22 novembre 2016

Plus loin que les gares, le soir

ea6a9e6b2c4308660df46ec803787681.jpg

 Dernier billet de nos Mar-Dites-moi, Emile Verhaeren....

Le- 27 novembre célèbre en effet le centenaire du tragique accident ferroviaire qui coûta la vie de l'illustre poète

Nous l'aurons célébré six mois durant, honoré sa mémoire épistolaire de nombreuses tablées.

 Plongeons-nous en son recueil de La Multiple Splendeur (1906), au coeur d'un poème, d'allure prémonitoire, 

Plus loin que les gares, le soir

Je vous en livre les premières strophes:

L'ombre s'installe, avec brutalité ;
Mais les ciseaux de la lumière,
Au long des quais, coupent l'obscurité,
A coups menus, de réverbère en réverbère.

La gare immense et ses vitraux larges et droits
Brillent, comme une châsse, en la nuit sourde,
Tandis que des voiles de suie et d'ombre lourde
Choient sur les murs trapus et les hautains beffrois.

Et le lent défilé des trains funèbres
Commence, avec leurs bruits de gonds
Et l'entrechoquement brutal de leurs wagons,
Disparaissant - tels des cercueils - vers les ténèbres.

Des cris ! - Et quelquefois de tragiques signaux,
Par-dessus les adieux et les gestes des foules.
Puis un départ, puis un arrêt - et le train roule
Et roule avec des bruits de lime et de marteaux.

La campagne sournoise et la forêt sauvage
L'absorbent tour à tour en leur nocturne effroi ;
Et c'est le mont énorme et le tunnel étroit
Et la mer tout entière, au bout du long voyage.

(...)

Les commentaires sont fermés.