Web
Analytics Made Easy - StatCounter

21 février 2011

La librairie francophone

 S'il est une émission -hebdomadaire- que je manque le moins possible, c'est bien celle de La Librairie francophone,( Emmanuel Kherad) , diffusée sur les ondes de France Inter (le samedi, de 17h à 18h), de La Première (RTBF - le dimanche, à midi), de Radio Canada et Radio Suisse romande. Puisque vous me le demandez, apprenez que j'organise chaque semaine une séance de repassage (d'enfer)  pour me scotcher sans complexe à l'émission. Avec la complicité de libraires belges (notamment Déborah Danblon, de la librairie La Licorne, à Bruxelles), canadiens, français et suisses, le journaliste passe en revue, entretiens à la clef, un choix éclectique de  publications toutes fraîches.

Au sommaire du week-end qui vient de s'écouler:  

La rencontre croisée entre  Boris Cyrulnik (Mourir de la honte, éd. Odile Jacob) et Ingrid Betancourt (Même le silence a une fin, éd. Gallilmard- chronique en vitrine du blog). L'entretien relevait à ce point de la haute voltige que j'ai dû arrêter, séance tenante,  toute activité domestique pour imprégner ma plume de propos ..sublimes.

Je vous invite instamment à podcaster l'émission - enregistrée, jeudi, à la Foire du Livre de Bruxelles et à méditer les propos du neuropsychiâtre et de l'ex-otage des FARC, brillamment orchestrés par Emmanuel Kherad.

Si la publication du livre d'Ingrid Betancourt lui a permis d'arrêter l'inconfort d'un silence qui s'était installé entre elle et ses proches après sa libération, elle ne signifie pas, en revanche, qu'il faille tout dire à ceux-ci: "Il y a une indécence de laisser vivre dans la mémoire des autres ce qu'on n'a pas envie de voir renaître" Et l'ex-otage de renchérir " D'une certaine façon, si ça reste en vous, vous pouvez le tuer."

Boris Cyrulnik insistera, de son côté, sur le nécessaire détour par l'écriture (ou toute autre forme d'art) de l'expression de la souffrance. L'art se fait, partant, porte-parole d'une vérité qu'on ne peut asséner en direct. Une révélation qui pallie la solitude  inhérente à la honte:  "M'adressant à l'ami insivisible qui pourra me comprendre, je ne suis plus seul au monde dès l'instant où j'écris."

La diffusion durant l'émission de "Starway to heaven" (Zeppelin - "madeleine" musicale de la captivité d'I.B. ) relevait d'une audace  qu'Ingrid Betancourt reçut comme un "tout beau cadeau" .

L'invitée de la deuxième partie de l'émission n'était autre que Nicole Roland (Kosaburo, 1945 - Actes Sud), toute fraîche lauréate du Prix Première. Nous reviendrons très vite sur le livre.

Le troisième invité était le BD-iste belge, Thierry Bouüaert et une Garden Party (éd. Quadrants) inspirée d'une nouvelle de Katherine Mansfield.

A podcaster, vous dis-je et ...repasser en boucle.

Site de France Inter - La Librairie francophone.

Apolline Elter

 

 

Les commentaires sont fermés.