29 août 2016

Coup de pouce


images (3).jpg

 

Tandis qu'elle prépare quelques rendez-vous imposés de 3e BAC, votre juriste de fille s'est entaillé le pouce- droit, forcément - au volant d'une machine à couper le pain.

Pas beau à voir.

Elle eût été plus avisée d'opter pour un bol de céréales (non killer)

Surtout qu'elle doigt présenter un écrit de doigt comparé, maniement libre du Code à l'appui....

Ce ne sera pas le pied.

Je vous le dis

Apolline, Les pensées tranchées du lundi

 

 

28 août 2016

Séjour à Berlin

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgproduct_9782070734252_195x320.jpg



De ce Journal  (II- 1919-1936 - Ed.  posthume Gallimard 1993) de Roger Martin du Gard qu'évoque Robert Solé en guise de viatique (voir billet d'hier) relevons cet extrait de lettre adressée à sa femme, en date du 10 novembre 1932, bilan d'un séjour à Berlin.

Le futur Prix Nobel de Littérature 1937, auteur très remarqué de la saga des Thibault, ne tient aucune rigueur à la ville de n'avoir pu réaliser le reportage journalistique qu'il s'était assigné:

" Le moins que je pourrai dire en quittant Berlin, c'est que j'y ai été extrêmement heureux."

 

Je pense tout pareil en vous annonçant, solennelle, la fin des Estivales du Pavillon 2016

Que  vive la rentrée

Grillon et divers été 2009 034.jpg

 

 

 

27 août 2016

En route avec Robert Solé

Ainsi clôt, clôt, clôt, notre programme estival

Il est temps désormais de songer à la rentrée

Pour conclure ainsi de manière optimale

Des billets d'été

Ensoleillés

Nous avons interrogé

Robert Solé

téléchargement (18).jpg 

Souvenez-vous du très étoilé Hôtel Mahrajane (Ed. Stock,  oct. 2015) - BIllet de faveur en vitrine du blog .

Qu'emporterait Robert Solé comme lecture, si d'aventure, il devait réaliser un tour du monde pédestre? 


product_9782070734252_195x320.jpg

product_9782070734269_98x0.jpgRobert Solé: 

   "Je ne sais pas si je les emporterais dans un tour du monde à pied, car ils font environ 2 600 pages. Mais les volumes II et III du Journal de Roger Martin du Gard (Gallimard), couvrant la période 1919-1949, que j’ai découvert par hasard cette année, m’ont enchanté. Il est rare de trouver des textes d’une telle qualité. L’auteur des Thibault y expose au jour le jour ses difficultés et ses bonheur d’écriture, ses relations avec quelques amis très chers dont André Gide, les tourments que lui causent sa femme et sa fille unique…  Un bijou."   

 

 

26 août 2016

Les mots entre mes mains

9782253107804-001-X.jpeg

"Je fais le tour de sa chambre à tout petits pas. Ce que je cherche n’est pas là. Son horloge, ses documents, le verre où il range ses plumes sont envolés, disparus. Si j’ai déjà vu cette pièce vide sans m’en alarmer, aujourd’hui, cela ne fait que raviver ma douleur. Ce n’est ni de l’argent ni un souvenir que j’espère trouver ; ce sont des mots, un billet écrit de sa main. Il n’y a rien. Il est parti sans prendre congé et a emporté toutes ses affaires avec lui. Je soulève les draps." 

Ains'Incipit un très beau roman, basé sur les amours avérés du philosophes René Descartes pour une jeune servante hollandaise, nommée Helena Jans van der Strom'

Je vous en livre chronique sous très peu

Les mots entre mes mains, Guinevere Glasfurd, roman traduit de l'anglais par Claire Desserrey, Ed Préludes, août 2016,  448 pp

25 août 2016

Riquet à la houppe

téléchargement (6).jpg" Les contes ont un statut étrange, au sein de la littérature: ils bénéficient d'une estime immodérée. L'ambiguïté du conte provient du fait que sous couleur de s'adresser aux enfants, on parle aussi et peut-être d'abord aux adultes.

C'est sous la forme d'un  conte  - à dormir debout -  que la célèbre romancière donne son traditionnel coup d'envol à la rentrée littéraire.  D'ornithologie, d'onomastique aviaire,  il sera, en effet, largement question.

A l'instar du héros de Perrault, Déodat présente un physique aussi repoussant que son intelligence est supérieure. Il tient tout bonnement du génie. Déjouant, fin stratège, les mécanismes d'exclusion que sa laideur induit, dès la prime enfance,  il libère peu à peu son esprit par une science imparable des oiseaux. Et la nouvelle académicienne - Amélie Nothomb a en effet rejoint en 2015 l'académie de langue et littérature française de Belgique, au siège de feu Simon Leys - de  nous gratifier d'une pavane de noms d'oiseaux aussi rares qu'incongrus.

Quand le focus se pointe sur Trémière, la ravissante fille de Rose et de Lierre, au Q.I, semble-t-il  inversement proportionnel à sa beauté, on sent poindre l'idylle. Mais la romancière ne frappe pas toujours où ni quand  on l'attend . Elle nous offre un plateau d'entrées, de symboles et de sens. Au lecteur d'en composer son  menu. 

Une chose est sûre, la laideur n'a pas le monopole de l'exclusion; il n'est guère plus facile de faire sa place dans une société quand on lui inflige une beauté supérieure:

" Les gens ne sont pas indifférents à l'extrême beauté: ils la détestent très consciemment. Le très laid suscite parfois un peu de compassion; le très beau irrite sans pitié. La clef du succès réside dans la vague joliesse qui ne dérange personne."

 Tout conte fait...

  Riquet à la houppe, Amélie Nothomb, roman, Ed. Albin Michel, août 2016, 190 pp

24 août 2016

Police

9782246861447-001-X_0.jpeg" Je ne pourrai pas faire ce métier, alors j'ai essayé de le raconter, explique Hugo Boris. J'avais envie d'être avec eux dans la voiture, cette fameuse nuit, lorsque leurs vies s'apprêtent à basculer."

Si le roman, merveilleuse découverte de la rentrée littéraire, sent le vécu, c'est tout simplement que son auteur a joué le jeu. Il a voulu connaître le quotidien des gardiens de la paix, l'enjeu de leurs missions, s'est introduit au "17", intégré au-delà de toute attente. C'est de "collègues" qu'il nous parle en quelque sorte.

Coup de génie, la police inversée du titre est "une invitation à traverser le miroir"

Vous serez ravis de l'avoir acceptée...

Virginie, Erik et Aristide, protagonistes de cette équipée, ont, eux, tout lieu de regretter l'acceptation d'une mission "de renfort" à haut risque de repentance: il s'agit d'amener à l'aéroport Charles de Gaulle un migrant tadjik pour qu'il soit renvoyé dans son pays. Il ne fait pas de doute qu'il y sera massacré.

Il ne fait pas plus de doute que le trio d'intervention risque tout simplement sa carrière s'il n'obéit à l'ordre de mission...

Pris en tenaille de ce drame humanitaire et de conscience, le lecteur est saisi d'irrésistible empathie. Il réfléchit lui aussi, interroge sa conscience, se révolte, se résigne peut-être...

C'est le prodige de l'écriture de Hugo Boris,  factuelle, précise et puissante et d'un pouvoir d'introspection assez remarquable.

Un vrai coup de coeur dans le rentrée-viseur.

Apolline Elter

 

Police, Hugo Boris, roman, Ed. Grasset, août 2016, 198 pp

 

23 août 2016

Pavillon vert-Haeren

corse & Grillon 2012 020.jpg

Septembre va rouvrir portes et fenêtres du Pavillon de la Littérature

Délicieusement niché dans son écrin de verdure

C'est cela, oui, du côté de Namur.

Scan0001.jpg

 

A vous qui êtes inscrits - ou allez le faire (Ne tardez guère...) aux tablées-lunchs centrées sur la correspondance d'Emile Verhaeren, à la proche occasion du centenaire de son décès (27 novembre 1916) , vous vous verrez offrir des mets tout en vert, verre, vers....

22 août 2016

De Phil en aiguille

C'est aujourd'hui l'anniversaire - 18 étés - de votre Philippine préférée

Je devais vous le rappeler

Et vous inviter

Qui sait 

A lui passer un coup de... Phil

Un peu téléphoné, je le sais.

 

                                              Pour fêter dignement

Ces majeurs printemps

                                             Avons trouvé restaurant

Bien engageant

téléchargement (1).png

Avouez qu'on se foule pour notre Phil adorée....

 

Apolline, Les pensées choisies du lundi 22 août

 

21 août 2016

Portes ouvertes sur les sables

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgproduct_9782070302468_195x320.jpg

Le viatique choisi par Charif Majdalani- nous l'en remercions - nous inspire Le High Tea de ce dimanche 21 août, extrait d'Exil (I) - de Saint-John Perse , particulièrement d'actualité

Portes ouvertes sur les sables, portes ouvertes sur l’exil,
Les clés aux gens du phare, et l’astre roué vif sur la pierre du seuil :
Mon hôte, laissez-moi votre maison de verre sur les sables…
L’été de gypse aiguise ses fers de lance dans nos plaies,
J’élis un lieu flagrant et nul comme l’ossuaire des saisons,
Et, sur toutes grèves de ce monde, l’esprit du dieu fumant déserte sa couche d’amiante.
Les spasmes de l’éclair sont pour le ravissement des Princes en Tauride.

 

 

20 août 2016

En route avec Charif Majdalani

téléchargement (17).jpg

 

Villa des femmes (Ed. Seuil) fut un gros coup de coeur de la rentrée passée.

Si vous ne l'avez lu, je vous engage à vous amender,  à consulter le billet de faveur que l'écrivain nous avait aimablement consenti (cliquer sur la couverture en vitrine droite du blog)

Pour l'heure, nous avons interrogé Charif Majdalani, lui posant la question désormais récurrente de nos Estivales du Pavillon, dont le week-end marque l'avant-denier rendez-vous de la saison...:

product_9782070302468_195x320.jpg 

"Concernant donc l'ouvrage que j'emporterais comme viatique pour un tour du monde à pied : j'ai opté pour le volume de la collection Poésie  chez Gallimard regroupant les premiers textes de Saint-John Perse, à savoir Eloges, la Gloire des Rois, Anabase et Exil. 

Pour un tour de la planète et une longue marche au coeur de la prose du monde, il m'a semblé que la poésie était plus propice qu'un autre genre, et même une poésie ample, au mouvement large comme celle de Perse. De surcroît, ces livres du début de l'oeuvre du poète traitent de ce qui pourrait précisément travailler un voyageur : l'appel de l'espace, le nomadisme, la fondation de villes et puis la lassitude devant l'errance, la poésie de la sédentarité, le chant à la gloire des métiers humains, et puis à nouveau l'envie du monde et des départs."

19 août 2016

Riquet à la Houppe

téléchargement (6).jpg" I faut parfois bénir les malentendus entre parents et enfants: si Enide avait compris les pleurs du bébé, elle aurait tenté de le consoler et aurait dit de gentilles choses qui non seulement ne l'auraient pas aidé, mais l'auraient enfoncé: " Tu n'es pas si laid, tu es différent, ce n'est pas grave, je t'aime comme tu es." Heureusement, elle ne prononça aucune de ces paroles ravageuses et Déodat put composer avec la terrible vérité et inventer un excellent modus vivendi."

 Sortie ce jeudi 18 août du nouvel "Amélie Nothomb"

Sous forme de conte .. à dormir debout

Bientôt un ....compte rendu sur ce blog

Riquet à la houppe, Amélie Nothomb, roman, Ed. Albin Michel, août 2016, 190 pp

18 août 2016

18 août 1834

9782226328809-j.jpg

18 août 1834,  le Grand siècle bat son plein et son trop plein de protestants...

Personnalité par trop libre, curé quelque peu déjanté,  Urbain Grandier, consume corps et âme sur le bûcher de la Contre Réforme.

" La vérité, monsieur, celle des tribunaux, est une domestique. Elle donne au plus offrant. Si vous n'avez pour vous que la vérité vraie, celle que reconnaît Dieu, monsieur, vous n'avez pas grand-chose."

Le brillant essayiste, philosophe et ... marcheur, Frédéric Gros lui consacre un premier roman magistral, dont je vous annonce sortie, ce jeud 18 août et chronique fervente, sous très peu...

 

Possédées, Frédéric Gros, roman, Ed. Albin Michel, août 2016, 300 pp

17 août 2016

Le dernier des nôtres

 CLERMONT_c.jpg

"La première chose que je vis d'elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu'enserrait la bride d'une sandale bleue."

Ains'Incipit le roman d'Adelaïde de Clermont -Tonnerre, deuxième de sa plume, qui d'emblée saisit le lecteur aux rêts d'une intrigue passablement addictive, l'entraîne de l'Allemagne vaincue de 1945 au New York des années '70, celui des magnats de l'immobilier et de la warholienne Factory.

Et le même lecteur d'osciller d'une époque à l'autre, en une pendule adroitement alternée de chapitres flashbacks et de narrateurs.

Mais encore

"Il s'appelle Werner. Werner Zilch Na changez pas son nom. Il est le dernier des nôtres."

 Né de la plus tragique manière, d'une mère mourante,  en un Dresde bombardé , "une nuit de disgrâce de février [1945]", Werner Zilch est recueilli dans un premier temps par sa tante,  Marthe Engerer, puis adopté par un couple d'Américains, middle class.

Avec Marcus, son ami d'enfance, il va gravir avec aplomb et sans scrupules, les échelons d'accès à la fortune.

Côté coeur, il engrange une relation passionnelle avec Rebecca Lynch, une jeune fille richissime aussi belle qu'imprévisible . Le destin s'infléchit lorsque Werner rencontre Judith, la mère de Rebecca:  l'effroi de cette dernière à sa vue précipite le jeune homme dans une quête douloureuse de ses origines : est-il né d'un père tortionnaire nazi? 

Avec, en filigranes, la figure historique de Wernher von Braun, un des concepteurs du missile V2,  récupéré par les Américains après avoir servi le IIIe Reich nazi, la narration prend d'emblée l'allure implacable, impeccable d'un thriller, sur fond d'amour et de dilemme inextricables.

Il y a du best-seller dans l'air

Apolline Elter

 Le dernier des nôtres, Adélaïde de Clermont- Tonnerre, roman, Ed. Grasset, août 2016, 492 pp

16 août 2016

Agatha nous revient en force

Demain, mercredi 17 août, sonne l'envoi de la rentrée littéraire

Un peu tôt me direz-vous: je partage votre avis, moi qui dévore, depuis les premiers jours de juin, les ouvrages qui assailliront les librairies dès cette mi-août...

Mon dévouement vous est acquis: je vous recenserai mes coups de coeur avec la sincérité que vous me connaissez, multipliant, plus que jamais, les rencontres d'actualité littéraires, au Pavillon, extra muros, .. aux fins de vous tracer une voie parmi les 560 parutions prévues...

Le glas de nos Estivales ne résonne pas pour autant - septembre se pointe déjà such early et si tôt  - celui de nos lectures audiolivresques non plus qui nous offrent une rentrée prometteuse elles aussi.

Pour le jour et pour l'heure, je vous propose de conclure notre semaine audiolivresque par le pointé de trois célèbres "Agatha Christie" dont Audiolib signait, en mars dernier, "la première version audio intégrale en français". Quand je vous dirai que les lectures de  Mort sur le Nil et du Crime de l'Orient-Express sont revêtues de la voix de Samuel Labarthe ,  celle de Dix petits nègres, de celle de Grégory Gadebois, vous comprendrez que rien n'a été laissé au hasard et que la route de v9782367620862-001-X_1.jpegos (retours de) vacances peut s'offrir des moments d'exception...

9782367620893-001-X_1.jpeg9782367620855-001-X_1.jpeg

15 août 2016

Un 15 août vous serez charmés...

Il vaoût saoûtvient, je n'en daoûte, su sublime Charmer, s'égarer, mourir (Ed. Albin Michel) que la romancière Christine Orban consacrait au portrait intime, fabuleux de la Reine Marie-Antoinette

téléchargement (3).jpg

Je vous invite à cliquer sur la couverture en vitrine du blog pour (re)découvrir le billet de faveur, par l'auteur consacré. A nous rejoindre en novembre au salon "Ecrire l'Histoire" mais ça, c'est une autre histoire... nous aurons tout le loisir d'en reparler.

 Si elle devait entreprendre le tour du monde, à pied, Christine Orban nous a confié qu'elle emporterait à coup sûr l'oeuvre de René Girard. Et de préciser: " Mensonge romantique et vérité romanesque."

 téléchargement (11).jpg

Décédé fin 2015, le célèbre anthropologue avait notamment écrit le célébrissime essai La violence et le sacré, décrit le phénomène du Bouc émissaire, ...élaboré la "théorie mimétique" 

(Photo issue de Photomag.com) 

 

14 août 2016

La peur des pauvres

  theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpg" La peur des pauvres. C'était la maladie qui les tenait tous, les bourgeois, les aristocrates, les financiers. La hantise de ce grouillement informe qui enfantait des révolutions, des attentats, des épidémies de peste et de tuberculose, à la manière d'un monstre tentaculaire dont chaque tête fulminait de colère"

La part des flammes, Gaëlle Nohant, roman, Ed. Héloïse d'Ormesson, mars 2015, 496 pp

13 août 2016

Sur la route avec Gaëlle Nohant

Se profile la rentrée - je vous l'annonce engageante - et pour ce long week-end du 15 août, le choix de lecture "tour du monde" de deux auteurs qui nous ont valu, l'année écoulée, un bonheur de lecture majeur....

A savoir Gaëlle Nohant, ce jour; Christine Orban, le 15 août.

 téléchargement (7).jpg

La part des flammes (Ed. Héloïse d'Ormesson) a enchanté des milliers de lecteurs - z'ont eu raison - dont un bon nombre de participants du Prix Horizon. Je vous engage à cliquer sur la couverture sise en vitrine du blog et accéder au billet de faveur que Gaëlle Nohant nous avait accordé. La bonne nouvelle est la publication du roman en édition de poche, l'incitation à en faire votre lecture de (fin) de vacances.

A la question de notre "feuilleton" estival: qu'emporteriez-vous comme lecture essentielle si vous deviez entreprendre un tour du monde pédestre, Gaëlle Nohant répond:

product_9782070754274_195x320.jpg "Si je devais partir faire un tour du monde à pied, j'emporterais avec moi les œuvres complètes de Robert Desnos dans la collection quarto.

D'abord, parce que j'aime infiniment ce poète qui m'accompagne depuis que j'ai seize ans. S'il a peu voyagé lui-même, en raison de sa grande pauvreté, il adorait les voyages et a tiré profit de tous ceux qu'il a faits, y compris de son voyage douloureux et forcé dans les camps de concentration, où il a été envoyé pour faits de résistance pendant la deuxième guerre mondiale.

Ensuite, parce que je sais que je trouverais dans sa poésie tout ce qu'il faut pour me nourrir durant ce long voyage, et que ses mots mettraient en lumière mes émerveillements et mes rencontres. Cette belle édition quarto qui réunit l'essentiel de sa poésie serait donc la compagne idéale pour m'accompagner autour du monde."

 

12 août 2016

Dernière lettre à Théo

9782742786473.jpg

" La police m'enfermer à l'hôtel-Dieu. Mon atelier est mis sous scellés. J'ai mangé mes tubes pour me déguiser en tableau et voilà que mes tableaux deviennent dérangeants, eux aussi, comme s'ils pouvaient aller au café de la Gare boire cinq absinthes d'affilée et faire du scandale !"

La mort, conséquence du suicide supposé de Vincent Van Gogh, le 29 juillet 1890, aura fait couler bien de l'encre, nourri bien des supputations. La rentrée littéraire nous en propose une nouvelle interprétation, des plume et conviction de Jean-Michel Guénassia, La valse des arbres et du temps  (Ed. Albin Michel) - Vous en aurez chronique sur votre blog préféré..

La vraie dernière lettre de Vincent à son frère Théo date du 24 juillet; il ne l'a pas envoyée. Elle est retrouvée sur son corps, en pleine agonie,  le 27 juillet.

Qu'à cela ne tienne, le romancier Metin Arditi, s'est plu à la réécrire voici quelque huit ans, la nourrissant de son propre imaginaire, d'éléments purement fictifs - tel ce portrait de Marguerite Gachet, buste dénudé, .. - et des pensées, blessures enfouies, .. qu'il prête au célèbre peintre.

Il convia son cousin, Pierre Arditi, à en faire lecture, de sa voix chaude et .. convaincante. 

Dernière lettre à Théo, Metin Arditi, livre audio lu par Pierre Arditi, Actes Sud, 2009 - 44 pages - 22 plages - durée :47' 33''

11 août 2016

Et tu n'es pas revenu

9782367622026-001-X_1.jpeg

C'est une longue lettre que Marcelline Loridan-Ivens ( du nom de ses deux époux) écrit à son père Szlama Rozenberg,  décédé au début de l'année 45, dans l'enfer concentrationnaire.

"Tu n'es pourtant pas mort pour la France; la France t'a envoyé vers la mort" s'écrie cette jeune  et rebelle octogénaire - Marceline Rozenberg est née à Epinal, le 19 mars 1928 -  capturée, avec son père,  le 29 février 1944, au fond du jardin du château des Gourdons, à Bollène,  châteauque ce dernier avait récemment acquis.

Envoyés à Avignon, puis à Drancy, tôt séparés entre Auschwitz et Birkenau, père et fille ne se croiseront qu'une fois, furtivement.  L'adolescente qu'elle était devra affronter toutes humiliations et barbaries - elle nous en livre sobre récit, assistée en cette écriture par la romancière Judith Perrignon, en la lecture par la comédienne Sandrine Kiberlain (à la tonalité, à mon sens, par trop monocorde) .

Mais elle survit, obéissant en cela à l'injonction paternelle et la vigueur de son jeune âge.

"Mon retour est synonyme de ton absence."

Le retour à la famille, à la vie, ..est assez effroyable, lui aussi. Simone Weil l'exprime, déjà,  dans son récit, "Une vie" (Ed. Stock 2007) . Les Français pratiquent le déni, ne peuvent entendre l'abomination perpétrée dans les camps.. il faut se taire... et c'est à ce moment que survient le contrecoup, le dégoût de cette vie après tant d'efforts de survie..

Marceline aura une vie riche, rebelle et engagée mais une partie d'elle n'a pas survécu à l'enfer,  à la disparition de son père

"J'ai eu si peu de temps pour faire provision de toi."

Une lecture qui vous saisit, vous poursuit...

Apolline Elter

Et tu n'es pas revenu, Marceline Loridan-Ivens, récit écrit avec Judith Perrignon, Ed Grasset, 2015 - texte intégral lu par Sandrine Kiberlain, Audiolib, 2016, durée 1h50

10 août 2016

Debout les morts

C'est par cette puissante injonction que  nous entamons la semaine toujours estivale consacrée aux écoutes audio-livresques..

9782356418647-001-X (1).jpeg

Le thriller date de 1995, il 'n'a rien perdu de sa verdeur. Nous ne pouvons que nous réjouir de sa publication, cet avril 2016 auprès des éditions Audiolib et de la très belle lecture que Philippe Allard en opère.

Mais encore

Il n'est pas donné à tout le monde de découvrir, en son jardin parisien, un arbre,  en une nuit poussé. 

Cantatrice d'origine grecque, Sophia Siméonidis en avale ses cordes vocales, tandis qu'elle découvre le hêtre, par sa fenêtre et le peu d'émoi que pareille incongruité suscite auprès de Pierre Relivaux son mari.

Et voilà qu'elle disparaît...

Désireux de venir en aide à la famille de cette voisine qui les fascine, le trio de ses nouveaux voisins, Marc Vandoosler, Matthias Delamare et Lucien Devernois, aidés par Armand, oncle de Marc et  ancien flic un peu ripoux, .. entreprennent une enquête qui a aussitôt le don de doubler et d'agacer l'inspecteur Leguennec, chargé du dossier..

Qui donc en voulait à la vie de la fraîche quinquagénaire : son mari, son amant, sa nièce, fraîchement débarquée après la disparition? 

Les voies d'investigation sont multiples et passionnantes: on peut compter sur le savoir- (très bien) faire de Fred Vargas

Debout les morts, Fred Vargas, thriller, Ed. Viviane Hamy, 1995- Ed Audiolib, avril 2016, CD MP3 +texte intégral lupar Philippe Allard, 8h01'

09 août 2016

Royal hommage

J'évoquais à votre attention, mardi passé, l'estime, l'amitié que nourrissait le couple royal - LM le Roi Albert et la Reine Elisabeth de Belgique à l'égard du "Maître" - entendez, Emile Verhaeren, l'invité de nos mardis

220px-Albert_I_of_Belgium_1910.jpgPeu après son introisation - qui eut lieu le 23 décembre 1909 - le Roi Albert revient sur un événement marquant de novembre 1908.  Il assistait alors, discret, princier, à l'une des cérémonies d'hommage au poète: 

 

                « [ ••• ] Il est une fête dont j’aime garder la mémoire, elle eut lieu, il y a un an environ, à l’Hôtel de Ville de Bruxelles, où, sans distinction de parti et de classe, l’élite de la capitale célébra les lettres belges et acclama l’une des gloires de notre littérature d’expression française. Spectacle inoubliable ! Qui me fit comprendre combien une nation s’élève en protégeant l’essor d’une littérature puisant sa force dans les sentiments et les aspirations de tout un peuple [ ... ] » [S : Worthing]

 Emile Verhaeren, 1855-1916, Béatrice Worthing, biographie traduite de l’anglais par Renée Wegge, Ed.  Mercure de France, 1991, 365 pp

 

ea6a9e6b2c4308660df46ec803787681.jpg

Mar-dites-moi, Emile Verhaeren

Du 12 juillet au 27 novembre 2016 (centenaire du décès du poète) , vous aurez rendez-vous chaque mardi pour des billets, infusions,, extraits de lettres ,  chroniques , ....relatifs au chantre du vitalisme.

08 août 2016

Le temps des cerises

 

9782709642736-G.jpg

 " Ô Missy, les cerises à Marseille en ce moment! Je n'en ai mangé des pareilles que chez moi, autrefois. Elles sont énormes, tendres, gonflées, on les cueille sans soin avec les branches, de sorte que j'ai presque le plaisir de les cueillir, et elles ne font qu'un saut de l'arbre à la table, sûrement, leurs queues sont fraîches et vertes, et elles sont sucrées."

Lettre de Colette à la Duchesse de Morny, citée par Remi Duchêne, L'embarcadère des lettres, essai, JC Lattès, mars 2013, 512 pp

07 août 2016

Comme un arbre en feu

theiere-design-eva-solo-1l-rouge-1.jpgimages (2).jpg

 

"Elle était venue avec ce qu'elle avait, c'était un capitaine solitaire et victorieux, mais pas seulement, c'était aussi la mercenaire avide de ses émotions, et elle n'avait peur de rien. Elle n'essaya même pas de le séduire ou  de le convaincre. Elle savait que ce qui était entre eux était trop considérable, et lui, trop subtil pour que ça n'ait pas lieu. Elle attendait simplement qu'il tombe - comme un arbre en feu."

 

Le dernier amour d'Attila Kiss, Julia Kerninon, roman Ed. Du Rouergue, janvier 2016, 126 pp

06 août 2016

En route avec Julia Kerninon

Découverte majeure, 16-sissante de la rentrée de janvier, la lecture du Dernier amour d'Attila Kiss  (Ed. du Rouergue) a ravi durablement mon esprit.

images (2).jpg

Je vous engage à cliquer sur la couverture de l'ouvrage en vitrine du blog, découvrir le billet de faveur que Julia Kerninon nous a si aimablement accordé et SURTOUT à déguster ce bijou d'écriture. Hâtez-vous, vous ne serez pas déçus.

La merveilleuse écrivain s'est également prêtée à la question de nos Estivales du Pavillon, nous confiant ses lectures majeures, l'ouvrage qu'elle emporterait, si d'aventure, elle entreprenait le tour du monde à pied..

téléchargement (3).jpg

Julia Kerninon: "C'est difficile de dire quel livre m'a le plus marquée, parce qu'il y existe, heureusement, un nombre conséquent de bons livres. Je pourrais par exemple choisir Requiem, de Rainer Maria Rilke, pour apprendre tous les poèmes par coeur jusqu'à les posséder - ou alors un roman de Faulkner, Si je t'oublie Jérusalem, pour en percer enfin le mystère. Mais si je devais choisir un seul livre pour faire le tour de monde, je crois qu'il faudrait que ce soit non seulement un grand livre, mais aussi un gros livre. Alors je pense que je choisirais Finnegans Wake, de James Joyce.  Parce que c'est énorme et nourrissant, conçu pour être lu en boucle puisque la dernière phrase enchaîne sur la première, parce qu'il y a des mots venus de partout, des mots inventés, et parce que le fait qu'un homme ait un jour eu l'idée de faire une chose comme celle-là me ravit complètement. Je ne prétends pas comprendre ce livre - mais c'est précisément parce que je le comprends pas que je l'aime. "

 NDLR: Finnegans Wake, James Joyce, roman, Faber & Faber, 1939, traduit de l'anglais  (Irl- 1982) par Philippe Lavergne (Ed. Gallimard); Folio 1997 (n°2964)

05 août 2016

Semaine audio-livresque


vacances 2008 200.jpgVous me savez adepte - entre autres addictions - des lectures audio-livresques : leur écoute emporte mon imagination dans les sphères ravies de thrillers, littérature légère, traduite de langue étrangère, tandis que défilent les kilomètres par devant le pare-brise de ma frimousine, se repasse, lessivé, le linge d'une famille ...défroissée.

Partant - et surtout, si vous l'êtes - je vous propose de conclure nos Estivales du Pavillon, d'accompagner la route de vos allers / retours vacanciers, par une semaine spécialement consacrée aux lectures audio-livresques. Je vous donne rendez-vous, du 10 au 16 août, sur ce blog, celui que vous aimez.

téléchargement (10).jpgPour l'heure et dans cet ordre d'idée, je signale à votre attention le Prix Audiolib 2016, vous invite à vous rendre sur le site de l'éditeur : http://www.prix-audiolib.fr/  et à élire, avant le 28 août, le titre de votre choix, parmi les cinq finalistes retenus par un jury d'auditeurs-bloggeurs.

Mon choix est arrêté; il ne fut guère aisé.....les cinq écoutes sont de grande qualité..

A vous de jouer....

Et surtout, bel été.

 

06:19 Publié dans Agenda, Audio-Livres | Commentaires (0) |  Facebook |

04 août 2016

Voyage en Autistan

téléchargement (11).jpgRendons à César ce qui lui appartient.

C'est à Jérôme Colin 

Et son fabuleux entretien

Du jeudi 9 juin

(NDLR: Entrez sans frapper  - La Première ) 

Que je dois la découverte de Josef Schovanec et la lecture de ces Voyages en Autistan, chroniques issues de l'émission "Carnets du monde " qu'il anime, chaque dimanche sur les ondes d'Europe 1.

Philosophe, polyglotte, grand voyageur, fin observateur des "pathologies non-autistiques", ... Josef Schovanec est autiste, trentenaire et doté d'un sens de l'humour confondant.

" La vie fut dès ses prémices bien cruelle avec votre serviteur, puisque Dame Nature me fit naître le deuxième jour de décembre de l'an de grâce 1981, soit, ainsi que je ne le sus que bien plus tard, le même jour et la même année qu'une dénommée Britney Spears. La providence ne s'acharnant pas outre mesure, elle fit de cette funeste date notre seul point commun."

Le ton est donné.

Observant avec acuité toutes les bizarreries, angoisses et maladresses que le syndrome d'Asperger produit dans son chef - débit de parole particulier, ...- et sa vie quotidienne, Josef Schovanec nous invite à lever les frontières de la normalité, puisant dans ses innombrables voyages et rencontres humaines - un vrai globe-trotter que ce docteur en philosophie - la conviction que la différence se vit mieux au carré, et donc, à l'étranger, entendu que nos interlocuteurs porteront toutes les incongruités sur le compte de l'extranéité....

Ce faisant, par un procédé de miroir accrochant, il invite le lecteur à ..réfléchir sa propre normalité.

Voyages en Autistan,  Chroniques des "Carnets du monde", Josef Schovanec, Co-éd.Plon/ Europe 1, mars 2016, 216 pp

 

03 août 2016

33 chambres d'amour

131510_couverture_Hres_0.jpg

 Nous connaissons la veine dense,  puissante, poétique, sublime... de l'écriture de François Emmanuel; nous lui découvrons une dimension légère, drôle, éminemment sensuelle, à travers cette relation de trente-trois émois amoureux.. et plus, car affinités...

Se souvenant de ses rencontres avec des navigatrice, cardiologue, championne sur gazon, technicienne de surface, sacristine, psychanalyste, femme d'intérieur, agent double, reine de beauté... le narrateur  dresse le portrait subjugué, éloquent de leurs singulières séductions, semant au passage,  germes d'humour,  de volupté, de surréalisme et d'incongruités....

Telles cette réanimatrice, pour laquelle " J'adorais mourir quand elle était dans les parages.", cette professeure de philosophie dont "Longtemps, je crus que notre amitié demeurerait platonique", cette gymnaste, avec laquelle "Tout commença par le cheval à bascule", ..

Une galerie de portraits hauts en couleurs, en verve, en splendeur.

Le phrasé  mélodieux, maîtrisé et rythmé d'une écriture bien engageante...

Apolline Elter

33 chambres d'amour, François Emmnauel, recueil, Ed. Seuil, mars 2016, 190 pp

02 août 2016

Le Prince Léopold écrit à Emile Verhaeren

 Août se poursuit en nos "Mar-dites-moi, Emile Verhaeren"..

Découvert pour vous en la lecture de la biographie rédigée par Beatrice Worthing , cette lettre écrite de la main du Prince, futur Roi Léopold III, encore enfant, pour remercier Emile Verhaeren de la copie manuscrite d'un de ses poèmes. La famille royale belge avait nourrissait grand estime, sincère amitié, pour le "Maître".

Prince Léopold.jpg

« Monsieur Verhaeren,

C’est sur la table, vers midi, que j’ai appris votre belle poésie ; j’ai eu beaucoup de plaisir quand j’ai vu que je la comprenais et j’ai été très heureux de vous la réciter.

Je suis très fier d’avoir reçu cette poésie écrite par vous, je vous en remercie beaucoup. Je veux en apprendre encore d’autres.

Votre bien respecteux  [sic]
Léopold »

Source: Emile Verhaeren, 1855-1916, Béatrice Worthing, biographie traduite de l’anglais par Renée Wegge, Ed.  Mercure de France, 1991, 365 pp

 

ea6a9e6b2c4308660df46ec803787681.jpg

Mar-dites-moi, Emile Verhaeren

Du 12 juillet au 27 novembre 2016 (centenaire du décès du poète) , vous aurez rendez-vous chaque mardi pour des billets, infusions,, extraits de lettres ,  chroniques , ....relatifs au chantre du vitalisme.

01 août 2016

Les pensées quand camp

Après le camp.JPG

Les pensées "quand camp", c'est fini

Les douces inquiétudes aussi

Place aux lessives et vaisselles ...zinfinies

Et aux joyeux cancans, en famille

Apolline, Les pensées de fin de camp du lundi 

31 juillet 2016

L'importun

théière high tea.jpgcb424a728a9dec9e6325034ea493816e.jpeg"  Une fois publié, le livre ne nous appartient plus, affirment les auteurs. je ne suis pas convaincue. Paul Auster ne lit plus les critiques. Oui, mais c'est Paul Auster, facile. Ma vie paisible entre mon chat, mes livres et mes enfants me suffirait presque. Pas de désamour possible. Cependant, j'ai besoin de cette échappatoire pour m'alléger d'un poids que je ne peux décrire et combler une forme de néant."


L'importun, Aude Le Corff, roman, Ed. Stock, mai 2015, 196 pp