03 mars 2015

Les oligarques - Le système Poutine

9782221156469.jpg

"Il y a oligarchie quand les détenteurs de la fortune ont l'autorité suprême dans l'Etat." 

D'entrée de jeu et d'exergue - empruntée à La Politique d'Aristote - la célèbre journaliste campe le propos: il s'agit d'analyser l'émergence d'une nouvelle classe, celle  des oligarques russes, de leurs fortunes colossales sauvagement constituées dans les années '90 et le chaos qui succède au démantèlement de l'URSS. L'accession de Vladimir Poutine au pouvoir suprême, en 2000, sonnera le glas  de la récréation, des ambitions politiques de cette classe de nouvoricci.

"Voilà vingt-cinq ans, depuis l'écroulement du système communiste, qu'ils doivent leur fortune aux richesses souterraines de leur immense pays, aux privatisations sauvages, à l'élasticité - pour ne pas dire à l'absence - de toute règle de droit.(...) Vingt-cinq ans que lui, Vladimir Poutine, né à Leningrad dans la misère, ancien officier du KGB, les observe, les craint, les combat, les flatte, les rabroue et les utilise."

Tout est dit. 

A la classe rebelle, exposée,  des oligarques Boris Berezovski, Mikhaïl Khodorkovski, Roman Abramovitch, ..., malins fonceurs dotés de flair qui ont fait main basse sur les entreprises que l'Etat, en déroute,  soldait,  et constitué partant, des fortunes exponentielles durant les années 1990-2000 (ère de Boris Eltsine) se greffe un peloton  sage, "orthodoxe ,patriote, cadrée par Vladimir Poutine, désormais Maître du Kremlin.  Le message est clair: Interdiction formelle de se mêler de politique. Ceux qui ne l'ont pas compris à temps le paieront de la confiscation de leurs biens, du bagne et de l'exil - c'est le cas de Mikhaïl Khodorkovski - ou même de leur vie.

Brossant avec brio le portrait de personnalités hors normes et en filigranes, celui de l'énigmatique Président russe, Christine Ockrent  dévoile les arcanes, interactions économiques, judiciaires, internationales.... de cette partie d'échecs gigantesque orchestrée par un grand maître en la matière. Partant, elle nous révèle les enjeux de la crise ukrainienne et cette incompréhension majeure qui fausse notre interprétation de l'âme russe.

Un essai passionnant.

Apolline Elter

 Les oligarques, Christine Ockrent, essai, Ed. Robert Laffont, oct. 2014, 376 pp

Christine Ockrent était ce mardi 3 mars midi  l'invitée du déjeuner littéraire rassemblant une centaine de lecteurs du magazine L'Eventail en l'hôtel magnifique du Coudenberg qui abrite le Private Banking d'ING.

Copyright photo: Jeff Lanet

Ce fut un honneur de l'interviewer, une leçon de professionnalisme.

Après l'accueil chaleureux que nous réserva Monsieur Philippe Wallez, General Manager du Private Banking, un bref rappel de la riche carrière de la célèbre journaliste, le propos se centra sur l'ouvrage et les nombreuses pistes réflexions qu'il suscite.

D'emblée Christine Ockrent évoqua l'actualité tragique de l'assassinat de Boris Nemtsov (ce vendredi 27 février) et le caractère symbolique de la proximité conjointe du Kremlin et de la cathédrale de  Basile-le-Bienheureux. Ce faisant, elle rendait hommage à l'action d'un opposant dans un régime résolûment hostile à la contestation.

L'entretien se poursuivit, tonique, passionné, riche, brillant et convaincant, à l'image de la journaliste, très écoutée, chaleureusement applaudie.

Un buffet somptueux et une séance fournie de dédicaces conclurent ce  moment mémorable.

 

Les commentaires sont fermés.