05 janvier 2016

L'amour inquiet

Résultat de recherche d'images pour "l'amour inquiet"Première épouse de Stefan Zweig, sitôt son divorce conclu avec Félix von Winternitz , Friderike (née Burger, 1882- 1971) consignera, en 1951, presque dix ans après le suicide de son ex-époux , une grande partie de la correspondance échangée. Les lettres portent sur une période de trente ans, de 1912 à 1942, mais Friderike avertit d'emblée le lecteur que furent perdues - sans doute volées - les lettres de Stefan Zweig de 1912 à 1916 et de 1938 à 1939; le divorce du couple consommé, nous ne trouverons plus de lettres de "Fri" à Stefan, dès 1935.

On les voudrait amoureuses, romantiques...-   sans doute est-ce le cas pour les missives de Friderike - on découvre  les lettres d'un Zweig courtois, charmant, qui se veut attentif.. mais plus porté sur des considérations pratiques, égocentrées que passionnées.... Le couple se sépare vers 1936; Zweig ayant jeté son dévolu sur Lotte Altmann, sa fragile, dévouée et par là,  charmante,  secrétaire

 

Résultat de recherche d'images pour "friderike zweig"

Le coup est  certes dur pour Friderike tellement attachée à "Stefzi" mais elle n'interrompt pas le contact et les missives se poursuivent jusqu'au suicide de son bien-aimé, le 22 février 1942 , et une  lettre apaisée, à vocation posthume, que le célèbre écrivain lui adresse peu avant l'ingestion fatale de veronal.

 

 Friderike & Stefan Zweig, L’amour inquiet, correspondance rassemblée par Friderike Zweig- von Winternitz-Burger, 1951, traduite de l’allemand par Jacques Legrand, , Ed. des Femmes, 1987, réédition 10/18, 2001, 498 pp

Les commentaires sont fermés.