10 juillet 2016

Ivresse livresque

product_9782070319558_195x320.jpg0120598[1].gif

Le merveilleux viatique que nous suggère Stéphane Barsacq (billet de ce samedi 9 juillet) nous donne l'envie irrépressible d'infuser quelques rimes sans rames du célèbre Bateau ivre, issu de ses Poésies (1870-71) 

(...)

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;
(...)

 

Les commentaires sont fermés.