16 novembre 2015

Ecrire L'Histoire - En lettres d'espoir

a0d94ed054364032ae77ac0242ab848c7ffc0666272e11c8886d557c938d28c56475b73b.jpg " Je maintiendrai"

 Plus que jamais d'actualité, la devise des Orange-Nassau, résonnait hier dans les caves voûtées du Coudenberg, à Bruxelles et d'un salon "Ecrire l'Histoire" maintenu- malgré les effroyables tueries de Paris , en signe de résistance contre l'absurdité des événements"

Comme l'exprimait, samedi, son organisateur,  Patrick Weber : 

 "Connaître l’Histoire, c’est lutter contre l’obscurantsime. 

Les livres, c’est un rempart contre les barbares.

Lire, c’est être libre…"

 

La plupart des auteurs invités avaient confirmé  leur présence,  au prix de compressions d'agendas héroïques, tels S.A.R la Princesse Esmeralda de Belgique, marraine du salon, Eric-Emmanuel Schmitt, invité d'honneur,  atterri de Bordeaux aux premières aurores après avoir joué "M. Ibrahim et les fleurs du Coran'" dans un climat d'émotion particulièrement palpable, Jean des Cars, Gonzague Saint-Bris, Yann Kerlau, Josiane Vandy, Patrick Roegiers, Marc Danval, etc.... tandis que le public nombreux, solidaire  et fervent déambulait à travers l'immensité du labyrinthe souterrain..

Un escadron de bénévoles encadrait l'événement.

Envers et contre tous vents.

On peut le déclarer un succès - même si l'onde de choc parisienne interdit toute jubilation

Apolline Elter

 Reportage-photo sur le site facebook du club de l'Histoire: 

 

Les commentaires sont fermés.