03 novembre 2015

Quatrième de couverture (2/4)

livres-20pile1.jpgLe flot de la rentrée et de ses belles parutions (2015 est un bon cru) m'a littéralement submergée de lectures. Une pile d'ouvrages, chatouille le plafond du bureau, attendant la caresse oculaire de leur découverte....

Pour vous faire patienter, voici, fournis par les éditeurs, les arguments d'ouvrages qu'ils m'ont envoyés - qu'ils en soient remerciés - je ne désespère pas de vous offrir, pour l'un ou l'autre, prochainement, chronique d'une véritable lecture...

Deuxième des quatre volets dits "Quatrièmes de couvertures  (troisième volet:  ce jeudi) :

 ILes Voyageurs de l'aube

Dans un modeste ermitage au cœur du désert égyptien, Nathan, un vieux Copte, attend la mort avec sérénité. Et c’est la vie frappe à sa porte : venus de Bagdad, d’Ispahan, de Constantinople, de Jérusalem, des visiteurs font halte chez lui, en attendant de poursuivre leur chemin à bord d’une caravane partie, elle, de Samarcande. Mais, tel un mirage, la caravane n’arrive pas… Durant dix jours,  Adour, l’ancien joueur de luth arménien, Hilarion, le moine-soldat grec, Zahra, qui attend la naissance de son enfant, et Madjid, le serviteur en fuite, vont tour à tour raconter leur histoire et leurs tribulations.

Ce sont ces récits, pleins d’espoir, de terreur, de drames et de joies qui dessinent les arabesques à la fois insensées et lumineuses de notre propre condition humaine. Le talent de conteur d’Henri Gougaud donne à cette fresque d’un Orient disparu le charme d’un rêve et la sagesse d’une fable où l’amour, le temps, la vie, la mort, la fraternité, la religion se répondent comme par enchantement.

Les voyageurs de l'aube, Henri Gougaud, roman, Ed. Albin Michel, oct. 2015, 296 pp

************

Résultat de recherche d'images pour "Barracuda tsiolkas" ​Après le succès international de La Gifle, le grand retour de l'enfant terrible des lettres australiennes. Porté par un style à fleur de peau, un roman coup-de-poing sur le dépassement de soi, le sacrifice, l'échec et la reconstruction, avec en toile de fond toutes les contradictions d'une nation bâtie sur le racisme et la violence.


Daniel Kelly sort de prison.
Vingt ans plus tôt, il était Danny « Barracuda », le grand espoir de la natation australienne. Un adolescent rageur, animé par la soif de vaincre, tout entier tendu vers un seul but : devenir champion. Pour n'être plus le petit métèque, fils d'une coiffeuse grecque et d'un routier australien. Pour montrer à ces petits bourges pour qui tout semble facile que lui, le boursier, peut les battre. Pour ne plus être prisonnier de ce corps encombrant, de ces pensées qui lui viennent dans les vestiaires.
Aujourd'hui, Daniel est ce champion déchu qui a commis l'irréparable. Il est cet homme que la prison a à la fois brisé et révélé. Il est ce fils, ce frère qui veut se réconcilier avec les siens. Il est cet adulte qui va devoir une dernière fois se confronter à l'ado qu'il était pour mieux tenter de revivre...

Barracuda, Christos Tsiolkas, roman, Ed. Belfond, août 2015, 460 pp

************

 

 Un cheval entre dans un bar - David Grossman

Sur la scène d’un club miteux, dans la petite ville côtière de Netanya en Israël, le comique Dovalé G. distille ses plaisanteries salaces, interpelle le public, s’en fait le complice pour le martyriser l’instant d’après. Dans le fond de la salle, un homme qu’il a convié à son one man show ? ils se sont connus à l’école ?, le juge Avishaï Lazar, écoute avec répugnance le délire verbal de l’humoriste.

Mais peu à peu le discours part en vrille et se délite sous les yeux des spectateurs médusés. Car ce soir-là Dovalé met à nu la déchirure de son existence. La scène devient alors le théâtre de la vraie vie.

Un cheval entre dans un bar est un récit vibrant, porté par un souffle dévastateur qui évolue sur une frontière mouvante entre réalité et inconscient, sentiments violents et actes inaboutis, et où l’humour et la dérision infiltrent les épisodes poignants. David Grossman le magicien se fond dans ses personnages, reproduit leurs propos, du plus cru au plus délicat, exhume les souvenirs refoulés. Tient, en somme, la comptabilité des âmes.

 Un cheval entre dans un bar, David Grossman, roman traduit de l'hébreu par Nicolas Weill, Ed. Seuil, août 2015, 240 pp
 
**************
Résultat de recherche d'images pour "L'enfer du feu dufourmantelle"Alexei, un Américain d’origine russe, en escale à Paris, relate à une psychanalyste l’étrange périple qui l’a mené de Brooklyn jusqu’aux confins du Caucase. Un choc a fait bifurquer le cours de sa vie. Il a très peu de temps pour tenter de résoudre l’énigme d’une disparition. Mais qui est cette femme dont il tente de reconstituer le passé ? Et ce rêve de feu qui le hante, et lui interdit tout souvenir d’enfance ? D’un groupuscule de poètes aux salles d’un donjon clandestin, des stratagèmes d’un hacker aux contrats mafieux, de secrets de familles en services secrets, ce roman nous invite à travers un dédale de faux semblants à regarder la vérité en face.
 
L'enfer du feu, Anne Dufourmantelle, roman, Ed. Albin Michel, août 2015, 352 pp

Les commentaires sont fermés.