16 septembre 2016

Une (anti-) rentrée de haute facture

Une soirée magique ouvrait, ce jeudi 15 septembre, l'année littéraire du Cercle Chapel (Waterloo) téléchargement.jpg

Conviés par Didier Debroux, quatre écrivains de haut vol, Françoise Lalande, Armel Job, Grégoire Polet et  Alain Berenboom vinrent défendre l'ouvrage qu'ils offriraient à leur meilleur ami, mais aussi celui dont ils accableraient leur pire ennemi....

Et nos orateurs, brillants avocats, de plaider avec coeur, arguments et force  conviction les lectures de Continuer (Laurent Mauvigner), Une vie bouleversée (Etty Hillesum), Faim( Knut Hamsun) et Nuit mère (Kurt Vonnegut, jr) 

Moment choisi, fabuleux, belge et rare...que d'entendre des écrivains évoquer d'autres ouvrages que les petites merveilles jaillies de leur plume. Cela demande une vraie ouverture, une générosité corollaire, un rendu de véritable lecture..Un esprit supérieur, tout simplement.

La seconde partie du débat fut légère et spirituelle.. les invités ayant interprété la consigne de manière variable...

Si Le Deuxième sexe (Simone de Beauvoir)  Ulysse (James Joyce) et La condition humaine (André Malraux) passent à la trappe de lectures.. peu conseillées, rendons grâces à Alain Berenboom de gratifier son meilleur ennemi de la lecture en deux volumes du Comte de Monte-Cristo (Alexandre Dumas) . Et l'écrivain de justifier ce choix par la volonté d'écraser son adversaire par l"ingestion d'un chef-d'oeuvre, de le neutraliser le temps d'une longue lecture et enfin,  de lui faire miroiter le spectre d'une vengeance particulièrement horrible,  calquée sur les méthodes d'Edmond Dantès....

IMG_3706.JPG

Orchestrées par un lecteur hors pair - Didier Debroux (Capitaine littéraire du Cercle Chapel, auteur du Blog, La XXVe heure: http://www.xxvemeheure.com/) a une érudition livresque abyssale - les interventions s'enchaînaient, joyeuses et conviviales, qui prouvèrent toutes et si besoin, l'utilité existentielle de la lecture et de son détachement essentiel de la stricte actualité littéraire..

Une soirée d'exception

Apolline Elter 

Les commentaires sont fermés.