépit de sa fortune, de ses nombreuses résidences, de ses enfants, de son mari riche et puissant. Jusqu’au jour où Truman Capote surgit dans sa vie.
Leur amitié est instantanée et fulgurante. Babe trouve chez l’écrivain prodige, aussi génial qu’extravagant, la passion qui manquait à sa vie. Grâce à elle, Truman accède à cette haute société qui le fascine tant. Mais aussi à ses secrets, ses rumeurs et ses scandales, y puisant son inspiration, au risque de trahir son amitié avec Babe...

Les Cygnes de la Cinquième Avenue,  Melanie Benjamin, roman traduit de l'anglais (USA)par Christel Gaillard-Paris, Ed Albin Michel, mars 2017, 430 pp

Ulysse.jpg

 C’était il y a longtemps, au tournant des années 60 et 70, entre le Paris du Quartier latin et les solitudes creusoises. Un jeune provincial timide tente de se bâtir une existence qui ressemblerait à ses rêves : vivre pleinement son époque, sa passion pour le théâtre et son goût immodéré de l’amitié. Pourquoi ne pas construire son « Ithaque », avec quelques amis comédiens improvisés, et partir sur les traces d’Ulysse ? 
Mais la tornade de Mai 68, voulant faire table rase du passé, remet l’odyssée à plus tard, le détournant de ses désirs et le confrontant à une réalité plus prosaïque. Comme dans le théâtre de Tchekhov, l’Histoire passera-t-elle sous ses yeux sans même qu’il s’en aperçoive ? Sera-t-il trop tard… tout à coup ?

Avec la distance élégante d’un observateur à la fois amusé et inquiet, Jean-Marie Chevrier, écrivain épris de liberté, en explore les paradoxes. Roman d’initiation, portrait d’une époque et d’une génération, La compagnie d'Ulysse embrasse avec nostalgie et poésie la poursuite vaine de nos chimères. 

La Compagnie d'Ulysse, Jean-Marie Chevrier, roman, Ed. Albin Michel, avril 2017, 316 pp

 

9782714474339.jpgConsacré par le prix Pulitzer en 1935, ce premier roman écrit par une jeune femme de vingt-quatre ans est immédiatement salué par la critique comme une oeuvre majeure de la Grande Dépression. D'une maturité et d'une profondeur renversantes, Novembre dépeint dans une langue aussi poétique que musicale l'explosion d'une fratrie de trois soeurs plongée dans la misère, qui voit son destin inexorablement basculer dans la tragédie. Le tableau poignant d'une famille de la middle class américaine dans un pays ravagé par la crise.
Un classique du genre à redécouvrir absolument !

Novembre, Joséphine Johnson, roman [vintage], traduit de l'anglais par Odette Micheli,  1935 ( Prix Pulitzer) Ed. Belfond, mars 2017, 201 pp

27 avril 2017

Blockbuster

IMG_1800.JPG

Certains spectacles vous saisissent de stupéfaction, d'hilarité.. tant est grande, remarquable, leur créativité

Le fait est rare, il est précieux.

Tel Blockbuster, basé sur un écrit de notre compatriote Nicolas Ancion, interprété de façon épous-tou-flante par Le Collectif mensuel. 

 Puisant quelque 1400 plans au sein de 160 films -cultes (enfin pas tous) hollywoodiens, Le Collectif en détourne les paroles au service d'une intrigue socialisante,  belgo-belge des plus loufoques: il s'agit d'empêcher Mortier, le patron des patrons, de ruiner le peuple, de ses agissements sordides et sans scrupules, il s'agit tout simplement de lui déclarer la guerre, à lui et à tous ses sinistres sbires.

 Interprétations parfaitement synchro, bruitages en direct, d'une inventivité qui évoque le mythique Kiss & Cry ( de Jaco van Dormael) , humour, dérision.. font de ce spectacle un chef d'oeuvre.

Vous l'aurez compris, nous en sommes sortis bluffés.

Il se joue au théâtre de Namur, ce soir et demain encore - à bureaux fermés, je le crains.; ensuite, il faudra vous rendre à Bourge  - il en vaut la peine et puis, vous ne risquez pas de vous ..embourgeoiser

Apolline  Elter

 http://www.collectifmensuel.be/spectacles/blockbuster

Avec Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier, Renaud Riga

26 avril 2017

En son absence

Job.jpg"Bien des drames pourraient s'expliquer par un simple changement de saison. Quelque chose se déclenche dans le ciel, et c'est comme si certains êtres n'attendaient que ce signal pour franchir le pas qui les sépare de leur destin. La nature, le plus souvent, semble immobile. Mais dès qu'elle s'ébroue, de la voûte céleste jusqu'au plus frêle brin d'herbe, tout est pris dans la même effervescence. Et, si ce jour-là, par mégarde, une pauvre créature sort des retranchements où les hommes prétendent ignorer les éléments, grand est le péril qu'elle ne se trouve, elle aussi, emportée dans le basculement du
monde, dont elle n'est, après tout, qu'un élément."

Ains'Incipit - fabuleusement - le nouvel Armel Job, roman qui voit surgir le spectre indélébile de l'affaire Dutroux dans la mémoire collective. 

Rendez-vous, ce samedi, pour la chronique de lecture

En son absence, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, mars 2017, 312 pp

06:26 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

25 avril 2017

L'encrier de Madame de Sévigné

L'encrier.jpgVous savez, chers visiteurs, comme la célèbre Epistolière est chère à notre blog et aux séjours en cette  Drôme grignannaise que nous partageons avec elle.

 Aussi fûmes-nous attirée par l'angle d'approche biographique de Barbara Lecompte - bien engageant - à savoir les bureau chinois et encrier de la célèbre marquise.

Nous ne fûmes pas déçue.

" Réchappé des profondeurs océanes, le bureau chinois de madame de Sévigné peut se flatter d'être aujourd'hui un meuble vedette, une star à bichonner. "

 Fascinée par le destin du secrétaire laqué, conservé au musée Carnavalet, estampillé aux doubles armes Rabutin et Sévigné, la biographe mène enquête et restiitue, à travers les objets fonctionnels de son écriture, un portrait alerte de la trépidante marquise, si vivant que cette dernière aurait mauvaise grâce de le renier.

 Oui mais son encrier?

 " Mais à Carnavalet, son encrier manque à l'appel."

 Et l'enquêtrice de se lancer sur les traces du "fantôme", symbole paroxystique de la pérennité de madame de Sévigné.

Mais la marquise n'est pas qu'une mère, non plus qu'une seule épistolière.  Les chapitres se suivent qui étudient son rapport à l'eau, aux cures,  à la Cour, à la religion, à cette Bretagne qui lui tient encore grief de certains propos jugés désobligeants , à ce Grignan , pour nous, si important.

 Un portrait saisi, pétillant,  judicieusement frappéà l'instar de ce vin de champagne que Marie de Sévigné affectionnait.

 Apolline Elter

 L'encrier de madame de Sévigné, Barbara Lecompte, essai, Ed. Arléa, janvier 2017, 140 pp

24 avril 2017

Une France .. en marche ?

 

drapeau  français.png

Si nous nous Fillon aux estimations, en aval et en Hamon - ne Mélanchon les sardines et les Macron- ce  n'est pas Le Pen - le Messie, sauveur de la France, porte le doux prénom d'Emmanuel

Son patronyme porte  en germe ces côtés Marc(h)on, Maçon qui allient à la marche un côté bâtisseur, plutôt accrocheur.

Qui se veut rassembleur

A suivre...asurément

 

Apolline, Les pensées marchées du lundi

23 avril 2017

Tous.. à L'Elysée

 

Tous.jpgtheiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg"C'est à cause des enfants que le futur nous regarde; et qu'on a dû se tourner pour le regarder aussi. Vision difficile et troublante, qui exige un mouvement de grand courage. car c'est fixer une réalité inconsistante dont on ne sait qu'une chose: qu'elle nous regarde et qu'elle nous attend. Walter Benjamin, ce n'est pas un hasard, n'avait pas d'enfants."

 

Tous, Grégoire Polet, roman, Ed. Gallimard, février 2017, 352 pp

22 avril 2017

Tous

Tous.jpg

En ce week-end qui verra tous yeux rivés sur les résultats du premier tour de l'éléction présidentielle française, il fait (très) bon se pencher sur le nouveau roman de Grégoire Polet. Pré-texte à un passionnant débat d'idées, la révolution pacifique que suggère l'auteur offre aux citoyens européens les clefs de leurs gouvernances. Il rejoint en cela les thèses tout aussi convaincantes d'un David van Reybrouck ou Alexandre Jardin (Laissez-nous faire,  Ed. Laffont 2015, chronique sur ce blog) . Nous ne manquerons pas d'y revenir.

Pour l'heure, penchons-nous sur le propos:

Tandis que d'Espagne et de moult autres places d'Europe, jaillissent les voix - pacifiques - des Indignés, une jeune Liégeoise, Carolina Gracq, gravement amputée suite à l'attentat de la place Saint-Lambert, le 13 décembre 2011,  fédère  et active, avec ses amis Romuald  Solis et Rémy Thiers , les mouvements citoyens EO et Tous, qui feront boule de neige à travers l'Europe et  porteront Romuald à la présidence de la ..VIe République française.  Qui dit gouvernance citoyenne,  impose en effet un changement de Constitution.

 La deuxième partie de la fiction  prend la voix d'un diplomate grec Elefthérios Viridis, celle de son fils Iannis et la voie du salut économique de leur patrie

La dernière partie soutient le deuil d'un citoyen polonais, orphelin de son fils autiste Adam, asphyxié par une marée toxique pendant qu'il effectuait une plongée avec son amie Anna...

IMG_0084.JPGUne fiction politique  nourrie de tant de pistes de réflexions, mûrement étayées de cette culture abyssale,constitutive de l'écriture polétienne , facteur de tant d'ouvertures pour un monde meilleur..que nous n(v)ous promettons de vous revenir et de  vous en rendre compte,  à la  ferveur du dense bouquet de post-it jailli de ses pages.

 

Tous, Grégoire Polet, roman, Ed. Gallimard, février 2017, 352 pp

 

21 avril 2017

Caroline Moxhon expose aux "Ecuries"

IMG_0181.JPG

                                              Elan de vie - Caroline Moxhon

Vous le savez - peut-être  - je suis fan, accro, afficionada de la sculptrice belge Caroline Moxhon

Son univers d'élégance, de joie, d'écoute et de tendresse me touche inlassablement.

Au point d'en craindre le vernissage de ses expositions, l'impossibilité d'en sortir indemne.

Si vous avez ce même goût du risque, je vous engage vivement, chaleureusement à découvrir la vingtaine de chefs-d'oeuvre que l'artiste expose en ce moment, de concert avec la peintre Brigitte Henrot, aux "Ecuries "de Waterloo.

Gageons que vous en serez subjugués, en sortirez tonifiés, galvanisés  des ces "Pépites de joie" que je vous laisse découvrir:

IMG_0179.JPG

 

Je vous reviens sous peu, avec le compte rendu de la visite du musée Camille Claudel, à Nogent-sur-Seine, très touchant, également, mais sous un autre plan.

Apolline Elter

Caroline Moxhon (sculptures) et Brigitte Henrot (peintures) exposent leurs oeuvres, aux "Ecuries"

Chaussée de Bruxelles, 308 - 1410 Waterloo

Exposition ouverte du 20 avril au 21 mai 2017

Du mardi au dimanche, de 14h à 18h 

 

 

08:37 Publié dans Agenda | Commentaires (0) |  Facebook |

20 avril 2017

La course à l'oubli

J'ai failli concourir à cette Course à l'oubli....  Voici un an paraissait ce prodigieux roman; je ne l'ai pas lu,  chroniqué dans les temps : Mea maxima culpa

Qu'à cela ne tienne, c'est décidé, je crée une rubrique "rétro-liseur' - pour les dix ans de votre blog préféré - le roman de Philippe Langenieux en sera l'initiateur


téléchargement (3).jpg La grande force d'Ahmed, c'est cette joie de vivre, cette infinie gentillesse qui s'offre sans calcul ni réserve à tous ceux qu'il rencontre. Il a la victoire généreuse comme d'autres l'ont orgueilleuse. Ce petit champion a un coeur de géant.

 Silhouette fragile, l'agile Algérien Ahmed Boughera El Ouafi débarque en métropole à la fin de la Grande Guerre pour y servir sa mère-patrie, cette France grande, grasse et grise. Il est pur, loyal, d'humeur joyeuse et d'une gentillesse à tout crin.

Engagé comme ouvrier à la chaîne dans les usines Renault de Boulogne-Billancourt, il se découvre une aptitude à la course qui mène le champion inattendu, en 1928 sur la plus haute marche du podium du marathon olympique. Si ce n'est, qu'en ces temps-là, la médaille  d'or lui est décernée à la va-vite dans les vestiaires de l'exploit.

Ses choix de vie, par la suite, ne seront pas heureux, dictés par une confiance trop absolue dans les hommes - ils ne partagent pas tous sa pureté.

 C'est ce destin tragique, poignant, bouleversant que l'essayiste Philippe Langenieux-Villard, ressuscite, comblant de sa plume - soignée- de romancier, les vides nombreux du peu d'archives subsistantes sur la vraie vie de l'athlète.

 Une lecture qui mériterait mention dans les écoles

Et une adaptation au cinéma.

 La course à l'oubli, Philippe Langenieux-Villard, roman, Ed. Héloïse d'Ormesson, avril 2016, 160  pp

 

19 avril 2017

Mobutu

9782262049539.JPG

 "Ses deux ressorts, la violence et l’argent, ont terrorisé et corrompu deux générations de Zaïrois. On rêve à ce qu’aurait pu devenir son pays si Mobutu avait réussi son rendez-vous avec l’histoire en canalisant, pour le meilleur, l’énergie positive et le génie créatif hors pair du peuple congolais."

Mobutu Sese Seko décédait  d'un cancer, le 7 septembre 1997. Ce vingtième anniversaire offre l'occasion au journaliste français  Jean-Pierre Langellier de se pencher sur le parcours  politique et de vie du président zaïrois , en un essai passionnant, d'une maturité confondante.

Jeune journaliste malin et vif, Mobutu - qui signifie "poussière" en dialecte Ngbandi, de sa tribu natale - s'adjoint rapidement le titre de Sese Seko, gage d'éternité.  Tout frais trentenaire - il est né le 14 octobre 1930 - il se rend rapidement indispensable aux instances politiques qui vont gérer la toute fraîche indépendance du Congo ( 0 juin 1960) .  Ami de Lumumba, il prend bientôt ses distances et oeuvre, discrètement, à son assassinat.

Il s'arroge le pouvoir suprême fin 1965, en organisant un coup d'Etat dont il nie le nom. S'instaure alors une dictature faite de répressions - cruelles et sanglantes - de manipulations, sophismes et d'une confusion entretenue entre l'information et la propagande. 

"Mobutu utilise le passé récent du pays, chaotique et sanglant, comme un repoussoir légitimant sa remise en ordre autoritaire."

Le Président s'enrichit à outrance tandis que l'Etat sombre dans la banqueroute; il  élimine ses ennemis , d'une simple sentence " Faites disparaître" sans souiller ses mains poncepilatiennes du moindre sang.

S'il parvient, avec entregent et dépenses somptuaires , à placer son  pays sur les devants de la scène internationale,  il rate l'opportunité de s'en retirer dignement, après l'"échec fracassant" de la zaïrisation, et doit à l'hospitalité de son ami, le Roi Hassan II du Maroc, son ultime salut.

Richement étayée de recherches et de sources livresques de haut vol - dont les études de notre compatriote David van Reybrouck - cette biographie est remarquable.

Apolline Elter 

Mobutu, Jean-Pierre Langeliier, biographie, Ed. Perrin, mars 2017, 450 pp

17 avril 2017

Notre marquise et la Provence

" Cela me dégoûterait bien de mourir en Provence"

 s'exclame, indignée, Marie de Sévigné au mitan de décembre - le 13, exactement - 1688

Las, le destin ne lui en a pas laissé le choix, qui l'emmène à trépas, le 17 avril 1696, tandis qu'elle séjourné, auprès de sa fille, au château de Grignan....

Que votre âme - et si gracieuse plume - repose en paix, chère Marquise

 

16 avril 2017

Infusion pascale

 

0120598[1].gif9782804704063FS.gif

Il y eut un instant. Il me regardait avec la même intensité que celle que mon jeune orgueil avait provoquée en moi, mais son regard fut, je le jure, celui d'un ami; non pas un regard glissant pour excuser une éventuelle maladresse ni le regard insolent de celui qui veut se moquer encore, mais le regard fraternel de celui qui voit avec bonheur son ami prêt à répondre à un beau défi, à découvrir une main largement Ouverte. Oui, il m'offrit à ce moment son amitié. Je sentis son sentiment généreux me pénétrer l'âme."

  Le père prodigue, André Querton,  essai, Ed. Mardaga, février 2017, 60 pp

Belle et sainte fête de Pâques à tous!

15 avril 2017

Le père prodigue

 

9782804704063FS.gif

 

 Il n'est pas courant de  confronter, de mêler paraboles, paroles d'Evangile; c'est le choix- réussi - que pose André Querton, offrant au personnage du jeune homme riche - celui à qui le Christ demande d'abandonner famille et biens matériels pour l'accompagner sur  son chemin spirituel - la destinée du père ..du fils prodigue. Et le croisement fonctionne bien, offrant à notre réflexion des pistes nouvelles, vivifiantes.

Je vivais donc en pleine satisfaction avec moi- même et si je souris maintenant en y songeant, ce sourire n'est pas d'ironie, mais d'allégresse et de reconnaissance. Mes familiers étaient également satisfaits. Mais mon père était sans doute celui qui était le plus heureux. Je portais son nom et il en était fier comme je l'étais. Chaque fils est pour son père la preuve qu'a été tenue une promesse faite à son propre père; celui qui engendre rend ainsi hommage à celui-là même qui l'a engendré."

Le portrait est d'une actualité patente...

C'est celui d'un rendez-vous manqué, ou du moins, reporté.

Et le jeune homme, d' "[aller] donc, jeune et souple, sans tourment",   sans rimbaldienne bohême,   de se muer, selon lignée et destinée en père  digne et aimant de ses deux fils.

Devenu adulte, son fils cadet rompt la chaîne des générations , quitte maison et famille, nanti de la bénédiction paternelle, des angoisses nocturnes corollaires et de sa part d'héritage...

La fable est belle; la réflexion ne l'est pas moins qui interroge les pères sur les limites des voies  et trames familiales tissées dès le berceau.

" Des nouvelles vies commençaient pour chacun et nous nous en réjouissions."

A Elter

Le père prodigue, André Querton,  essai, Ed. Mardaga, février 2017, 60 pp

14 avril 2017

Le père prodigue

Le week-end est pascal, il sera spirituel

L'occasion de nous pencher sur les paraboles des Jeune homme riche et  Fils prodigue, revisitées en un essai résolûment engageant

9782804704063FS.gif

" J'ai donc essayé d'imaginer que Saint Luc ait rencontré le jeune homme riche au soir de sa vie pour découvrir où l'avait conduit l'amour que Jésus lui portait. Car nous sommes peut-être très nombreux, nous tous, les jeunes hommes riches..."

Le père prodigue, André Querton,  essai, Ed. Mardaga, février 2017, 60 pp

07:04 Publié dans Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

13 avril 2017

Le songe d'Anton Sorrus

134319_couverture_Hres_0.jpg"Depuis le début, c'est-à-dire depuis qu'il n'arrivait pas à  dormir, Anton pensait - bien qu'il n'y accordât jamais vraiment  crédit -, il pensait que cette chose, ce phénomène, ce ' son qui lui chatouillait les sens (et le ravissait parfois aussi) . sans être totalement chimérique, avait peut-être à voir  avec un défaut de l'audition - un défaut de l'oreille interne, du labyrinthe, de sa cochlée, ou des petits osselets de  l'équilibre. Et cette idée, sans l'indisposer, sans le chagriner ou le terroriser, le chiffonnait."

En proie à une insomnie, Anton Sorrus passe en revue le fil de sa vie , ses démons, obsessions .. tandis que son épouse, Cécile, dort tranquillement à ses côtés. 

Un son étrange meuble ses pensées, qu'il cherche à identifier.

Ponctué de paragraphes vifs, courts, sautillants, à l'instar de l'esprit d'Anton,  ce deuxième roman confirme une plume raffinée

A Elter

Le songe d'Anton Sorrus, Aram Kebabjian, roman, Ed Seuil, mars 2017, 160 pp

12 avril 2017

En attendant le verdict

A19776.jpg

"Je n’ai jamais bien compris pourquoi, mais mon père n’appelait jamais ma mère plus de deux jours de suite par 10 le même prénom. Même si certains prénoms la lassaient plus vite que d’autres, ma mère aimait beaucoup cette habitude et, chaque matin dans la cuisine, je la voyais observer mon père, le suivre d’un regard rieur, le nez dans son bol, ou le menton dans les mains, en attendant le verdict.

— Oh non, vous ne pouvez pas me faire ça ! Pas Renée, pas aujourd’hui ! Ce soir nous avons des gens à dîner ! s’esclaffait-elle, puis elle tournait la tête vers la glace et saluait la nouvelle Renée en grimaçant, la nouvelle Joséphine en prenant un air digne, la nouvelle Marylou en gonflant les joues. "

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, roman, Ed Finitude, janvier 2016 -  Gallimard / Ecoutez/Lire, texte intégral lu par Louis Arenne, sept. 2016, 1 CD MP3, durée 4h30 min

06:44 Publié dans Infusions | Commentaires (0) |  Facebook |

11 avril 2017

L'abbé Mugnier

" Que mon âme se trouve dépaysée en ce monde de soutanes."

 

Capture-d-ecran-2013-08-04-a-11.08.37.jpg

Avec sa houppe et sa soutane élimée, Arthur Mugnier (1833-1944)  semble infirmer l'étiquette d'"abbé mondain" qui colle à son sacerdoce.  Passionné de lettres,  épris des génies de Châteaubriand, Georges Sand, Joris-Karl Huysmans, ami des comtesses Greffulhe, de Noailles, de Castries, .. de la Princesse Marthe Bibesco, de Jean Cocteau,  le prêtre est la coqueluche du Tout-Paris, affiche de déjeuners en dîners, son sens inaltérable  de l'écoute et de la répartie : " Jamais prêtre ne mangea plus en ville que moi. Je dissipe mon âme à pleine assiette."

Un peu trop ouvert d'esprit pour sa hiérarchie, prompt à la sympathie, l'enthousiasme et... l'imprudence, l'abbé Mugnier se fourvoie parfois. Mais il faut avoir l'esprit retors - les jaloux l'ont  qui l'offenseront - pour chercher querelle à un homme qui n'est que bienveillance, indulgence plénière.

S'il se complaît au sein d'un milieu qui n'est pas celui de ses origines - modestes - le bon abbé n'en oublie pas pour autant les êtres pauvres, esseulés. Il consigne ses nombreuses et précieuses observations en un Journal désormais célèbre, adoucissant les rigueurs d'un sacerdoce effectué loyalement par l'assouvissement de ses passions pour la Nature, les voyages, la culture, la rencontre de l'Autre.

La sainteté peut donc être mondaine et ...sympathique.

Biographe de notre chère Sophie de Ségur, Ghislain de Diesbach signe là un portrait des plus attachants.

Apolline Elter

 L’Abbé Mugnier, Ghislain de Diesbach, biographie, Ed. Perrin, 2003 ( réédition en coll. Tempus, 2013, 404 pp

10 avril 2017

Pensées épistolaires

1ac5b0516cfbcc442dcb82ae22b0f97f.jpg

S: Pinterest: huamao.tumblr.com

 

' L'amitié s'enchante de l'epistolaire, cela ne fait pas un pli "

Apolline, Les pensées épistolières du lundi 

09 avril 2017

Le dimanche des mères

dimanche des mères.jpg

 

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg"Elle porterait sur elle-même un regard maternel, elle ne l’ oublierait jamais cette fille sur sa bicyclette, et pourtant elle ne la mentionnerait ni n'en parlerait jamais à qui que ce soit.

Fille? Elle avait vingt-deux ans, de l'air dans sa jupe et un « bonnet hollandais » dans le vagin."

 

 Le dimanche des mères, Graham Swift, roman traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Ed Gallimard, janvier 2017, 144 pp

08 avril 2017

Le dimanche des mères

dimanche des mères.jpg

"Étrange coutume que ce dimanche des mères en perspective, un rituel sur son déclin, mais les Niven et les 5heringham y tenaient encore, comme tout le monde d'ailleurs, du moins dans le bucolique Berkshire, et cela pour une même et triste raison: la nostalgie du passé. Ainsi, les Niven et les Sheringham tenaient-ils sans doute encore plus les uns aux autres qu'autrefois, comme s'ils s'étaient fondus en une seule et même famille décimée."

Le dimanche 30 mars 1924 est frappé d'une douceur printanière inattendue. L'occasion pour quelques familles patriciennes du Berkshire d'organiser un pique-nique tandis que leurs bonnes respectives profitent de leur jour de congé hebdomadaire pour aller voir leurs mères...

Quand elles en ont.

Jane, la bonne attachée à la famille Nirven, n'a "que sa liberté, avec en prime une demie-couronne". Elle rejoint donc son amant, le séduisant Paul Sheringham, fiancé,  bientôt marié à Emma Hobday, qu'il doit retrouver pour le déjeuner....

Censé réviser ses cours de droit, le (futur) avocat a décidé d'honorer Jane, une  fois encore. ll ignore que ce sera la dernière.

Guère plus avisée du cours des choses, la jeune bonne observe les us d'un milieu qui n'est pas le sien, investit,  le temps d'un matin,  la demeure de son amant, transgressant de la sorte les barrières sociales les plus infranchissables.

" C'était là [NDLR : dans la bibliothèque] qu'elle se sentait le plus proche d'une petite voleuse à la fois innocente et bienvenue."

Devenue romancière à succès, Jane gardera , gravé dans sa mémoire, au-delà de ses quatre-vingts printemps- elle en vivra 98- , le déroulé exact de ce fatal dimanche de la fin mars et de son avènement à l'écriture.

Le dimanche des mères, Graham Swift, roman traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Ed Gallimard, janvier 2017, 144 pp

07 avril 2017

Le dimanche des mères

dimanche des mères.jpg"Autrefois, avant que les garçons ne passent de vie à trépas, à l'époque où il y avait plus de chevaux que
d'automobiles, avant que les domestiques de sexe masculin n'aient disparu et que, à Upleigh et Beechwood, ils n'aient été contraints de se débrouiller avec juste une cuisinière et une bonne, les Sheringham possédaient non seulement quatre chevaux dans leur écurie, mais aussi ce que l'on aurait pu appeler un «vrai cheval », un cheval de course, un pur-sang. Il s'appelait Fandango. On l'avait mis en pension près de Newbury. Il n'avait jamais gagné une fichue course, mais c'était le luxe de la famille, leur espoir de célébrité et de gloire sur les hippodromes du sud de l'Angleterre."

Ains'Incipit un beau roman de la rentrée de janvier, basé sur les amours ancillaires de Jane et de Paul en l'Angleterre de 1924.  Je vous en livre chronique demain.

Le dimanche des mères, Graham Swift, roman traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Ed Gallimard, janvier 2017, 144 pp

07:42 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

06 avril 2017

Le vertige des falaises

couv_gilles_paris_definitive_avec_bande.15.jpg

 

"Mon nom est Mamie de Mortemer. J'ai quatorze ans. Mon  pays n'a rien à voir avec celui des Merveilles. Sur un globe terrestre, il n'apparaît pas. Même pas une tête d’épingle ! C'est dire si on est insignifiants. Et pourtant mon île me ressemble et je ne m'en irai jamais. Nous sommes aussi  imprévisibles l'une que l'autre. Nos maisons ont été construites par grand-père Aristide au-dessus des falaises. Prudence et sa fille Jane se sont installées dans la plus petite, une maison sans étage, avec une porte d'entrée identique à la nôtre, à l'opposé des falaises pour éviter que le vent d'hiver ne les fasse voler en éclats. La mienne s'élève sur deux étages et mène au grenier avec de vieux meubles et des malles remplies de déguisements."

Rousse, rebelle et bientôt orpheline, Marnie est l'héroïne de ce roman choral à forte densité dramatique,  féminine, si ce n'est matriarcale. Des falaises de son île et d'une adolescence sauvage, elle observe la vie, en huis clos, de son entourage tandis que Rose, sa Maman, se meurt d'un cancer du pancréas.

" Les hommes sont des enfants qui grandissent malgré eux. Et Dieu sait combien leur bêtise est sans limites. Certes, ils ne cassent plus de jouets. Ils brisent le coeur des femmes" assène Olivia de Mortemer, dont le journal intime révèle le drame d'une femme battue.

L'acier de la maison de verre- la bien nommée "Glass"-  bâtie par Aristide de Mortemer, recèle bien des drames, des secrets enfouis sous la dignité imparable d'une transparence en trompe l'oeil. Et Marnie, telle Anne Franck et son amie Kitty,  de concevoir une confidente, complice et témoin  d'un monde adulte par trop cruel.

" Je ne sais pas sourire. On ne m'a pas appris."

Tel est le drame d'une adolescence fracassée au gouffre abyssal d'un monde adulte par trop cadenassé.

Un roman...vertigineux

Apolline Elter

Le vertige des falaises, Gilles Paris, roman, Ed. Plmon, avril 2017, 248 pp

05 avril 2017

Le vertige des falaises

couv_gilles_paris_definitive_avec_bande.15.jpg

 " Papa est mort. Je devrais avoir du chagrin, je n'en ai pas. J'irais bien jouer avec Jane, mais la main baguée de grand-mère Olivia m'emprisonne. Le vent, lui, me décoiffe, et des mèches rousses me rendent aussi aveugle que Jane."

Ains'Incipit , sorte d'écho à  L'Etranger ( Albert Camus) , le nouveau roman de Gilles Paris (Autobiographie d'une courgette, récemment adapté au cinéma - doublement césarisé -  sous le titre, Ma vie de courgette

Il paraît demain 6 avril en librairie. 

 Partant, je vous fixe rendez-vous dès potron minet pour notre compte rendu de lecture

06:47 Publié dans Incipit | Commentaires (0) |  Facebook |

04 avril 2017

Camille Claudel à Montdevergues

   

téléchargement.jpg

Longue de trente années, du 10 mars 1913  au jour de sa mort, le 19 octobre 1943, la séquestration de Camille Claudel, la célèbre sculptrice, en institutions psychiatriques, asiles d'aliénés, émeut dès l'abord, l'opinion publique. Mais il faut davantage qu'une campagne de presse, aussi longue, aussi motivée, soit-elle pour infléchir la décisionde  Madame Claudel, mère, née Louise Cerveaux. Jamais cette femme rigide, bourrée d'aussi pieux principes que de peur du scandale, ne reverra sa fille.  Et même, elle sera la principale opposante à sa libération, lorsque proposition lui sera faite. Elle a peur de sa fille,  la tient au loin, très loin en ce Vaucluse si froid l'hiver, histoire de ménager sa quiétude. Sa conscience, elle la calme par l'envoi de colis que sa fille reçoit avec une joie d'enfant et une gratitude surprenante.

Décortiquant étape par étape, les signes avant-coureurs de la maladie,  le processus de l'internement, les courriers échangés et les quelque 16 rares visites que Camille Claudel reçu des siens et d'une amie durant  près de trois décennies de séquestration  à l'asile de Montdevergues, dans le Vaucluse,  le psychiatre Michel Deveaux offre un regard neuf et autorisé sur cette tragédie.

Si l'état de délabrement physique et sanitaire de la quinquagénaire nécessitait une prise en charge, sa paranoïa, un internement, il est certain que celle-ci ne devait se prolonger si longtemps. L'attitude de sa famille n'a pas été un adjuvant...

Une chronoscopie sidérante

Et bien intéressante

Apolline Elter

  Camille Claudel à Montdevergues. Histoire d’un internement, Michel Deveaux, essai, Ed. L’Harmattan, déc. 2014, 124 pp

03 avril 2017

Tous

product_9782072704659_195x320.jpg"C'est vrai que je l'ai payé cher. Une jambe et un bras, tout de même. Et puis, plus beaucoup de temps à vivre. Mais: on y est. Le renouveau politique de l'Europe, ça y est, le mouvement est lancé.

La Vl" République, la fédération d'un noyau dur dans l'Union, c'est en route. Ça n'a l'air de rien, maintenant que c'est fait. Mais qui aurait parié un kopeck là-dessus il y a à peine cinq ans ? Un peu moins que personne.

Sera-ce durable? J'en suis convaincue. Sera-ce sans heurts? Évidemment non. Le processus s' interrompra-t-il, à court terme, à moyen terme? Sûrement. Peut-être même très bientôt. Mais il reprendra. Ce ne sera pas une parenthèse."

Ains'Incipit, le nouveau roman de Grégoire Polet,  bienfaisante utopie d'une participation citoyenne éclairée à la gestion des Etats. Nous vous en donnons chronique, le week-end du 21 avril, sur votre blog préféré 

Tous, Grégoire Polet, roman, Ed. Gallimard, février 2017, 352 pp

 

02 avril 2017

Une drôle d'histoire

9782221192900.jpg
0120598[1].gif

"   Mais n'y a-t-il pas, dans cette histoire, quelque chose qui mérite qu'on s'y attarde? Un enseignement à tirer, peut-être même un peu de beauté à préserver? À tout le moins, ne mérite-t-elle pas d'être racontée? Tous ceux qui ont vécu ces événements avec moi - qui se sont trompés ou qui ont été trompés avec moi - ont quelque chose à en dire, quelque chose qui n'est pas passé, qui ne veut pas passer. Le traumatisme a été si profond, le choc si brutal que nul d'entre nous n'a oublié ces quelques mois.
   Chacun en a sa vision, chacun en tire ses propres conclusions.

Une drôle d'histoire, Line Renaud, récit écrit avec Bernard Stora, Ed. Robert Laffont, janvier 2017, 250 pp

01 avril 2017

Une drôle d'histoire

Pouvait-on rêver meilleure date qu'un premier avril pour le témoignage d'une poignante mystification ...

9782221192900.jpg

C'est par une pudique litote que Line Renaud narre, avec la complicité du réalisateur et scénariste Bernard Stora, une récente mésaventure qui l'a meurtrie, celle d'un abus de confiance perpétré par l'une de ses fans, voici bientôt cinq ans.  La célèbre actrice, chanteuse, femme généreuse et engagée,  repasse en son esprit, la séquence de l'imbroglio,  le fil d'événements qui ont anesthésié sa vigilance, celle de sa garde rapprochée,  et nous livre, ce faisant, un récit passionnant.

La prime rencontre avec  "Jenny"-  Jennifer Lange - date de novembre 2002. La jeune fille a 17 ans. Fan intégrale, obsessionnelle de Line Renaud, elle la retrouve dans sa loge du théâtre du Palais Royal,  au terme d'une représentation de Poste restante . Jenny est accompagnée de sa mère, Odile,  et soumet à Line le dossier - volumineux - de tous les articles, photos, documents rassemblés sur son idole.  Discrète, intelligente, efficace, Jenny entre ainsi  dans la vie de Line, dans son intimité,  s'y meut, dix ans durant, à la manière d'un "agent dormant"...

"Jenny n'était pas ma fille, je n'étais pas sa mère,  ne souhaitais pas l'être, n'y pensais même pas. Elle tenait sa place, moi la mienne, j'appréciais sa discrétion, nos rapports excluaient toute ambiguïté. C'est assurément la réponse que  j'aurais faite si on m'avait questionnée sur ce point.

La suite allait amplement démontrer mon erreur."

 C'est en 2012 que tout se corse.  Affaiblie par quelques soucis de santé, la désormais octogénaire songe peu à peu à sa succession, à la dévolution de La Jonchère - la demeure lui est chère, elle l'a aménagée avec Loulou Gasté - et de sa fondation Line Renaud-Loulou Gasté. Attributaire d'un héritage aussi inattendu que colossal , Jenny propose, partant, d'acheter la maison et en garantit à son occupante, l'usage à vie....On ne peut rêver plus grande dévotion, plus extrême délicatesse. Et c'est ainsi que rassérénée, Line Renaud se laisse totalement berner, tant il est vrai que le jeu de la confiance permet d'avaler des couleuvres, de ne pas remarquer de discrets changements d'attitude dans le chef de la future propriétaire...

Une manipulation qui relève de la pathologie plus que de la malveillance.

Un récit addictif, assurément.

Apolline Elter 

Une drôle d'histoire, Line Renaud, récit écrit avec Bernard Stora, Ed. Robert Laffont, janvier 2017, 250 pp