26 décembre 2016

Paradoxe de la bibliothèque

Jefferson-cover-BAT.png« Paradoxe de la bibliothèque qui toujours semble une forteresse qui nous défie, où les livres nous tournent le dos, jalousement fermés sur leurs pages celées dans leurs reliures, formant un bloc austère en se serrant les uns contre les autres comme une troupe de spartiates déterminés à interdire le passage. Le lecteur sait, lui, quels continents ils contiennent, quelles découvertes, quelles explorations, quels voyages ; la description de la réalité et le pur imaginaire, le vrai et la fiction. »

Thomas Jefferson, vie, liberté et bonheur: Portrait amoureux,  André Querton, essai, Ed. Mardaga, sept.  2016, 206 p

 

Les commentaires sont fermés.