09 novembre 2015

Considérations épisto-Zweigiennes

 

Résultat de recherche d'images pour "l'amour inquiet"

Du fait que  chaque lettre s’adresse toujours à un individu isolé, à un être déterminé que  l‘on a présent à l’esprit, elle est devenue sans le vouloir un miroir du locuteur.  

Inconsciemment, la voix du destinataire répondait, et, de ce fluide de la communion, rayonnait une confiance qui était à la fois ouverture et intimité, éloquence et choses tues, familiarité et dissimulation.

Bien des choses ne pouvaient être dites que sur ce ton, indescriptible que possède le dialogue …

STEFAN ZWEIG.

 

Friderike & Stefan Zweig, L’amour inquiet, correspondance rassemblée par Friderike Zweig- von Winternitz-Burger, 1951, traduite de l’allemand par Jacques Legrand, , Ed. des Femmes, 1987, réédition 10/18, 2001, 498 pp

Les commentaires sont fermés.